Mémoires de nos pères (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Mémoires de nos pères

Description de cette image, également commentée ci-après

Statue de l'USMC War Memorial, représentant le hissage du drapeau en haut du mont Suribachi.

Titre original Flags of Our Fathers
Réalisation Clint Eastwood
Scénario William Broyles Jr.
Paul Haggis
James Bradley (roman)
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Entertainment
DreamWorks SKG
Warner Bros.
Malpaso Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 2006

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Mémoires de nos pères (Flags of Our Fathers) est un film américain réalisé par Clint Eastwood, et écrit par William Broyles Jr. et Paul Haggis, sorti en France le 25 octobre 2006. Il est fondé sur le livre homonyme de James Bradley et Ron Powers à propos de la bataille d'Iwo Jima et de la pose du drapeau américain sur le mont Suribachi. James Bradley est le fils d'un des marines qui est sur la photo, le livre et le film sont basés sur cette histoire vécue. Mémoires de nos pères, paru aux Éditions Movie Planet. Ce film constitue le 26e film de la carrière de Clint Eastwood en tant que réalisateur, débutée en 1971 avec le film Un frisson dans la nuit (Play Misty for Me). Le film met en scène Ryan Phillippe, Jesse Bradford, Adam Beach, Jamie Bell, John Slattery, Paul Walker, Barry Pepper, Robert Patrick, Joseph Cross, Stark Sands, Neal McDonough, Tom Verica, Benjamin Walker et Melanie Lynskey.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'hommage rendu par Clint Eastwood à l'héroïsme des six soldats qui participèrent en 1945 à la bataille d'Iwo Jima, pendant la Seconde Guerre mondiale, et plantèrent le drapeau américain sur le mont Suribachi en signe de victoire.

Tout autant qu'un hommage aux jeunes soldats ayant combattu, ce film est aussi une réflexion sur la propagande et l'héroïsme. M. Eastwood reconstitue la bataille (sous forme de longs flashbacks) mais aussi la campagne de collecte de fonds de trois des soldats de la photographie, campagne destinée à renflouer les caisses vides de l'État fédéral pour continuer l'effort de guerre. Trois « héros » coincés entre leurs douloureux souvenirs de cette bataille, leur rôle médiatique (tournée dans les stades - discours) et la réalité de cette photo (en fait une seconde prise destinée à garder le premier drapeau planté par le corps des Marines - aucun des trois hommes n'a planté le premier drapeau pendant les combats).

Enfin, le film s'attarde sur le sort des trois « héros » après la guerre : oubliés, ils redeviennent de simples citoyens détenteurs de la mémoire d'une bataille et de sa réalité. Ira Hayes, marine d'origine indienne mourra de froid, seul près d'une grange : tout au long du film, ses origines lui sont constamment rappelées (blagues de ses compagnons d'armes - humour malencontreux de certains politiques - esclandre suite au refus d'un barman de le servir…).

Décrivant la bataille d'Iwo Jima du côté américain, Mémoires de nos pères est le pendant d'un autre film réalisé par Clint Eastwood, Lettres d'Iwo Jima qui met parallèlement en scène les protagonistes japonais de cette bataille.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

La bannière étoilée flottant au vent sur le mont Suribachi : symbole de la première terre ravie à l'ennemi.

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La majeure partie des séquences de la bataille a été tournée sur la péninsule de Reykjanes, au sud-est de la capitale de l'Islande : Reykjavik. Le sol volcanique, le sable noir, les ressemblances géographiques et le climat (août islandais proche du février à Iwo Jima) sont les principales raisons de ce choix. Le film a également des scènes tournées à Washington, Arlington ou encore Chicago.
  • Le mont Suribachi a été rajouté sur de nombreux plans grâce aux images de synthèse.
  • Plus de 500 figurants islandais ont été utilisés pour filmer les scènes du débarquement notamment.
  • C. Eastwood a souhaité que les acteurs principaux n'aient aucune formation militaire pour faire ressentir plus profondément le malaise des soldats d'Iwo Jima, dont la moyenne d'âge est de 20 ans.
  • Un navire-musée à Long Beach a été utilisé pour filmer les soldats avant le débarquement.
  • Les costumes militaires ont été fabriqués avec du sergé, très rare, et qu'il a fallu vieillir et teindre.
  • Environ 1,5 million de mètres cubes de sable noir a dû être utilisé pour recréer le remblai d'Iwo Jima (4,5 mètres de hauteur sur 228 mètres de long). En réalité le remblai faisait plusieurs kilomètres de longueur.
  • Le travail d'accessoires est allé jusqu'à distribuer d'authentiques journaux, des plaques d'immatriculation de l'époque…
  • L'acteur Jared Leto a été approché par Eastwood pour le rôle de John Bradley, mais celui-ci a, à contre-cœur, refusé l'offre, car il commençait la tournée américaine avec 30 Seconds to Mars.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Mémoires de nos pères par James Bradley et Ron Powers - Éditions Movie Planet (livre sur la bataille d'Iwo Jima et sur le destin des six hommes qui plantèrent le drapeau américain sur le mont Suribachi. Adapté au cinéma par Clint Eastwood)