SolidWorks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
SolidWorks
Image illustrative de l'article SolidWorks
Logo

Développeur Dassault Systèmes - SolidWorks Corporation
Dernière version 2015 SP2 [1] [+/-]
Environnement Windows
Type CAO 3D
Licence propriétaire
Site web SolidWorks France

SolidWorks est un logiciel propriétaire de conception assistée par ordinateur 3D fonctionnant sous Windows.

Présentation[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Historique[modifier | modifier le code]

Créé en 1993 par l'éditeur américain éponyme, SolidWorks a été acheté le 24 juin 1997 par la société Dassault Systèmes[2].

Parmi les plus grandes organisations utilisant SolidWorks, on peut citer Franckie, Équipement d'emballage MMC, AREVA, Patek Philippe, Mega Bloks, Axiome, ME2C, SACMO, Le Boulch, Robert Renaud et le Ministère de l'Éducation nationale français.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

SolidWorks est un modeleur 3D utilisant la conception paramétrique. Il génère 3 types de fichiers relatifs à trois concepts de base : la pièce, l'assemblage et la mise en plan. Ces fichiers sont en relation. Toute modification à quelque niveau que ce soit est répercutée vers tous les fichiers concernés.

Un dossier complet contenant l'ensemble des relatifs à un même système constitue une maquette numérique. De nombreux logiciels viennent compléter l'éditeur SolidWorks. Des utilitaires orientés métiers (tôlerie, bois, BTP...), mais aussi des applications de simulation mécanique ou d'image de synthèse travaillent à partir des éléments de la maquette virtuelle.

Les pièces[modifier | modifier le code]

La pièce est l'objet 3D monobloc. La modélisation d'une telle entité dépendra de la culture de l'utilisateur. Comme de nombreux logiciels conviviaux, SolidWorks permet d'aboutir à un même résultat apparent par des voies souvent différentes. C'est lors de la retouche de ces fichiers ou de leur exploitation qu'on appréciera la bonne méthode.

Une pièce est la réunion d'un ensemble de fonctions volumiques avec des relations d'antériorité, des géométriques, des relations booléennes (ajout retrait)... Cette organisation est rappelée sur l'arbre de construction. Chaque ligne est associée à une fonction qu'on peut renommer à sa guise.

Trois générations de volume à partir d'une même section: droite (aspect bois), révolution partielle (en rouge), et gauche

Parmi les fonctions génératrices on trouve :

  • l'extrusion : déplacement d'une section droite dans une direction perpendiculaire à la section. La section est définie dans une esquisse (qui apparaît alors dans l'arbre de création comme élément générateur de la fonction). Cette esquisse contient l'ensemble des spécifications géométriques (cotation) nécessaires à la complète définition de la section. Cet ensemble de cotes auquel il faut ajouter la (ou les) longueur d'extrusion constitue l'ensemble des paramètres de la fonction ; il est possible de les modifier une fois la fonction validée.
  • la révolution : déplacement d'une section droite autour d'un axe, ou extrusion suivant un cercle ou un arc de cercle.
  • le balayage : déplacement d'une section droite le long d'une ligne quelconque. Lorsque la génératrice de balayage est gauche, l'esquisse est en 3 dimensions.
Différentes fonctions logicielles

D'autres fonctions, plutôt orientées métier intègrent des notions qu'il serait fastidieux de modéliser :

  • congés et chanfreins,
  • nervures,
  • dépouilles,
  • coque (permettant d'évider un objet en lui conférant une épaisseur constante),
  • trous normalisés (perçages, mortaises...),
  • plis de tôle...

Des fonctions d'ordre logiciel comme la répétition linéaire, circulaire, curviligne ou par symétrie...

Les dernières versions autorisent la réalisation de pièces momentanément disjointes, ce qui permet de concevoir un objet fonctionnellement, c’est-à-dire en définissant d'abord les éléments fonctionnels, puis en joignant les différentes parties par de la matière (nervures, carter...).

L'édition de familles de pièces est possible en associant à SolidWorks, le tableur Microsoft Excel : Un tableau devient ainsi éditeur des références (lignes) donnant la valeur des paramètres variables des fonctions (colonnes) :

  • valeur de certaines cotes ;
  • valeur de certaines propriétés (nombre d'occurrence...) ;
  • état de suppression d'une fonction.

Ainsi, il est possible d'obtenir à partir d'un seul fichier de type pièce, l'ensemble des modèles de vis d'assemblage (toutes forme de tête ou dimensions), ou encore toutes les combinaisons de briques Lego (1x1, 1x2 etc).

Avec tous ces outils, la méthode de conception d'une pièce très proche du métier du concepteur qui ne se soucie plus de savoir où placer les traits du dessin mais les formes de la pièce.

Les possibilités d'éditions sont complétées par un ensemble d'outils de mesures géométriques. Ainsi il est possible de connaitre le volume de la pièce, son poids, la position de centre de masse, sa matrice d'inertie, la surface...

Les assemblages[modifier | modifier le code]

L'eau et le café sont définis par des pièces créées dans l'assemblage. Leurs formes sont entièrement liées aux pièces de la cafetière. Elles sont obtenues en seulement 2 opérations : la création du plan supérieur (niveau) et l'empreinte de la cafetière (frontière). Une seule cote leur est propre : la profondeur, même si elle est contrainte fonctionnellement par certains éléments (soupape et cheminée). En l'occurrence les deux volumes sont identiques à 1 % près.

Les assemblages sont obtenus par la juxtaposition de pièces. La mise en position de pièces est définie par un ensemble de contraintes d'assemblage associant, deux entités respectives par une relation géométrique (coïncidence, tangence, coaxialité...). Dans une certaine mesure, ces associations de contraintes s'apparentent aux liaisons mécaniques entre les pièces. Le mécanisme monté, s'il possède encore des mobilités, peut être manipulé virtuellement. On peut alors aisément procéder à des réglages à l'aide des différents outils disponibles (déplacement composants, détection de collision ou d'interférence, mesure des jeux, etc.)

Comme pour les pièces, la gestion de l'ensemble est portée par un arbre de création qui donne accès à l'arbre de création de chaque pièce. Il est d'ailleurs possible d'assembler des assemblages, donc de former des sous-groupes de pièces. Cette opération étant préalable ou en cours d'édition.

L'intérêt de cet outil, c'est qu'il rend possible la création d'une pièce dans l'assemblage. Il propose la même méthode au concepteur que celle qu'il appliquait sur la table à dessin : tout concevoir en même temps. En effet, à part sur les petits ensembles simples (ou déjà définis), il n'est pas raisonnable de concevoir chaque pièce dans son coin pour corriger ensuite, lors de l'assemblage, les problèmes éventuels d'interférence, ou de coïncidence. La conception intégrée lie automatiquement les géométries des pièces entre elles, si bien qu'une modification sur une, est automatiquement répercutée sur les autres. Alors l'édition de pièce est la conséquence de l'édition de l'ensemble. De plus, Solidworks gère les références cycliques. En effet, non seulement il est possible de créer une (des) pièce(s) enfant(s) à partir de la pièce parent, mais il est aussi possible de modifier la pièce parent en fonction de(s) la pièce(s) enfant(s) sans générer de boucle de mise à jour comme sur CATIA.

Les mises en plan[modifier | modifier le code]

Dessin de définition établi avec SolidWorks

Les mises en plan concernent à la fois les pièces (dessin de définition) ou les assemblages (dessin d'ensemble). Pour aboutir à un plan fini d'une pièce on peut estimer mettre 2 fois moins de temps qu'avec un outil DAO (temps de conception et exécution du dessin). En effet, en DAO, chaque trait est indépendant, et c'est au dessinateur de savoir quelles entités graphiques sont concernées par une modification. Le logiciel 3D ne fait qu'une projection de l'objet. Les modifications éventuelles sont opérées sur l'objet représenté, et ne concernent pas directement le plan.

  • Vues
La projection sur plan du modèle ne pose aucun problème. Aujourd'hui il est très facile d'obtenir un plan, forcément juste (avec un logiciel de DAO il est possible d'éditer un plan faux!). Les vues en coupes, les vues partielles, perspectives, sont exécutées d'un simple clic. Les seuls problèmes encore rencontrés concernent la représentation des filetages et taraudages dans les assemblages.
De plus, chaque vue peut être exécutée avec un habillage différent, filaire, conventionnel ou ombré rendant encore plus accessible la lecture de plans aux non initiés.
  • Cotation
La cotation regroupe l'ensemble des spécifications géométriques définissant la pièce. Bien sûr, les paramètres déclarés des esquisses en font partie. Ils peuvent être automatiquement intégrés, de manière équilibrée, à la mise en plan. À ce niveau, il est encore possible de modifier la pièce en changeant la valeur des cotes. L'indépendance de ces paramètres, se rapproche du principe dit d'indépendance (cotation GPS). Cependant, la mise en forme définitive de la cotation demande encore un peu de travail (avec un éditeur DAO ou sur le calque aussi !).
  • Fond de plan
    SolidWorks par défaut propose ses propres fond de plan. Mais il est possible de les faire soi-même ; Il existe deux types de fond de plan :
    • Le fond de plan statique, où il faut remplir à la main chacun des champs.
    • Le fond de plan dynamique, où il se remplit automatiquement suivant les paramètres mis dans l'assemblage ou dans la pièce.
    • Des modèles sont proposés (équivalent du .dot de word).
  • Nomenclature
Le fichier assemblage contient chacune des pièces qui composent l'assemblage, on peut donc sortir de façon automatique la nomenclature appartenant à la maquette 3D.

Les extensions des fichiers[modifier | modifier le code]

La simple ouverture d'un fichier dans une version ultérieure le rend inutilisable pour toute version antérieure.

Vu leur très faible interopérabilité et le fait que leur contenu soit sauvé sans que l'on utilise la commande de sauvegarde, ces fichiers Solidworks ne doivent pas être considérés comme des sauvegardes à long terme d'un contenu, mais comme une simple extension de la mémoire physique ayant la propriété de rémanence.

Chaque type de fichier possède une extension qui lui est propre. On retrouve :

  • .sldprt, pour les fichiers pièce
  • .sldasm, pour les fichiers assemblage
  • .slddrw, pour les fichiers plan
  • .slddrt, pour les fichiers de fond de plan

Certains formats proposés par le logiciel permettent d'envisager une sauvegarde à long terme.

Produits associés[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de modules complémentaires qui s'interfacent avec Solidworks :

édités par SolidWorks[modifier | modifier le code]

Ecrous issus de la bibliothèque Solidworks Toolbox
  • SolidWorks Simulation : Logiciel de simulation, vérification de conception dans les domaines statique (pièces et assemblages), thermique, flambement, fréquentiel, fatigue, optimisation, dynamique, linéaire et non linéaire, test de chute, conception d'appareils à pression
  • SolidWorks Flow Simulation : Logiciel de simulation, analyse des fluides.
  • SolidWorks Motion : Logiciel de simulation cinématique.
  • PhotoWorks : Moteur de rendu photoréaliste 3D. (Photowiew 360 depuis la version 2007 (2006 bêta))
  • SolidWorks Animator : Fonction d'animation en 3D (exportation dans un format vidéo standard de la simulation de mouvement d'un assemblage)
  • SolidWorks Enterprise PDM : Logiciel de SGDT, gestion centralisée des données (assemblages, pièces, documents texte, etc.).
  • SolidWorks Routing : Conception de tuyauteries, de tubes, de câblages et de harnais dans SolidWorks
  • SolidWorks eDrawings : Logiciel de visualisation, de marquage, de collaboration et de mesure de fichiers CAO 3D natifs.
  • SolidWorks Toolbox : Bibliothèque de pièces standard intégrée dans l'interface SolidWorks (plusieurs millions de pièces, dont des vis, écrous, roulements, rondelles...)
  • SolidWorks Enterprise PDM : Logiciel de SGDT, gestion centralisée des données (assemblages, pièces, documents texte, etc.) avec Workflow, dialogue avec les ERP et synchronisation multi-site.
  • FeatureWorks : Logiciel de reconnaissance de fonctions à partir d'un volume importé sans arborescence (aussi appelée historique de conception)
  • CircuitWorks : Logiciel d'import/export de données électriques et électronique (format idf par exemple mais pas seulement) pour reconstruction en volume dans SolidWorks.
  • TolAnalyst : Analyse de tolérance sur les assemblages SolidWorks tolérancés.
  • 3DVIA Composer : Logiciel de création de contenu pour la documentation, l'illustration technique, les catalogues, brochures commerciales, documents de formation, manuels de maintenance... à partir des données CAO avec mise à jour des modifications venant de la CAO.

édités par d'autres[modifier | modifier le code]

  • Meca3D : logiciel de mécanique générale (statique, cinématique, dynamique)
  • VDoc Software : Suite collaborative pour créer des extranet de publications de plans et documents
  • Decade : logiciel libre de simulation dynamique (aussi interfacé avec Catia V5)
  • MyCADsuite : ensemble d'utilitaires et de services à destination des utilisateurs de SolidWorks, édités par la société AXEMBLE
  • SolidWatch : solution de conception dédiée aux métiers de l'horlogerie, éditée par la société AXEMBLE
  • Cadware-utilities : ensemble d'utilitaires et de services à destination des utilisateurs de SolidWorks
  • EFICN: éditeur de code ISO pour machine outil à commande numérique.
  • SolidCAM: logiciel de FAO complètement intégré à SolidWorks.
  • TracePartsOnline.net, Bibliothèque de composants Standards CAO éditée par TraceParts et compatible avec le logiciel SolidWorks.

Concurrents[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lancement de la dernière version de SolidWorks : http://www.solidworks.fr/launch/overview.htm
  2. Solidworks : solidworks.fr Profil de la société

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]