Chanfrein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chanfrein sur une pièce prismatique
Chanfrein d'introduction coté
Soudure pour raccorder bout à bout deux tôles chanfreinées, dite soudure en V ; représentation simplifiée (gauche) et symbolique (droite)
Chanfrein (armure)

Le chanfrein est la petite surface formée par une arête abattue. Cette surface plate souvent obtenue par limage de l'arête d'une pièce en pierre, en bois ou en métal. Généralement le chanfrein entre deux faces à angle droit est à 45°.

Le terme chanfrein est utilisé dans la description anatomique de la tête des animaux pour désigner la partie comprise entre le front et les naseaux ou la truffe du cheval, du chien, du chat, de la vache et de certains autres mammifères à tête allongée. Par analogie, on nomme également chanfrein la pièce de fer protégeant la tête et le front de l'animal dans le caparaçon.

En construction[modifier | modifier le code]

  • En architecture et construction, petite surface formée par l'arête abattue d'une pierre. C'est aussi, à une marche, la taille en pente faite sur le devant pour donner plus de giron à celle au-dessous[1]. Il ne faut pas confondre le chanfrein avec le pan coupé, qui est une partie construite[2].

En génie mécanique[modifier | modifier le code]

En génie mécanique, le chanfrein est en général obtenu par tournage sur les pièces de révolution (cylindres, cônes, arbres) et par fraisage sur les pièces prismatiques. Son rôle peut être :

  • d'éliminer les arêtes vives qui peuvent provoquer des blessures (arêtes blessantes) et qui par ailleurs sont fragiles ;
  • de faciliter l'introduction d'une pièce mâle dans une pièce femelle ; un chanfrein d'introduction fait habituellement un angle de 30° par rapport à l'axe d'introduction ;
  • de permettre le soudage bout à bout de deux pièces (tôles, tubes) en augmentant la surface de contact des pièces avec la baguette de soudure ;
  • pour un perçage, d'abriter la tête conique d'une vis à tête fraisée, on parle alors de fraisure.

En dessin technique, les petits chanfreins supprimant les arêtes vives sont habituellement cotés a×ba est la distance en millimètre entre la nouvelle arête créé par le chanfrein et l'arête théorique que celui-ci supprime, et b est l'angle du chanfrein. Par exemple, un chanfrein coté 2×45° désigne un chanfrein à 45° et faisant « reculer » les arêtes de 2 mm.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Morisot J.M., Tableaux détaillés des prix de tous les ouvrages du bâtiment, Carilian, 1814)
  2. Jean-Marie Pérouse de Montclos (dir.), Architecture : vocabulaire et méthode, Paris, Imprimerie nationale, 1977

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :