Fourgon pompe-tonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le fourgon pompe-tonne (FPT), aussi appelé tonne-pompe ou autopompe est un type de fourgon d'incendie.

Description[modifier | modifier le code]

Il emporte avec lui une pompe d'un débit de 1 000 à plus de 3 000 l/min entraînée par le moteur de l’engin et une citerne (la tonne) de 1 500 à 6 000 L d’eau pour attaquer l’incendie dès son arrivée sur les lieux.

Dans sa cabine, qui peut accueillir jusqu'à huit sapeurs-pompiers, sont arrimés sur les sièges les appareils respiratoires isolants (ARI), prêts à être endossées pendant le trajet.

Dans ses coffres est rangé un lot important de matériel ; principalement du matériel de lutte contre l'incendie (lances, tuyaux, raccords et divisions, émulseur, extincteurs, kit feu de cheminée, feu d'origine électrique), de ventilation opérationnelle et de sauvetage.

À l’arrière, on trouve parfois deux dévidoirs mobiles armés chacun de 200 m de tuyaux ainsi qu'une lance du dévidoir tournant appelée aussi LDT ou « pissette » armée de quatre tuyaux semi-rigides de 20 m (deux tuyaux depuis 2009 suite à la note d'information opérationnelle n°09-528 de la DSC) plus une longueur supplémentaire de 2 m. Le FPT est le principal camion utilisé pour la lutte contre l'incendie. Il peut opérer seul sur des feux d'une certaine importance puisqu'il peut mettre en batterie et alimenter trois grosses lances jusqu'à 400 m d'un point d'eau.

Fourgon Pompe Tonne

Types divers[modifier | modifier le code]

Il existe en France des versions plus petite des FPT, appelées Fourgons Pompe-Tonne Légers (FPTL), un FPTL est armé par quatre à six personnels.

  • Il existe également une variante hors chemin du FPT. Il s'agit en fait d'un FPT monté sur un châssis surélevé avec une transmission 4×4. Ce type de véhicule peut ainsi emprunter des routes escarpées. On l'appelle le FPTHR (fourgon pompe tonne hors route).
  • En 2006 la BSPP s'est de nouveau dotée de FPT construits sur base de camions Mercedes-Benz Atego dotés d'une citerne de 3 200 L.
  • En 2011 ils ont été rejoints par une deuxième génération construits quant à eux sur base de Renault Midlum 270 et dotés dans leur cas d'une citerne de 3 300 L. En outre elle possédait encore en juillet 2012 plusieurs fourgons d'appui, désignés FA, construits eux sur base de camions Renault type G. Ils étaient principalement utilisés comme engins de réserve.

Certains départements français ont choisi de se doter de FPTSR qui sont des FPT qui emportent tout le matériel de secours routier. Enfin, de nouvelles versions « tunnelisées » (FPTT et FPTSRT) ont fait leur apparition suite aux drames des tunnels du Mont Blanc et du Fréjus. Ces FPT « tunnelisés » sont équipés de système de conduite infrarouge permettant de progresser dans des atmosphères enfumées et sont également équipés d'un système d'autoprotection.

Il existe également quelques rares FPTSR Rail/Route équipés d'un bogie escamotable leur permettant d'évoluer sur les rails ; dont notamment un en service aux Neyrolles pour la ligne du Haut-Bugey, entièrement rénovée pour le passage des TGV pour Genève, et qui comporte des tunnels dont l'accès routier est quasiment impossible[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Progrès, 26 janvier 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Normes françaises[modifier | modifier le code]

  • NFS 61 515 : fourgon pompe-tonne
  • NFS 61 525 : fourgon pompe-tonne léger

Liens externes[modifier | modifier le code]