Saint-Martin-d'Auxigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-d’Auxigny
Image illustrative de l'article Saint-Martin-d'Auxigny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Bourges
Canton Saint-Martin-d'Auxigny
Intercommunalité Communauté de communes en Terres vives
Maire
Mandat
Fabrice Chollet
2014-2020
Code postal 18110
Code commune 18223
Démographie
Population
municipale
2 228 hab. (2011)
Densité 93 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 12′ 16″ N 2° 25′ 03″ E / 47.2044, 2.4175 ()47° 12′ 16″ Nord 2° 25′ 03″ Est / 47.2044, 2.4175 ()  
Altitude Min. 152 m – Max. 301 m
Superficie 24,08 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d’Auxigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-d’Auxigny

Saint-Martin-d'Auxigny est une commune française, située dans le département du Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située à la confluence des régions naturelles de la Sologne, de la Champagne berrichonne et du Pays-Fort. L'habitat est dispersé parmi de petits vallons très encaissés.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Méry-ès-Bois Saint-Palais Quantilly Rose des vents
Allogny N
O    Saint-Martin-d'Auxigny    E
S
Saint-Éloy-de-Gy Vasselay Saint-Georges-sur-Moulon

Histoire[modifier | modifier le code]

  • L'ancien Auxigniacum, Auxigny, aurait été – au IXe siècle, au moment des invasions normandes – l'une des stations où se serait arrêté le corps de saint Martin.(d'où le toponyme : Sanctus Martinus de Axigniaco attesté en 1163).
  • Partie du domaine royal français, la localité vit, vers 1150, Louis VII construire le château de la Salle-le-Roi qui dominait le site de l'étang actuel. Renforcé par Philippe-Auguste et Louis XI, il devint une résidence de chasse pour les rois de France jusqu'à ce qu'il soit détruit en octobre 1589 pendant les guerres de religion.
  • Des archers écossais – venus pendant la guerre de Cent Ans au milieu du XVe siècle – aider le roi Charles VII à bouter les Anglais hors du Royaume, effectuèrent le « défrichement du secteur », qui était situé dans une région alors fortement boisée (d'où son nom « la Forêt »). En effet, en reconnaissance de son appui militaire décisif, Jacques Stuart – roi d'Écosse – et sa lignée reçurent la terre d'Aubigny-sur-Nère et s'y installèrent durablement avec nombre de leurs compatriotes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

d’azur aux trois truites d’or, au chef du même chargé de trois roses de gueules boutonnées aussi d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1955 1971 Louis Sochet    
1971 1980 Édouard Clavier    
1980 1983 André Mabilat    
1983 2001 Alain Besson    
2001 en cours Fabrice Chollet DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 228 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 735 1 678 1 937 1 937 2 161 2 207 2 318 2 322 2 591
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 639 2 717 2 968 2 744 2 586 2 502 2 592 2 564 2 584
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 513 2 366 2 212 1 853 1 852 1 675 1 604 1 647 1 504
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 625 1 659 1 635 1 705 1 909 2 018 2 076 2 084 2 228
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


La moitié des Martinois réside en centre-bourg ; le reste de la population est inégalement réparti entre les hameaux de la Rose et des Rousseaux mais aussi d'autre hameaux de taille plus modeste : Montboulin, les Arpents, les Cocus, les Chéneaux, les Chênes, les Décloux, les Roches...

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le prieuré de Bléron.
  • Le site de l'étang de la Salle-le-Roy avec ruine de la chapelle du château.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :