Aubigny-sur-Nère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aubigny.
Aubigny-sur-Nère
Château des Stuarts et hôtel de ville.
Château des Stuarts et hôtel de ville.
Blason de Aubigny-sur-Nère
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Cher
Arrondissement Vierzon
Canton Aubigny-sur-Nère
Intercommunalité Communauté de communes Sauldre et Sologne
Maire
Mandat
Michel Autissier
2014-2020
Code postal 18700
Code commune 18015
Démographie
Gentilé Albiniens
Population
municipale
5 680 hab. (2011)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 29′ 22″ N 2° 26′ 24″ E / 47.4894444444, 2.4447° 29′ 22″ Nord 2° 26′ 24″ Est / 47.4894444444, 2.44  
Altitude Min. 161 m – Max. 233 m
Superficie 61,5 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte administrative du Cher
City locator 14.svg
Aubigny-sur-Nère

Géolocalisation sur la carte : Cher

Voir sur la carte topographique du Cher
City locator 14.svg
Aubigny-sur-Nère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aubigny-sur-Nère

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aubigny-sur-Nère
Liens
Site web aubigny.net

Aubigny-sur-Nère est une commune française située dans le département du Cher en région Centre. Elle prend place dans le Cher-Nord, dont elle est la principale localité, à la limite des régions naturelles de Sologne et du Pays-Fort, dans l'ancienne province de Berry.

Ses habitants sont appelés les Albiniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière Nère traverse le territoire de la commune.

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Clémont Argent-sur-Sauldre Blancafort Rose des vents
Sainte-Montaine N
O    Aubigny-sur-Nère    E
S
Ménétréol-sur-Sauldre Ennordres Oizon

Histoire[modifier | modifier le code]

Robert Stuart.

Il y a presque six siècles, Charles VII remit la ville d'Aubigny à Jean Stuart de Darnley (1423), le plus prestigieux des chefs de l'armée écossaise, qui lui permit d'établir une alliance à long terme durant la Guerre de Cent Ans au nom de l'Auld Alliance (traité d'aide mutuelle entre la France et l'Écosse conclu au XIIIe siècle)[1].

Bérault et Robert Stuart, compagnons d'armes du chevalier Bayard et contemporains de Léonard de Vinci, firent construire les châteaux d'Aubigny et de la Verrerie.

En 1512, un gigantesque incendie ruina la cité des Stuarts, surnom d'Aubigny. Robert la relève, il lui en coûtera trois forêts qui nous valent les belles maisons à pans de bois que l'on voit aujourd'hui[2].

Inspirés par les Stuarts et règlementés par Colbert, l'industrie et le commerce du drap firent la réputation des Albiniens.

Jacques Foucher (1753-1819), élu du département du Cher à l'assemblée législative et à la Convention, vota contre l'appel au peuple et pour la mort lors du procès de Louis XVI. Il fut pointé absent au vote sur le sursis. En 1803, il fut nommé juge de paix à Aubigny.

La ville fut chef-lieu de district de 1790 à 1800.

Louise de Kéroual, bretonne, duchesse de Portsmouth, reçut de Louis XIV le duché-pairie d'Aubigny. Elle embellit les châteaux des Stuarts et a légué de magnifiques jardins inspirés de Le Nôtre.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : armorial des communes du Cher.
Blason d'Aubigny-sur-Nère

Les armes d'Aubigny-sur-Nère se blasonnent ainsi :

De gueules, aux fermaillets d'or[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
novembre 2012 en cours Michel Autissier[4] UMP Conseiller général du canton d'Aubigny-sur-Nère depuis 1998
mars 1989 octobre 2012 Yves Fromion RPR puis UMP Député de la 1ère circonscription du Cher depuis 1997
mars 1983 mars 1989 Roger Pelata MRG Enseignant
mars 1977 mars 1983 Jean Roblin PS  
mars 1971 mars 1977 Pierre Karmann DVD Chirurgien-dentiste
1964 mars 1971 Gaston Vannier    
1947 1964 Charles Lefebvre    
1945 1947 Yves Guillou    
1941 1945 Gustave Rateau    
1929 1941 Joseph Morin    
1919 1929 Adrien Dusapt    
1914 1919 Augustin Agogué    
1912 1914 Charles Chamouet    
1911 1912 Henri Rateau    
1897 1911 Adrien Arnoux    
Les données manquantes sont à compléter.

Aubigny-sur-Nère a absorbé la commune d'Aubigny-Village en 1906.

Entre 1801 et 1926, la commune appartenait à l'arrondissement de Sancerre, entre 1926 et 1984 à l'arrondissement de Bourges, elle appartient depuis 1984 à l'arrondissement de Vierzon.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 680 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 769 1 769 2 130 1 962 2 169 2 206 2 176 2 416 2 530
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 515 2 654 2 633 2 543 2 542 2 602 2 585 2 480 2 552
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 636 2 539 4 547 4 020 3 820 3 854 3 758 3 694 3 894
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
4 569 5 242 5 468 5 600 5 803 5 907 5 775 5 751 5 680
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Personnes liées à la commune[modifier | modifier le code]

Article connexe : Duc d'Aubigny.
Louise de Keroual.
Portrait de Pierre Mignard

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Maisons à colombage de l'époque Renaissance qui ont la particularité d'avoir toutes été construites en une ou deux générations. Parmi ces maisons, la plus remarquable est celle dite de François 1er[7]. On peut aussi citer celle du Bailly[8], celle dite de Jeanne d'Arc[9], l'ancienne auberge dite Maison Saint-Jean[10] ;
  • Vestiges des fortifications de la ville[11] , trois tours de garde sont visibles au nord de la commune ;
  • Château des Stuarts (aujourd'hui hôtel de ville)[12],[13];
  • Église Saint-Martin (principal édifice gothique du Haut-Berry, vitraux du XVIe siècle[14],[15] ;
  • Cloître des Augustins (ancien hospice)[16];
  • Mémorial Pierre-Rateau, compagnon de la Libération ;
  • Les Grands jardins.

Événements[modifier | modifier le code]

Cortège historique des Grandes fêtes Franco-Écossaises d'Aubigny en 1931.

Aubigny a été écossaise pendant les 400 années de présence de la famille des Stuarts. Aussi depuis 1990, elle célèbre cette identité en organisant des fêtes franco-écossaises chaque année autour du 14 juillet. Au programme : spectacle historique son et lumière, marché médiéval, pipe-bands, défilé costumé. À noter que la première édition des fêtes a eu lieu le 15 août 1931, mais qu'elles ne sont annuelles que depuis 1990[17].

Économie[modifier | modifier le code]

  • Mecachrome, installé dans la commune depuis 1962 : mécanique de précision pour l'aéronautique (Airbus) et développement, usinage et assemblage de moteurs de Formule 1 (Renault Sport). L'entreprise emploie environ 600 à 650 personnes[18] ;
  • Wilo Intec (anciennement WSC et Moteurs Drouard) : étude et réalisation de pompes et ventilateurs, filiale du groupe allemand Wilo SE, équipementier pour l'industrie des chaudières de chauffage central. L'entreprise emploie environ 400 personnes[19]
  • Sotomob : création et réalisation de meubles en aggloméré. Située avenue de l'hippodrome Antoine-de-Vogüé, l'entreprise emploie environ 40 personnes ;
  • Butagaz : entreprise de remplissage de bouteilles de gaz située avenue Eugène-Casella.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie d'Orléans-Tours et possède les établissements suivants :

  • École maternelle du Printemps ;
  • École primaire des Grands-Jardins ;
  • École maternelle et primaire privée Sainte-Solange ;
  • Collège Gérard Philipe.

Culture[modifier | modifier le code]

Marguerite Audoux
  • Musée Marguerite Audoux[20], écrivain, Prix Femina 1910 avec Marie-Claire ;
  • exposition permanente : mémorial de la vieille alliance franco-écossaise «Auld Alliance» ;
  • salle d'honneur Pierre-Rateau ;
  • maison François 1er : maison des métiers d'arts de la table et de la gastronomie ;
  • maison Victorine  : exposition sur le vieil Aubigny (la mémoire des Albiniens) de mai à octobre
  • Atomic cinéma.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Piscine des Étangs.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cadre de vie[modifier | modifier le code]

La commune possède le label ville fleurie, quatre fleurs lui ont été attribuées par le conseil national des villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
Références
  1. Ducs d'Aubigny
  2. Bérault Stuart d'Aubigny
  3. Malte-Brun. La France illustrée. 1882 ; Gaso
  4. « Michel Autissier est élu maire d'Aubigny », Le Berry, 9 novembre 2012.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. « Notice no IA00010671 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier sur la maison François Ier
  8. « Notice no IA00010673 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier sur la maison du Bailli
  9. « Notice no PA00096638 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Maison dite de Jeanne-d'Arc
  10. « Notice no IA00010674 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier sur la maison Saint-Jean
  11. « Notice no IA00010644 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier sur la fortification de l'agglomération
  12. « Notice no PA00096633 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Château des Stuarts
  13. « Notice no IA00010657 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier sur le château des Stuarts
  14. « Notice no PA00096634 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Église Saint-Martin
  15. « Notice no IA00010648 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier sur l'église Saint-Martin
  16. « Notice no IA00010650 », base Mérimée, ministère français de la Culture : Dossier du couvent des Augustins
  17. La cité des Stuarts se met à l'heure écossaise, journal de la Sologne, automne 2006, no 135, p. 26-27.
  18. et (en) Site de Mécachrome
  19. WILO AG (de) et site Web de Wilo Intec
  20. (notice BnF no FRBNF123262351)
  21. Palmarès des villes et villages fleuris dans le Cher et Aubigny-sur-Nère sur le site des Villes et villages fleuris. Consultation : février 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]