SMS Moltke (1910)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour les autres navires du même nom, voir SMS Moltke.
SMS Moltke
Image illustrative de l'article SMS Moltke (1910)
Le SMS Moltke en visite à New York en 1912

Histoire
A servi dans War Ensign of Germany 1903-1918.svg Kaiserliche Marine
Quille posée 17 septembre 1908
Lancement 7 avril 1910
Armé 30 août 1911
Statut sabordé le 21 juin 1919
Caractéristiques techniques
Type Croiseur de bataille
Longueur 186,60 m
Maître-bau 30 m
Tirant d'eau 9,20 m
Déplacement 25 400 tonnes
Propulsion 24 chaudières à charbon
2 turbines, 4 hélices
Puissance 52 000 CV
86 000 CV aux essais
Vitesse 25,5 nœuds
28,4 nœuds aux essais
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 100-280mm
barbette = 230 mm
kiosque = 350 mm
tourelles = 230 mm
pont =76 mm
Armement 10 (5 × II) x 28 cm SK L/50
12 × 150 mm (cal.45)
12 puis 8 x 88 mm (cal.45) remplacés par
2 × 88 mm (DCA) en 1916
4 tubes lance-torpilles (500 mm)
Rayon d'action 4 120 nautiques à 25,6 nœuds (2 400 tonnes de charbon)
Autres caractéristiques
Équipage 1 053 hommes
Chantier naval Blohm & Voss Hambourg
Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand

Le SMS Moltke est un croiseur de bataille construit pour la Marine Impériale allemande (Kaiserliche Marine), et baptisé en honneur du Generalfeldmarschall Comte von Moltke, chef de l' État-Major général de l'armée prussienne, puis du Grand État-Major impérial, de 1857 à 1888.

Le SMS Goeben était son sister-ship, et l'autre unité de la classe Moltke. Ces deux bâtiments sont un peu plus puissants que le premier « grand croiseur », le SMS Von der Tann, construit pour affronter les croiseurs de bataille britanniques. Le SMS Moltke effectua la totalité de son service, pendant la Première Guerre Mondiale, dans les eaux de la Mer du Nord ou de la Mer Baltique. Il a été sabordé, avec quatre autres « grands croiseurs », à Scapa Flow, le 21 juin 1919.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Classe Moltke.

Par rapport au SMS Von der Tann, mis en service précédemment, les « grands croiseurs » allemands SMS Moltke et Goeben étaient légèrement plus grands, plus rapides et mieux armés. Ils portaient des canons de 280 millimètres, d'un modèle plus puissant, avec une longueur de canon de 50 calibres, au lieu de 45, ce qui leur donnait une portée un peu supérieure à celle du SMS Von der Tann, bien que celui-ci eût un angle maximal d'élévation des canons d'artillerie principale de 20° au lieu de 16° sur le SMS Moltke[1]. Ils portaient à l'arrière deux tourelles doubles axiales, au lieu d'une. Leur gaillard d'avant était plus haut d'un pont. Leur protection était un peu supérieure, avec une ceinture blindée de 270 mm, au lieu de 250 mm[2].

Déplaçant plus de 25 000 tonnes, avec vingt-quatre chaudières au lieu de dix huit alimentant deux groupes de turbines, développant 52 000 CV, leur vitesse maximale s'en trouvait accrue d'un nœud[3].

Ils étaient moins rapides, moins puissants, et avaient un déplacement moindre que les croiseurs de bataille britanniques dont ils étaient contemporains, la classe Lion, mais conformément au concept retenu par la Marine Impériale allemande, pour ses « grands croiseurs », qui devaient pouvoir être incorporés dans la ligne de bataille des cuirassés, l'épaisseur de la ceinture blindée, à hauteur des soutes d'artillerie principale et des machines, se trouvait portée à 270 mm soit une épaisseur de 120 mm supérieure à celle de la classe Indefatigable et 50 mm supérieure à la classe Lion.

Historique[modifier | modifier le code]

. Mis sur cale aux chantiers Blohm & Voss de Hambourg le 17 septembre 1908, lancé le 7 avril 1910, le SMS Moltke est armé le 30 août 1911. À sa mise en service, le SMS Moltke a été le navire amiral des forces de reconnaissance de la flotte allemande. Portant la marque de l'amiral Paschwitz il conduit une division de croiseurs, dans une visite officielle aux États-Unis, en juin 1912.

En ligne de file au Dogger Bank, le SMS Seydlitz conduit le Moltke et le Derfflinger

Au sein du 1er Groupe d'Éclairage (en) (I. Aufklärungsgruppe), commandé à partir de 1913 par le contre amiral (plus tard vice amiral) Hipper, il a participé aux opérations de cette unité de la Hochseeflotte, pendant la Première Guerre mondiale, notamment aux bombardements de villes anglaises de la côte Est de la mer du Nord[4], et à la bataille du Dogger Bank, sans encaisser un coup[5].

Pendant une opération dans le golfe de Riga, le 18 août 1915, il fut torpillé par le sous-marin britannique HMS E1 (en)[6].

À la bataille du Jutland, sous le commandement du capitaine de vaisseau (Kapitän zur See) Johannes von Karpf, le SMS Moltke était l'avant-dernier de la ligne des croiseurs de bataille allemands. Comme les cibles principales des Britanniques ont été les bâtiments de tête, les SMS Lützow d'abord, et Derfflinger ensuite, ou le bâtiment de queue, le SMS Von der Tann, il ne reçut que quatre[7] ou cinq[2] obus de gros calibre, ce qui en fit le croiseur de bataille allemand le moins touché au cours de cette journée. Lorsque le vice amiral Hipper fut obligé d'abandonner le SMS Lutzöw, très gravement avarié, il transféra sa marque sur le SMS Moltke, vers 22 h le 31 mai 1916[8].

Le bâtiment participa à la sortie du 19 août 1916[9], quand la Hochseeflotte appareilla pour aller bombarder Sunderland, ce à quoi le vice-amiral Scheer renonça finalement. Il fut présent à la seconde bataille de Héligoland, mais n'engagea pas de grands bâtiments britanniques[10].

En participant à une opération contre les convois alliés, au large de la Scandinavie, en avril 1918, il eut une grave avarie de machines, perdit une hélice qui entraîna des dégâts sérieux et dut être pris en remorque par le cuirassé SMS Oldenburg. Réussissant à repartir par ses propres moyens, il fut alors torpillé par le sous-marin britannique HMS E42 (en)[11].

En 1918, le SMS Moltke a été interné à Scapa Flow, avec les navires les plus puissants et les plus modernes de la Hochseeflotte, en application de l'armistice du 11 novembre 1918. Leurs équipes de gardiennage allemandes ont sabordé ces bâtiments, aux ordres de l'amiral von Reuter, le 21 juin 1919, quelques jours avant la signature du Traité de Versailles, pour éviter de les voir tomber définitivement aux mains des Britanniques et de leurs alliés[12]. L'épave du SMS Moltke a été renflouée en 1927, et ferraillée à Rosyth en 1929[3]. .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Siegfried Breyer, Battleships and battle cruisers 1905–1970, Londres, Macdonald and Jane's,‎ 1973 (ISBN 0356-04191-3)
  • François-Emmanuel Brézet, Le Jutland (1916), Paris, Economica,‎ 1992 (ISBN 2-7178-2223-2)
  • Bernard Ireland, Cuirassés du XXe siècle, St-Sulpice (Suisse), Éditions Airelles,‎ 2004 (ISBN 2-88468-038-1)
  • Antony Preston, Histoire des Croiseurs, Paris, Fernand Nathan Éditeurs,‎ 1981 (ISBN 2-09-292027-8)
  • Oliver Warner, Geoffrey Bennett, Donald G.F.W. Macyntire, Franck Uehling, Desmond Wettern, Antony Preston et Jacques Mordal, Histoire de la guerre sur mer des premiers cuirassés aux sous-marins nucléaires, Bruxelles, Elsevier Sequoia,‎ 1976 (ISBN 2-8003-0148-1)
  • H. W. Wilson, Les Flottes de Guerre au combat Tome 2 La Grande Guerre 1914-1918, Paris, Payot,‎ 1928

Notes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. (en) « Germany 28 cm/50 (11") SK L/50 »,‎ 24 novembre 2012
  2. a et b Ireland 2004, p. 34
  3. a et b Breyer 1973, p. 271
  4. Warner, Bennett et alii 1976, p. 48-50
  5. Wilson 1928, p. 133
  6. Wilson 1928, p. 310
  7. Wilson 1928, p. 428
  8. Brézet 1992, p. 95
  9. Wilson 1928, p. 253
  10. Wilson 1928, p. 253-258, 268
  11. Wilson 1928, p. 276-277
  12. Wilson 1928, p. 412