Rivière des Prairies

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

45° 35′ 22″ N 73° 39′ 26″ O / 45.58944, -73.65722 ()

Page d'aide sur les redirections Pour le territoire, voir Rivière-des-Prairies.
Vue aérienne de la rivière des Prairies avec le pont Louis-Bisson

La rivière des Prairies est un cours d’eau situé entre l’île de Montréal et l’île Jésus. Il sépare les villes de Montréal et Laval. Il prend sa source dans le lac des Deux Montagnes pour se déverser dans le fleuve Saint-Laurent.

Histoire[modifier | modifier le code]

La rivière a reçu son nom en 1610. Le père Vimont écrit dans la Relation des Jésuites de 1640: «... un certain Français, M. des Prairies, ayant charge de conduire une barque au Sault-Saint-Louis en 1610, quand il vint à la rencontre des deux fleuves, au lieu de tirer du côté du sud, il tira vers cet autre fleuve qui n'avait pas encore de nom français et qui, depuis ce temps-là, fut appelé du nom de ce jeune homme.»[1]

Au lieu de continuer dans le Saint-Laurent, à la hauteur de Repentigny, il entra sans le savoir dans l'affluent de ce dernier que les Indiens appelaient Skawanoti, c'est-à-dire la rivière en arrière de l'île[2].

Déversoir de la centrale, vu du Parc-nature de l'Île-de-la-Visitation à Montréal

Une centrale hydroélectrique de 45 MW, la centrale de la Rivière-des-Prairies, est installée entre l'île de la Visitation et la rive lavalloise. Construite entre 1928 et 1930, cette centrale a été transférée à Hydro-Québec lors de la nationalisation de la Montreal Light, Heat and Power, en 1944.

Géographie[modifier | modifier le code]

La rivière des Prairies, qui connaissait trois rapides, est coupée par un barrage à la hauteur de l'île de la Visitation où l'on a déjà fait fonctionner des moulins.

Plusieurs ponts l'enjambent, de l'ouest vers l'est :

La rivière compte de nombreuses îles, notamment l'Île Bizard, les Îles Laval et l'Île de la Visitation.

Références[modifier | modifier le code]

  1. René Tellier, La Visitation du Sault-au-Récollet, Photo-Litho Caro Inc., Éditeur, 1983, p. 11.
  2. idem

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :