Relations entre la France et l'Irak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre l'Irak et la France
Drapeau de la France
Drapeau de l'Irak
France et Irak
     France      Irak
Ambassades
Ambassade d'Irak en France
Ambassade de France en Irak

Les relations entre la France et l'Irak désignent les relations entre la République française et la République d'Irak. La France dispose d'une ambassade à Bagdad et d'un consulat-général à Erbil tandis que l'Irak dispose d'une ambassade à Paris.

Histoire des relations franco-irakiennes[modifier | modifier le code]

L'amitié franco-irakienne remonte en 1967 lorsque Charles de Gaulle disait soutenir les pays arabes dans la guerre des Six Jours contre Israël. Cette politique a été vue par Paris comme un moyen de renforcer ses liens commerciaux avec les pays riches en pétrole et ainsi étendre l'influence française au Moyen-Orient, qui était principalement dans la sphère d'influence britanno-américaine à cette époque[1].

En 1970, la France était l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Irak[1]. Les relations diplomatiques et économiques ont eu un coup de pouce important en 1974, lorsque l'ancien Premier ministre français et futur président de la République, Jacques Chirac, considère dans une déclaration Saddam Hussein comme un « ami personnel »[1].

Jusqu'à l'invasion du Koweït par l'Irak, la France entretenait des relations amicales avec l'ancien président irakien Saddam Hussein sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing. En 1976, la France avait en effet vendu un réacteur nucléaire expérimental de classe Osiris à l'Irak à des fins officiellement de recherches scientifiques (voir armes de destruction massive en Irak)[2]. Celui-ci sera néanmoins détruit par un bombardement de l'Armée de l'air israélienne le 7 juin 1981 lors de l'opération Opéra, durant laquelle un ingénieur français, Damien Chaussepied, fut tué[3]. Le Parti Baas de Saddam Hussein considérait la France comme son meilleur allié occidental. Les ventes d'armes continuèrent et des projets d'infrastructure français en Irak se développèrent. À la fin des années 1970 la France était le second partenaire commercial le plus important de l'Irak après l'URSS en tant que fournisseur d'équipements à la fois civils et militaires.

Cette amitié s'est poursuivie en vertu des gouvernements socialistes français au pouvoir dans les années 1980, notamment sous François Mitterrand. La France, comme de nombreux autres pays occidentaux, a fortement soutenu l'Irak dans sa guerre contre l'Iran. Paris avait en effet fourni à Bagdad des armes sophistiquées, y compris des chasseurs-bombardiers et des avions Dassault Super-Étendard équipés de missiles Exocet. Lorsque l'Irak envisageait de retarder ses paiements pour le matériel, Paris rééchelonnait la dette irakienne.

Toutefois, la relation entre les deux États a été compromise lorsque l'Irak envahit le Koweït en 1990, la France rompant toutes relations diplomatiques avec l'Irak, dénonçant l'invasion. Elle répondit en essayant de convaincre Saddam Hussein de retirer ses troupes du Koweït quelques jours avant le déclenchement de l'opération Desert Storm. Des envoyés français étaient par ailleurs présent à Bagdad, essayant de trouver une solution diplomatique à la crise. La France est restée ainsi favorablement inclinée envers l'Irak contrairement aux autres pays occidentaux. Sur le plan économique, les relations avec l'Irak représentaient un désastre financier, laissant des factures impayées d'une valeur de 4 milliards de dollars.

En 2004, à la suite de la guerre d'Irak (lors de laquelle la France s'était déclarée opposée à une intervention des États-Unis), les relations entre les deux États sont restaurées[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Iraq: the French connection, BBC, 23 février 1998
  2. (en) Bennett Ramberg, Nuclear Power Plants as Weapons for the Enemy: An Unrecognized Military Peril. University of California Press, 1985
  3. (en) 1981: Israel bombs Baghdad nuclear reactor, BBC, consulté le 10 avril 2012
  4. (en) France and Iraq restore relations, BBC News, 12 juillet 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]