Relations entre la France et le Royaume-Uni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre la France et le Royaume-Uni
Drapeau du Royaume-Uni
Drapeau de la France
Royaume-Uni et France
     Royaume-Uni      France
Ambassades
Ambassade du Royaume-Uni en France
  Ambassadeur Sir Peter Ricketts
  Adresse 35, Rue du Faubourg-Saint-Honoré
75383 Paris
  http://gov.uk/world/france
Ambassade de France au Royaume-Uni
  Ambassadeur Bernard Émié
  Adresse 58 Knightsbridge Londres SW1X 7JT
  http://www.ambafrance-uk.org
Frontière
Frontière entre la France et le Royaume-Uni
Rencontres sportives
Football Angleterre-France
Écosse-France
France-Pays de Galles
France-Irlande du Nord
Rugby à XV Angleterre-France
Écosse-France
France-Pays de Galles

Les relations entre la France et le Royaume-Uni constituent les relations internationales bilatérales entre la France et le Royaume-Uni, deux pays membres de l'Union européenne, des Nations unies et de l'OTAN.

Au cours de l'histoire, les relations entre les deux nations ont souvent été belliqueuses et ont, de ce fait, profondément marqué l'histoire de l'Europe et du monde. Les différences culturelles (anglophonie contre francophonie), religieuses (anglicanisme contre catholicisme), et politiques (monarchisme contre républicanisme) ont été la source de nombreux conflits, parmi lesquels la guerre de Cent Ans, la concurrence coloniale en Amérique du nord, ainsi que les guerres napoléoniennes.

Selon l'ex-premier ministre britannique Gordon Brown, les relations bilatérales sont une « Entente formidable », nouvelle étape de l'Entente cordiale formée depuis 1904 entre ces deux puissances. Cependant, si les Français ont généralement une bonne opinion de l'influence britannique[1], les Anglais cultivent toujours une certaine francophobie[2],[3] associée à leurs traditionnels sentiments anti-catholique et anti-républicain[4],[5].

Avant-propos[modifier | modifier le code]

Les relations entre la France et le Royaume-Uni doivent faire l'objet d'une lecture distincte selon les quatre nations constitutives du Royaume-Uni, de leurs divisions ethniques et culturelles. En effet, l’Écosse et l'Irlande ont souvent été alliées de la France contre l'Angleterre (cf. Auld Alliance), bien que considérées comme partie du Royaume-Uni.

Sur le plan ethnique, l'Écosse, l'Irlande et le Pays de Galles se définissent comme trois nations celtiques à l'image de la Gaule celtique, ancêtre de la France. L'Angleterre se définit quant à elle comme une nation germanique, terre de migrations des Angles et des Saxons, à l'origine du mot anglo-saxon.

Sur le plan religieux, si la France est historiquement catholique, le Royaume-Uni est profondément divisé entre divers courants chrétiens concurrents : anglicanisme en Angleterre, presbytérianisme en Écosse, et catholicisme en Irlande (cf. religion au Royaume-Uni). Le schisme anglican sous Henry VIII a provoqué le début des discriminations et persécutions religieuses en Angleterre, en particulier contre les catholiques, les juifs et les protestants non-anglicans (calvinistes presbytériens écossais).

Sur le plan politique, la France est une république laïque égalitaire, par opposition à la monarchie anglicane communautaire britannique. Le communautarisme britannique est à l'origine du concept de white anglo-saxon protestant, abrégé WASP dans l'anglo-monde, sous-entendant la supériorité des anglophones blancs protestants, par rapport aux autres peuples jugés inférieurs (catholiques, celtes ou latins par exemple). L'acte d'établissement de 1701, toujours en vigueur aujourd'hui, interdit aux catholiques de gouverner le Royaume-Uni[6]. La monarchie britannique établit également une hiérarchie sociale entre la noblesse et les autres sujets du royaume. De son coté, la République française est égalitaire et n'opère aucune différenciation entre ses citoyens.

La lecture ethnique, culturelle, religieuse, politique du Royaume dit « uni » permet de mieux comprendre les relations franco-britanniques : sympathie francophile dans l'Irlande catholique républicaine[7],[8] et l’Écosse celtique, sentiment antipathique ouvertement francophobe dans la monarchie protestante d'Angleterre[2]. Du fait de ses divisions internes, le Royaume-Uni est également soumis à de forts courants indépendantistes en Écosse et en Irlande-du-Nord.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Empires français et britanniques en 1920.

Si du Moyen Âge jusqu'à l'époque moderne les Anglais étaient considérés comme les « ennemis traditionnels » de la France (guerre de Cent Ans, guerre de Sept Ans, guerres de la Révolution française, guerres napoléoniennes...) elles se sont améliorées au début du XXe siècle. Les deux pays ont ainsi été alliés pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale. Les relations bilatérales restent aujourd'hui excellentes, les deux pays étant membres de l'Union européenne et de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN).

Relations économiques[modifier | modifier le code]

La France est le troisième partenaire économique du Royaume-Uni derrière les États-Unis et l'Allemagne. Le montant des exportations britanniques vers la France s'élevait en 2011 à 18,905 milliards de livres tandis que le montant des exportations françaises vers le Royaume-Uni s'élevait à 19,138 milliards de livres. Selon le Bureau des Affaires étrangères et du Commonwealth, 19,3 millions de citoyens britanniques (soit environ un tiers de la population) visitent la France chaque année.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 64 % des Français ont une bonne opinion de l'influence du Royaume-Uni. Inversement, 50 % des Britanniques ont une bonne opinion de la France et 34 % une mauvaise. », Country Rating Poll, BBC, 22 mai 2013.
  2. a et b (en) « 30 raisons pourquoi nous haïssons les Français », The Telegraph, 12 octobre 2007.
  3. (en) « OTAN : sarcasmes anti-français du Daily Mail », Arrêt sur images, 14 mars 2009.
  4. (en) « Républicains contre royalistes, une très civile guerre », The Guardian, 30 septembre 2012.
  5. « Révolution de la monarchie britannique : demain, une reine catho sur le trône ? », Atlantico, 19 septembre 2011.
  6. « Acte d'établissement de 1701 », sur constitution-du-royaume-uni.org,‎ 1701 : « il a été également promulgué, que toute personne qui était alors ou est devenue par la suite réconciliée avec l’Église de Rome, ou communierait selon le rite de l’Église de Rome, ou prétendrait être de confession papiste, ou épouserait un papiste, devrait être exclue et être pour toujours incapable d’hériter, de posséder ou de jouir de la Couronne et du gouvernement de ce royaume »
  7. (en) « Les catholiques formaient la vaste majorité de la population de l'Irlande. Leurs sympathies allaient en pensée avec les Français, à qui l'Angleterre à cette époque provoquait la peur. », The Royal Veto, Michael O'Riordan, 1913.
  8. Voir aussi les engagements militaires des français au côté des Irlandais : Expédition d'Irlande (1796) et Expédition d'Irlande (1798).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]