Queimada (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Queimada.

Queimada

Réalisation Gillo Pontecorvo
Scénario Franco Solinas, Giogio Arlorio
Acteurs principaux
Sociétés de production United Artists
Pays d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Genre Aventure
Sortie 1969
Durée 112 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Queimada est un film italien réalisé par Gillo Pontecorvo, sorti en 1969.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la mer des Caraïbes, sur l'île imaginaire de Queimada, au début du XIXe siècle, les colons se révoltent contre la puissance coloniale portugaise[1]. Le film suit les événements avec le point de vue d'un esclave noir et celui de l'agent secret anglais (joué par Marlon Brando) qui le manipule, ayant pour mission de faire passer l'île dans le domaine économique de l'Angleterre.

Au début, la révolte est menée par des créoles blancs désireux de se débarrasser de la métropole[2], même si les esclaves la soutiennent, et aidée par les Anglais qui veulent remplacer le Portugal. Puis, une fois que les nouveaux maîtres du pays ont montré qu'ils ne se soucient pas plus du sort des esclaves que ne le faisaient les anciens, ce sont les Noirs qui se révoltent. Parfois, les Anglais aident les Noirs, lorsque le gouvernement ne favorise pas leurs intérêts (l'île produit du sucre dont ils veulent le monopole d'exportation), mais, lorsque la révolte semble l'emporter un peu trop, ils aident le gouvernement redevenu docile à la réprimer (car la contagion ne doit pas s'étendre aux Antilles anglaises).

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film emprunte beaucoup à l'histoire des Caraïbes et de l'Amérique centrale. On reconnaît des thèmes, des éléments d'histoire ou des paysages empruntés notamment à Cuba ou à Haïti.

Contrairement à beaucoup de films sur des thèmes politiques analogues, celui-ci ne se termine pas par une victoire militaire mais est surtout centré sur ce qui se passe après : que fait-on de la victoire ?

La marche des esclaves sur la plage, vers la capitale qu'ils vont bientôt libérer, donne un incontestable souffle épique au film, mêlé à des éléments beaucoup plus réalistes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Aucune île des Antilles n'a jamais été portugaise ; l'histoire est une sorte de synthèse entre la révolution haïtienne à Saint-Domingue contre la France et celle de l'Amérique espagnole plus tard
  2. Ce qui fut effectivement le cas dans l'Amérique anglaise puis dans l'Amérique espagnole, et très brièvement dans la Saint-Domingue française

Lien externe[modifier | modifier le code]