John McCrae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

John McCrae

Description de l'image  John McCrae in uniform circa 1914.jpg.
Activités poète, médecin,
Lieutenant-colonel de la
Canadian Expeditionary Force (en)
Naissance
Guelph Canada
Décès (à 45 ans)
Boulogne-sur-Mer, France
Langue d'écriture anglais

Œuvres principales

John Alexander McCrae (Guelph (Canada) 30 novembre 1872 - Wimereux 28 janvier 1918) est un médecin militaire né au Canada. Il est connu comme l'auteur du poème Au champ d'honneur (In Flanders Fields).

Biographie[modifier | modifier le code]

John Mc Crae est un médecin biologiste qui s'est enrôlé volontairement d'abord pour la Seconde Guerre des Boers en Afrique du Sud puis dans le Corps expéditionnaire canadien pendant la Grande Guerre. Il a été promu au grade de lieutenant-colonel du Corps médical canadien. C'est lui qui aurait écrit en mai 1915 à Boezinge un poème en pleine bataille des Flandres. Il décède à l'Hôpital militaire britannique de Wimereux à la fin de janvier 1918.

Le poème[modifier | modifier le code]

Le poème In Flanders Fields évoque avec simplicité les champs de bataille des Flandres. Il est devenu pour les Canadiens et les Britanniques le symbole d'une génération fauchée dans la fleur de l'âge, à l'instar des romans de Roland Dorgelès ou de Maurice Genevoix pour les Français.

Une partie de ce poème est affichée dans le vestiaire de l'équipe de hockey Canadien de Montréal, de la Ligue nationale de hockey, sous les photos des joueurs qui ont été admis au Temple de la renommée du hockey : « Nos bras meurtris vous tendent le flambeau, à vous toujours de le porter bien haut. »

Le gouvernement canadien a fait faire une traduction officielle du poème sous le titre Au champ d'honneur.

Article détaillé : Au champ d'honneur.

Les coquelicots de papier[modifier | modifier le code]

La tombe de John McRae à Wimereux

Dès 1921, suite au poème de John Mc Crae, les Britanniques ont choisi comme « fleur du souvenir » le coquelicot, cette fragile fleur des champs, nommée poppy en anglais. Sur les tombes et sur les stèles britanniques, au cœur de la cathédrale d'Ypres, fleurissent aujourd'hui encore des coquelicots de papier. Les coquelicots sont encore portés à la boutonnière des Britanniques et des Canadiens à chaque cérémonie commémorative de la Grande Guerre (notamment le 11 novembre, jour du Souvenir, au Canada). Cette « fleur du souvenir », que l'on arbore au Poppy day rappelle la vision du champ de bataille de John McCrae à Boezinge, près d'Ypres. La France avait choisi le bleuet qui cotoyait le coquelicot dans les champs.

Le lieu de l'écriture[modifier | modifier le code]

Il est possible de visiter le lieu où John Mc Crae rédigea ce poème à Boezinge, là où les bunkers se dressent encore, veillant toujours sur le canal le long du Diksmuideweg (le chemin de Dixmude).

Lieu de mémoire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Source : François Hanscotte

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :