Poste aérienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enveloppe transportée par le premier vol vers l'Amérique du Sud du "Graf Zeppelin" en 1934

La poste aérienne est la division d'une administration postale chargée du transport du courrier par voie aérienne, avion à partir de l'entre-deux-guerres en Europe. Plus coûteux, ce moyen d'expédition a justifié des vignettes postales et des timbres-poste spécifiques.

Historique[modifier | modifier le code]

Les origines.[modifier | modifier le code]

Le transport de courriers par voie des airs apparait officiellement en tant que service ouvert aux particuliers en 1870 en France durant les sièges de Metz, et surtout de Paris[1].

Le ballon Le Neptune en cours de gonflage, photographie Nadar

Le 27 septembre 1870, l'Administration des Postes dans Paris assiégé publie deux décrets[2] applicables dès le lendemain (« si le temps le permet » sic) organisant l'acheminement de cartes-postes et de lettres ordinaires du public à destination de la France, de l'Algérie et de l'étranger par voie d'aérostats (ou ballon monté). Ce service par ballons montés constitue la première expérience mondiale de transport régulier par une administration postale de courriers par la voie des airs, marquant ainsi la naissance de la Poste aérienne[3].


Plus de deux millions[4] de plis circuleront entre Paris assiégé et la province (et le reste du monde). Les ballons seront construits aussi à grande échelle, à la chaine, marquant l'apparition d'une première industrie aéronautique.

Trop aléatoire quant à la direction prise par les ballons (avec ou sans conducteur), ces expériences resteront sans suite après le conflit. Mais les 67 vols réalisés entre le 18 septembre 1870 et le 28 janvier 1871 ont, pour la première fois, démontré que la voie aérienne pouvait avoir une utilité pratique, stratégique, et réalisable à grande échelle.

Notons que des expériences, durant des manifestations aéronautiques ou des liaisons par ballon, ont été réalisées antérieurement dans de nombreux pays (États-Unis d'Amérique, Angleterre, France…). Ces expériences ne correspondent pas à un « service postal » au sens moderne, mais à des événements ponctuels. Elles participent à l'histoire des précurseurs.

Article détaillé : Ballon monté.
Article détaillé : Timbres de France 1870.

La poste par avion, les premières liaisons.[modifier | modifier le code]

L’histoire de l’Aéropostale est étroitement liée à celle de l’aviation tout court. Ses pionniers qui ont pour nom Mermoz, Saint-Exupéry, Guillaumet, Noguès font aujourd’hui figure de héros. Notre mémoire a conservé d’eux des exploits tels que la traversée de l’Atlantique sud par Mermoz en 1930 mais aussi des tragédies.

Les précurseurs[5].

L’aventure de la poste par avion commence le 18 février 1911, durant une exposition internationale agricole, d'industrie et des transports en Inde, lorsque le Français Henri Péquet transporta d’Allahabad à Naini Junction environ 15 kg de courrier, soit 6500 lettres[6] et 40 cartes postales signées de sa main, sur un avion biplan Sommer, parcourant les 10 kilomètres en 27 minutes. À partir du 22 février, Henri Péquet et le capitaine anglais W. G. Windham assurent un service régulier durant toute la durée de l'exposition jusqu'à la gare de Naini Junction.

D’autres expériences eurent lieu en Allemagne le 19 mai 1912, puis, au Danemark le 2 septembre 1911, en Angleterre le 9 septembre 1911 (Londres-Windsor), au Maroc le 13 septembre 1911 (Casablanca-Rabat, puis poursuite vers Meknès et Fès les jours suivants) et aux États-Unis entre le 17 septembre et le 10 décembre 1911 sur la côte Est. Les distances parcourues restent courtes, limitées par le rayon d'action des avions.

En France, le premier vol postal officiel fut effectué par le lieutenant Nicaud le 31 juillet 1912 sur un biplan Farman. Ce jour-là le pilote emporta trois sacs de dépêches d’un poids de 50 kg, de Nancy à Lunéville sur une distance de 27 km[7].

Puis c’est au tour du lieutenant Ronin de franchir le 15 octobre 1913, les 400 km qui séparent Villacoublay de Pauillac, avant-port de Bordeaux, afin de remettre le courrier au capitaine du paquebot-poste Le Pérou à destination des Antilles françaises[8].

Les premières lignes régulières[5].

La première ligne régulière est tracée le 17 août 1918 sur le trajet Paris-Le Mans-Saint-Nazaire[9], plus précisément : Le Bourget à Escoublac, 158 rotations seront faites jusqu'au mois de juillet 1919, ce qui représente un volume de courrier très important, et permettait un gain de temps de plus de 5 heures par rapport au transport ferroviaire[10].

Avion Farman, 1939, transport de passagers et de courrier

Après l'Armistice, plusieurs lignes militaires se poursuivent et des liaisons civiles se mettent en place. Paris-Lille en février 1919, Paris-Londres, Paris-Bordeaux, Nancy-Longwy, Avignon-Nice en mars 1919, puis courant 1919 : Paris-Strasbourg, Paris-Valenciennes, Paris-Mulhouse, Constantinople-Bucarest. Ces lignes seront reprises par les premières compagnies aériennes créées par les constructeurs d'avions : Bréguet, Farman, Lioré et Latécoère.

C’est seulement en 1935 que s’organise un véritable réseau intérieur de jour avec la création de la société Air Bleu. Les avions monomoteurs Simoun reliaient alors Paris aux principales villes de province : Bordeaux, Mont-de-Marsan, Pau, Toulouse, Perpignan, Clermont-Ferrand, Saint-Étienne, Lyon, Grenoble. À partir de 1938, Orange, Marseille et Nice sont aussi desservies. Le but était de doubler les trains partis la veille au soir et de parvenir aux terminus en même temps que ces derniers trains pour permettre une levée du courrier plus tardive.

Article détaillé : Compagnie générale aéropostale.

Un service régulier de nuit est inauguré le 12 avril 1939 avec des avions bimoteurs Caudron Goëland sur les lignes de Paris-Bordeaux-Pau et Paris-Lyon-Marseille. Le but était d'assurer la transmission du courrier et de sa réponse en 24 heures par la même liaison.

Le service postal aérien après 1945 en France[modifier | modifier le code]

Après la guerre[5]., le service postal aérien fut intégré à la compagnie Air France pour former un département particulier, le Centre d’Exploitation postal métropolitain dont le premier directeur fut Didier Daurat. Les appareils utilisés étaient des Junker 52 récupérés sur l’occupant. Ceux-ci sont remplacés en 1948 par des avions américains, des Douglas DC-3 de type Dakota. En 1957, la flotte postale se compose de 9 appareils DC-3 qui transportent chaque nuit près de 25 tonnes de courrier, soit près du quart de tout le trafic-lettres métropolitain. La flotte a ensuite évoluée avec des DC4, des F 27 et deux Transalls C 160.

En 1999, la Société d'Exploitation Postale (SEA créée en 1991 entre La Poste, Air France, Air Inter, et TAT) achète trois biréacteurs Airbus A300-B4 en version cargo[11]. Puis en 2000, Air France cède ses parts à La Poste qui devient seul actionnaire, donnant ainsi naissance à « Europe Airpost ». La Poste continue d'acheminer le fret et le courrier avec des avions ATR, Airbus A300-Cargo et Boeing 737. Ces avions sont la propriété de La Poste mais c’est Air France qui en assure le fonctionnement. Certains avions transportent des passagers le jour et du courrier la nuit. Mais fin 2007 la filiale postale est cédée à la compagnie aérienne irlandaise Air Contractors, La Poste restant actionnaire minoritaire à hauteur de 3 %.

Les timbres de poste aérienne[modifier | modifier le code]

Timbre français de poste aérienne de 1930

L'expédition de courrier et de petits paquets par la poste aérienne nécessitant un affranchissement plus important que l'expédition par la route, le train ou le bateau, les postes ont émis des timbres portant la mention « poste aérienne » et dont la valeur faciale était beaucoup plus forte que celle des timbres-poste habituels.

Souvent, ces timbres ont porté des figurines liées au thème de l'aviation : pilotes pionniers, appareils historiques, vues de ville depuis le ciel, etc.

Actuellement, l'évolution du transport postal fait que la plupart des expéditions par les postes vers une destination lointaine passent par la voie aérienne. Les timbres de poste aérienne sont souvent de simples timbres de fortes valeurs pour composer des affranchissements qui ne sont pas forcément liés à une expédition aérienne (exemple : affranchissement en timbres d'un colis). Cependant, la plupart des éditeurs de catalogues de timbres classent ces timbres toujours après les timbres-poste « normaux », à l'exception de l'éditeur allemand Michel qui classe les émissions dans leur stricte chronologie.

Aérophilatélie[modifier | modifier le code]

Pour les collectionneurs, la poste aérienne est un champ de recherche très étendu :

  • collection philatélique des timbres de poste aérienne,
  • collection et étude des plis ayant voyagé pendant les premières décennies de l'aventure aérienne postale,
  • l'aérophilatélie est le collection des plis et marques postales liés à l'aviation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collectif, La Poste aérienne française, édition Revue Icare, Paris 2000 à 2001 : n°173, 2e trimestre 2000 ; n°177, 2e trimestre 2001 ; n°179, 4e trimestre 2001. (3 volumes d'environ 160 pages chacun consacrés entièrement à l'histoire de la Poste aérienne, avec une iconographie de qualité et souvent inédite, entièrement en couleur).
  • Théodore Champion, Catalogue historique et descriptif des timbres de poste aérienne, Théodore Champion éd., Paris, 1922.
  • Jean Silombra, Catalogue de poste aérienne, Paris, 1958-59.
  • Frank Muller, Catalogue des aérogrammes du monde entier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La définition de la Poste aérienne est ici celle d'un service ouvert au public, avec un tarif spécifique et une reconnaissance de l'administration postale qui utilise le moyen des airs pour transporter du courrier à acheminer. Selon les auteurs, cette définition est variable, tantôt un transport d'une lettre par voie aérienne, même à titre privé, tantôt un service restrictif organisé par l'administration postale, les ballons montés sont plus proches de cette deuxième définition.
  2. L'article 2 du premier décret créant ce service spécial précise :
    1. Le poids des lettres expédiées par les aérostats ne devra pas dépasser 4 grammes.
    2. La taxe à percevoir pour le transport de ces lettres reste fixée à 20 centimes.
    3. L'affranchissement [au moyen de timbres poste] en est obligatoire.
    Et précise en remarque que : les lettres fermées que le public entendra réserver pour être acheminées par les ballons montés devront porter sur l'adresse la mention expresse : « par ballons montés », etc.
  3. Il s'agit du premier service postal, officiel, régulier, par voies des airs, contrairement aux expériences antérieures confidentielles ou ponctuelles, du siège de Metz par exemple.
  4. Selon les auteurs : de 2 à 3 millions de plis.
  5. a, b et c Voir bibliographie : Collectif, La Poste aérienne française, édition Revue Icare, Paris 2000 à 2001 : n°173, 2e trimestre 2000 ; n°177, 2e trimestre 2001 ; n°179, 4e trimestre 2001.
  6. Les lettres transportées durant la durée de l'exposition internationale des sciences et transport portent toutes un cachet spécial : « First Aerial Post, U.P. Exhibition Allahabad 1911 ». Il s'agit de la première marque postale officielle.
  7. Un timbre-poste commémoratif a été émis en 1992 pour le 80e anniversaire de l'événement.
  8. Un timbre-poste dans la série « Poste aérienne » émis en 1978 et d'une valeur de 1,50 F, commémore cet événement.
  9. Cette liaison avait pour objet de transmettre les courriers des soldats américains sur le front, et les dépêches, Saint-Nazaire étant le port de liaison avec l'Amérique, et la base arrière du matériel arrivant par mer, durant le conflit.
  10. Un timbre-poste commémoratif pour le 50e anniversaire de l'événement a été émis en 1968.
  11. Représenté par un timbre-poste en 1999, dans la série « Poste Aérienne », d'une valeur de 15,00 F, puis avec un dessin différent à nouveau en 2002, dans la même série et d'une valeur de 3,00 €.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]