Point limite zéro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Point limite zéro

Titre original Vanishing Point
Réalisation Richard C. Sarafian
Scénario Guillermo Cain
Acteurs principaux
Sociétés de production Cupid Productions
20th Century Fox
Pays d’origine États-Unis
Genre Road movie
Sortie 1971
Durée 98 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Point limite zéro (Vanishing Point[1]) est un road movie américain de Richard C. Sarafian sorti en 1971.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Kowalski fait le pari qu'il peut convoyer une Dodge Challenger R/T blanche, de Denver à San Francisco en quinze heures. Il s'ensuit une course poursuite avec la police des états qu'il traverse. Dans sa course, il est aidé par un animateur radio noir et aveugle, Super Soul. On apprend au long du film que Kowalski a été tour à tour policier, puis pilote de motos et de Nascar.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Drapeau des États-Unis États-Unis : 15 janvier 1971
Drapeau de la France France : 12 mai 1971

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Le film est écrit par Guillermo Cain, d'après une histoire de Malcolm Hart. Guillermo Cain est en réalité un pseudonyme utilisé par l'écrivain cubain Guillermo Cabrera Infante. Le réalisateur raconte qu'à l'époque du film, Guillermo Cabrera Infante était « frêle, hypocondriaque et ne se déplaçait nulle part sans sa trousse à pharmacie. Il craignait tout, les microbes, les avions, les voitures »

Casting[modifier | modifier le code]

Le réalisateur Richard C. Sarafian voulait Gene Hackman pour le rôle principal, mais le directeur de la Fox Richard Zanuck impose Barry Newman[3].

Charlotte Rampling a tourné une scène où elle est auto-stoppeuse, cette scène existait dans la version internationale de 1971, mais elle a été supprimée dans la version diffusée aux États-Unis.

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film est tourné en seulement 28 jours par une équipe limitée de 19 personnes. 5 Dodge Challenger sont utilisées durant le tournage des folles scènes de poursuite[3]. Le budget initial de 1 400 000 $ est alors dépassé de 14 000 $[3].

Bande originale[modifier | modifier le code]

Vanishing Point

Bande originale par divers artistes
Sortie 13 mars 1971
Enregistré 1970
Durée 40:51
Genre country, rock, pop
Producteur Pete Carpenter, Mike Post, Jimmy Bowen, Tom Thacker
Label A&M Records, Amos Records
Critique

À l'origine, le réalisateur Richard C. Sarafian voulait utiliser l'album Motel Shot de Delaney & Bonnie comme bande originale[4]. Cependant, le directeur du département musique de la Fox de l'époque, Lionel Newman, refuse en raison de droits d'auteur trop cher pour le studio. Le réalisateur suggère alors d'engager Randy Newman, mais le studio refuse également[4]. Après avoir vu le film, Jimmy Bowen compose 3 morceaux orignaux. Bonnie & Friends apparaissent quant à eux dans le film dans les rôles des chanteurs de musique chrétienne en compagnie de la chanteuse Rita Coolidge et de David Gates au piano.

"Nobody Knows" est la première chanson interprétée par Kim Carnes, créditée "Kim & Dave". Elle a également écrit "Sing Out for Jesus" chantée par Big Mama Thornton.

Liste des titres
No Titre Auteur(s) Durée
1. Super Soul Theme (The J.B. Pickers) Jimmy Bowen 1:50
2. The Girl Done Got It Together (Bobby Doyle) Mike Settle 2:47
3. Where Do We Go From Here? (Jimmy Walker) Mike Settle 2:53
4. Welcome to Nevada (Jerry Reed) Barnhill, Lanier 1:52
5. Dear Jesus God (Bob Segarini and Randy Bishop) Segarini, Bishop 3:57
6. Runaway Country (Doug Dillard Expedition) Doug Dillard, Byron Berline 4:09
7. You Got to Believe (Delaney, Bonnie & Friends) Delaney Bramlett 3:00
8. Love Theme (Jimmy Bowen Orchestra) Jimmy Bowen 2:40
9. So Tired (Eve) Creamer, Sliwin, Temmer 2:10
10. Freedom of Expression (The J.B. Pickers) Jimmy Bowen 5:48
11. Mississippi Queen (Mountain) West, Laing, Pappalardi, Rea 2:32
12. Sing Out for Jesus (Big Mama Thornton) Kim Carnes 1:47
13. Over Me (Bob Segarini and Randy Bishop) Bob Segarini, Randy Bishop 3:04
14. Nobody Knows (Kim & Dave) Mike Settle 2:22
40:51

Commentaires[modifier | modifier le code]

Le héros conduit une Dodge Challenger RT blanche

Analyse[modifier | modifier le code]

Une course poursuite d'une heure et demie, avec de vrais morceaux d'anthologie des années 1970, comme par exemple une femme nue sur une moto dans le désert. L'animateur de radio aveugle Super Soul (Super âme), est un vrai allumé pour qui Kowalski est le dernier esprit libre américain face aux forces de police brutales et vengeresses. Le programme FM de Super Soul va le guider, être sa boussole et sa conscience à travers la contre-culture des États-Unis des années 1970. Ce film a un peu l'esprit Easy Rider sauf que la voiture se substitue aux motos et le speed à la marijuana. Un film existentiel, huit ans avant Mad Max...

Derrière le genre road movie, Point limite zéro est surtout une réflexion sur le parcours d'un homme et sur le moment de sa décision qui le conduira au suicide. Le titre original, comme le montre la réalisation (le fondu des voitures du flashback) est juste dans l'esprit. C'est un instant flou, un point indéterminé, où tout bascule.

Le film est un gigantesque flashback, la narration ne durant que 2 minutes du dimanche 10h02 au début du film, au dimanche 10h04 à la fin du film. Le flashback s'étalant sur les 2 jours précédents (vendredi 23h30).

Héritage[modifier | modifier le code]

  • En 1997, un remake télévisé intitulé Vanishing Point est produit par Fox Television, avec Viggo Mortensen, Jason Priestley, Peta Wilson, Christine Elise et Keith David.
  • La scène d'introduction du film Mad Max de George Miller reprend presque plan pour plan une scène centrale de Point limite zéro. On peut également rapprocher les noms des deux héros : Rockatansky dans Mad Max rappelle Kowalski dans Point limite zéro.
  • Dans le jeu vidéo GRID 2 sorti en 2013, un succès consiste à gagner une course dans une Dodge Challenger blanche en survivant "contrairement à Kowalski".
  • Le titre original du film a inspiré au groupe britannique Primal Scream le nom de leur album publié en 1997, Vanishing Point. L'album a été conçu comme bande originale alternative au film. Sur ce même album se trouve un morceau intitulé Kowalski[5].
  • Les personnages féminins du film Boulevard de la mort de Quentin Tarantino font à de nombreuses reprises référence à Point limite zéro et notamment à la Dodge Challenger du héros qu'elles utilisent lors de la dernière poursuite. On peut également penser que K-Billy dans Reservoir Dogs est une référence à Super Soul, le DJ qui rythme la quête de Kowalski.
  • Dans la chanson Breakdown issue de l'album Use Your Illusion II des Guns N' Roses, Axl Rose termine en citant un texte de Super Soul, extrait du film "There goes the Challenger being chased by the blue-blue meanies on wheels, the vicious traffic squad cars are after our lone driver, the last American hero, the-the electric centaur, the demi-god, the super driver of the golden West ! Two nasty nazi cars are close behind the beautiful lone driver, the police cars are getting closer-closer, closer to our soul hero in his soul mobile. Yeah baby, they're about to strike, they're gonna get him, smash, rape the last beautiful free soul on this planet... But, it is written - if the evil spirit arms the tiger with claws, Brahman provided wings for the dove. There speaks the super Guru. Did you hear that?" (Ainsi va la Challenger poursuivie par les garnements bleus sur roues, les voitures de la vicieuse escouade de la circulation sont après notre conducteur solitaire, le dernier héro américain, le centaure électrique, le demi-dieu, le super conducteur de l'ouest doré ! Deux vilaines voitures nazies sont juste derrière le beau conducteur solitaire, les voitures de police sont de plus en plus proches de notre âme-héro dans sa voiture-âme. Oui bébé, ils sont sur le point de frapper, ils vont l'attraper, l'écraser, violer la dernière belle âme libre de cette planète... Mais, il est écrit que si l'esprit du mal a armé le tigre avec des griffes, Brahman a pourvu des ailes à la colombe. Ainsi parla le super gourou. As-tu entendu ?)

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Une version édulcorée du film existe, notamment pour les diffusions en vidéo et à la télévision américaine, dont sont retirées deux séquences : celle où le policier essaye d'abuser de la fille à l'arrière de sa voiture, et celle de la fille nue à moto mais pas la scène où un couple d'homme tombés en panne n'hésitent pas à braquer leur sauveur.
  • Dans le commentaire audio du DVD, le réalisateur justifie la couleur blanche de la voiture par une volonté de meilleure visibilité par rapport aux arrières plans, et non par un quelconque souci symbolique.
  • Pour la scène finale, c'est une Chevrolet Camaro qui a été utilisée pour la cascade.
  • Le film est sorti la même année que Macadam à deux voies (Two-Lane Blacktop), autre road movie où la poursuite de la vitesse se conclut par le même résultat. Cependant, malgré la thématique automobile et leur constat désabusé commun, les deux visions sont exprimées très différemment. L'humour, l'ambiance post-hippie et la surenchère à l'œuvre dans Point limite zéro laissent place au mutisme sombre et à la désincarnation des héros de Macadam à deux voies. L'un est festif et communautaire, même s'il s'achève sur l'empalement sacrificiel du déclencheur quand l'autre est un récit minimaliste proche du documentaire sans commentaire. Toutefois dans les deux films, seul le présent a une valeur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Point de fuite en français.
  2. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  3. a, b et c Secrets de tournage - AlloCiné
  4. a et b (en) Siegel, Mike (2008). The Freedom of Speed. Cinema Retro. p. 30
  5. Vortex, Drug & Rock n Roll, NME, 3 mai 1997

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]