Pierre runique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La pierre runique de Lingsberg, en Suède, datant du XIe siècle.

Une pierre runique est une pierre dressée gravée d'inscriptions runiques. Érigées au IVe siècle et principalement à la fin de l'âge des Vikings, la plupart sont situées en Scandinavie, bien qu'il en existe également en dehors de cette région. Il s'agit souvent de monuments à la mémoire de personnes décédées.

Histoire[modifier | modifier le code]

La pierre de Snoldelev, l'une des plus anciennes pierres runiques du Danemark.

La tradition d'élever des pierres portant des inscriptions runiques apparaît au IVe siècle dans les actuelles Norvège et Suède. Ces pierres runiques sont alors placées près des tombes[1],[2]. Les premières pierres runiques apparaissent au Danemark aux VIe siècle[2]. Une cinquantaine de pierres en Scandinavie datent des invasions barbares[3]. La plupart des pierres runiques sont érigées entre 950 et 1100, principalement en Suède et au Danemark, et dans une moindre mesure en Norvège[1].

Cette tradition est mentionnée dans la saga des Ynglingar et le Hávamál.

La production de la plupart des pierres runiques est un effet de mode qui débute au Danemark dans les années 960. Le roi Harald Ier de Danemarker, récemment baptisé, commande la construction d'une pierre runique pour marquer l'arrivée d'un nouvel ordre et d'un nouvel âge[4]. Cette pierre est dédiée à la mémoire de Gorm, son père, et de Thyra, sa mère. Elle comporte trois faces. L'une d'elle comporte la plus ancienne inscription connue du Christ au Danemark. À sa suite, de nombreux chefs de clans imitent volontairement Harald, et une vague de pierres runiques se transmet vers le nord. Dans la plupart des régions, la mode s'éteint après une génération ; dans les provinces suédoises centrales d'Uppland et Södermanland, elle persiste jusqu'au XIIe siècle[4].

Distribution[modifier | modifier le code]

Distribution des pierres runiques en Suède, le pays qui en possède le plus. En nombre de pierres par km² :
  •      >10
  •      5-9
  •      1-4
  •      <1
  •      0

Parmi les 6 000 inscriptions runiques connues en Scandinavie, environ 3 000 sont des pierres runiques[2].

Il existe également des pierres runiques dans d'autres parties du monde, la tradition ayant été apportée par les Vikings pendant leurs voyages, depuis l'île de Man à l'ouest jusqu'à la mer Noire à l'est[1].

Au sein de la Scandinavie, la distribution des pierres est très inégale : le Danemark en compte 250, la Norvège 50 et l'Islande aucune[3]. La Suède en compte entre 1 700[3] et 2 500[4],[2], suivant la définition. Le district suédois d'Uppland compte la plus grande concentration, avec 1 196 inscriptions sur pierre, suivi du Södermanland (391)[4].

En dehors de Scandinavie, l'île de Man possède 30 pierres runiques datant du IXe siècle au début du XIe siècle. Des pierres isolées ont été trouvées en Angleterre, Irlande, Écosse et aux îles Féroé[2]. À l'exception de la pierre de Berezan', sur la mer Noire, aucune pierre runique n'a été découverte en Europe de l'Est.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Article runsten, Nationalencyklopedin (1995), tome 16, p. 91-92.
  2. a, b, c, d et e Kristel Zilmer, "He drowned in Holmr's sea": Baltic traffic in early Nordic sources, Presses universitaires de Tartu, PDF (ISBN 9949-11-089-0, lire en ligne)
  3. a, b et c (no) Lisa Olstad, « Ein minnestein for å hedre seg sjølv », forskning.no,‎ 16 décembre 2002
  4. a, b, c et d D. Harrison et K. Svensson, Vikingaliv, Värnamo, Fälth & Hässler (ISBN 91-27-35725-2)