Ōthalan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.

Ōthalan

« propriété, domaine »
Nom
Proto-germanique Vieil anglais
*Ōþalan Ēðel
Tracé
Vieux futhark Futhorc
Runic letter othalan.svg
Unicode (HTML)

U+16DF (#5855;)
Translittération
o œ
Transcription
o, ō œ, oe, ōe
API
[o(ː)] [], [ø(ː)]
Position dans l'alphabet
24 25

Odal ou Ōþalan ou Ōthalan (alternativement Ōþala/Ōthala ou Ōþila(n)/Ōthila(n), selon la transcription et la reconstruction du mot) est la 24e et dernière rune du Futhark et la huitième de la famille de Tīwaz. Elle est précédée de Dagaz et signifie « famille ».

Le nom de cette rune était éðel « propriété, biens, richesse, prospérité » en vieil anglais ; l'usage de cette rune fut abandonné dans la version brève de l'alphabet runique en usage en Scandinavie, de sorte qu'il n'y a pas de nom pour elle en vieux norrois ; cependant, le mot lui-même existait en norrois sous la forme óðal.

Le Codex Vindobonensis 795 donne un nom de lettre correspondant dans l'alphabet gotique sous la forme utal, restitué en gotique comme oþal. *Ōþala(n) ou *ōþila(n) est la forme reconstruite pour le proto-germanique à partir de cette correspondance et à partir du vieux saxon ôðil (*ōþila(n) en proto-germanique). Cette rune notait à l'origine vraisemblablement le son [o].

Usage controversé[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la rune Ōþalan fut utilisée par la Hitlerjugend et la 7e division SS de volontaires de montagne Prinz Eugen ; elle est aujourd'hui encore associée au nazisme, généralement sous le nom de rune d'Odal tirée du nom norrois.

Enseigne de la 7e division SS de volontaires de montagne Prinz Eugen avant et pendant la seconde guerre mondiale.

Par la suite, cette rune a été utilisée par divers groupes néo-nazis, comme le Wiking-Jugend en Allemagne ; Odal a également servi de nom à un mensuel néo-nazi[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schönteich, Martin and Boshoff, Henri, Volk, faith and fatherland: the security threat posed by the white right, Institute for Security Studies, Afrique du Sud, 2003, p.48.