Hagalaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.

Hagalaz

« grêle »
Nom
Proto-germanique Vieil anglais Vieux norrois
*Haǥ(a)laz Hægl Hagall
Tracé
Vieux futhark Futhorc Futhark récent
Runic letter haglaz.svg   Runic letter haglaz variant.svg Runic letter haglaz.svg   Runic letter haglaz variant.svg H-rune.png   H rune short-twig.png
Unicode (HTML)
ᚺ ᚻ
U+16BA U+16BB
(#5818; #5819;)
ᚺ ᚻ
U+16BA U+16BB
(#5818; #5819;)
ᚼ ᚽ
U+16BC U+16BD
(#5820; #5821;)
Transcription et translittération
h
API
[h]
Position dans l'alphabet
9 9 7
Autres variantes de la rune hagalaz en vieux Futhark

Hagalaz ou Haglaz est la neuvième rune du Futhark. Elle occupe la première position dans la deuxième famille de huit runes qui porte le même nom qu'elle. Cette famille comprend Hagalaz, Naudiz, Īsaz, Jēra, Eihwaz, Perþō, Algiz et Sōwilō. La rune Hagalaz est précédée de Wunjō et suivi de Naudiz. Elle est nommée Hægl en anglo-saxon et Hagall en vieux norrois. Dans toutes ces langues, elle signifie « grêle ».

Le Codex Vindobonensis 795 donne un nom de lettre correspondant dans l'alphabet gotique sous la forme haal, restitué en gotique comme hagl (𐌷). *Hagalaz ou *haglaz est la forme reconstruite pour le proto-germanique à partir de cette correspondance et du vieux saxon hagal.

En vieux Futhark, cette rune possède deux graphies : une simplement barrée et une doublement barrée. La première était utilisée en Scandinavie, la seconde sur le continent à l’époque mérovingienne[1]. En Angleterre, la variante simplement barrée a laissé la place à celle doublement barrée au VIIe siècle.

Cette rune notait à l'origine le son [h] ou [x].

Poèmes runiques[modifier | modifier le code]

Les trois poèmes runiques décrivent cette rune :

Poème runique[2] Traduction en français

Vieux norvégien
Hagall er kaldastr korna;
Kristr skóp hæimenn forna.


La grêle est le plus froid des grains ;
Christ recréa l’ancien monde.

Vieil islandais
Hagall er kaldakorn
ok krapadrífa
ok snáka sótt.


La grêle est un grain froid
et une douche de neige fondue
et la maladie des serpents.

Anglo-saxon
Hægl byþ hwitust corna;
hwyrft hit of heofones lyfte,
wealcaþ hit windes scura;
weorþeþ hit to wætere syððan.


La grêle est le plus blanc des grains ;
elle est le produit du souffle des cieux
lancée par les vents de la tempête
puis se change en eau.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucien Musset, Introduction à la runologie, Paris, Aubier-Montaigne,‎ 1965, 468 p. (ISBN 978-2700702798), p. 91
  2. Poèmes et traduction en anglais sur cette page.