Runologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Runes

La runologie est l’étude des alphabets et inscriptions runiques ainsi que de leur histoire. Elle constitue une branche de la linguistique germanique.

Histoire[modifier | modifier le code]

La runologie fut « créée » par Johannes Bureus, un érudit du XVIIe siècle qui s’est notamment intéressé à la langue des Geats, le vieux norrois. Toutefois, il voyait également les runes comme des objets saints ou magiques.

L’étude des runes fut poursuivie par Olof Rudbeck et présentée dans sa collection Atlantica. Le physicien Anders Celsius étendit plus tard la science des runes en voyageant à travers la Suède pour examiner les bautastenar (mégalithes à présent appelés pierres runiques). En 1732, le savant islandais Jón Grunnvíkingur publie un traité de runologie, Runologia.

C’est cependant au XIXe siècle que la runologie prend de l’ampleur. Wilhelm Grimm traite des runes marcomanniques en 1821[1] ; en 1900 débute la publication du Sveriges runinskrifter, un vaste catalogue des runes suédoises qui compte à présent quinze volumes. Le journal Nytt om runer, consacré uniquement aux runes, est lancé en 1985 : il est publié par les « archives runiques » du Muséum d’Histoire Culturelle de l’Université d'Oslo. Enfin, le projet Rundata, visant à cataloguer efficacement l’ensemble des inscriptions runiques, débute en 1993.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Wilhelm Grimm, Ueber deutsche Runen,‎ 1821, 331 p. (lire en ligne), chap. 18, p. 149-159