Patricia Mazuy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Patricia Mazuy

Naissance 1960
Dijon
Drapeau de la France France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Réalisatrice, scénariste
Films notables Saint Cyr

Patricia Mazuy est une réalisatrice et scénariste française née à Dijon en 1960.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Patricia Mazuy est née à Dijon en 1960. Ses parents sont boulangers[1].

Elle fait à Dijon ses études secondaires (lycée Carnot, Bac C avec mention bien). Après une année préparatoire réussie au lycée Henri-IV, elle commence des études commerciales à HEC, où elle s'occupe en fait surtout du ciné-club. En 1982, lors d'un séjour aux États-Unis, elle rencontre Agnès Varda (en tournage de Murs Murs et Documenteur). Patricia Mazuy décide d'abandonner HEC et de se consacrer définitivement au cinéma. Elle s'est liée d'amitié avec l'actrice Laure Duthilleul, qu'elle fait venir à Los Angeles pour tourner un court métrage (Colin Maillard) qu'elle monte avec l'aide de Sabine Mamou et d'Agnès Varda.

[réf. nécessaire]

En 1984, elle réalise La Boiteuse toujours avec Laure Duthilleul. Sabine Mamou lui permet ensuite de commencer une carrière de monteuse puisqu'elle est sa stagiaire sur Une chambre en ville de Jacques Demy et son assistante sur Le Mur de Yilmaz Güney. Elle devient ensuite monteuse pour Agnès Varda (Sans toit ni loi, avec Sandrine Bonnaire) puis réalisatrice.

Dès son premier long métrage, Peaux de vaches, sorti en 1989 elle montre, selon le journal Le Monde « une puissance de mise en scène remarquable. » et offre à Sandrine Bonnaire un de ses meilleurs rôles[2]. Le film est sélectionné à Un certain regard au Festival de Cannes 1989[3], il obtient le prix du public au festival Premiers plans d'Angers en 1989[4] et est nommé aux Césars.[réf. nécessaire]

Après ce film, elle ne souhaite pas réaliser un film intimiste et s'engage dans l'écriture d'un scénario intitulé Voleurs ! avec Yves Thomas. Il s'agit d'un film ambitieux qu'elle ne trouve pas moyen de faire financer[5].

Elle tourne ensuite pour le petit écran des épisodes pour les séries américaines The Hitchhicker (Le Voyageur) et Scene of the crime. Elle estime que ces réalisations n'ont pas vraiment d'intérêt « sur le fond » mais cette expérience lui permet de s'entraîner à travailler rapidement et en anglais[5]. Suite à une commande d'Antenne 2 et du Ministère de l'Agriculture elle réalise un documentaire de vulgarisation scientifique sur les bovins et les manipulations génétiques[5] : Des taureaux et des vaches. Elle se met alors à aimer la campagne, ce qui n'était pas le cas auparavant, ainsi que les vaches[5].

En 1994, Patricia Mazuy réalise Travolta et Moi, un des meilleurs téléfilms[2] de la série d'Arte Tous les garçons et les filles de leur âge.... Contactée dès 1991[5], elle est la première des neuf cinéastes de cette série à réaliser son film[6]. Faisant jouer des adolescents dont certains ne sont pas professionnels, elle fait montre de nouveau dans ce film de ses qualités de directrice d'acteurs[2]. Travolta et moi est sélectionné au Festival de Locarno où il obtient un Léopard de bronze[7].

Elle développe pendant un temps un projet de film policier, The Big Green, écrit par Simon Reggiani et initié par Philippe Carcassonne avec l'acteur Elliott Gould qu'elle a dirigé dans la série Le Voyageur. Le film devait se tourner au Mexique et à Las Vegas mais n'a pas été mené à bien[5].

En 1999, elle fait tourner Emmanuelle Devos et le judoka David Douillet dans un téléfim réalisé pour France 2. La Finale (scénario de Simon Reggiani) a pour cadre une HLM au moment de la Coupe du monde de football.

Ce n'est qu'en 2000, que son deuxième long-métrage, Saint-Cyr, sort sur les écrans. C'est le producteur Denis Freyd qui lui a proposé de réaliser ce film, alors qu'elle était encore dans la préparation de Travolta et moi[5]. Elle a tout d'abord pensé qu'il s'agissait d'un film sur l'école spéciale militaire de Saint-Cyr alors que c'est en fait une adaptation libre du roman d’Yves Dangerfield, La Maison d’Esther : le film raconte l'histoire de l'école dédiée aux jeunes filles de la noblesse pauvre par Mme de Maintenon, la maîtresse de Louis XIV (incarnée par Isabelle Huppert). Patricia Mazuy parle de ce film comme d'un « Full Metal Jacket en jupons ». Il est sélectionné au Festival de Cannes dans la section Un Certain regard en 2000[3], et récompensé par le prix Jean-Vigo.

En 2004, Patricia Mazuy réalise avec son compagnon Simon Reggiani Basse Normandie. Il s'agit d'un film partant Les Carnets du sous-sol de Dostoïevski pour parler de la génération sacrifiée punk dont a fait partie Simon Reggiani, mêlant documentaire et fiction et parlant aussi de leur amour des chevaux[8].

Patricia Mazuy est aussi scénariste. Elle écrit d'abord avec Yves Thomas (Peaux de vaches, Saint Cyr), puis avec son ex-compagnon Simon Reggiani (Basse Normandie, Sport de filles). En 2010, elle signe avec François Bégaudeau une proposition de film d'après la nouvelle Et Dormir… qu'il a écrite autour du personnage de Béatrice Merkel. Au printemps 2011, elle achève enfin le film Sport de Filles avec Marina Hands, Bruno Ganz et Josiane Balasko. Marina Hands, qui a porté le projet pendant plusieurs années [9], incarne une jeune femme venue d'un milieu paysan, dont le rêve de devenir cavalière se heurte aux enjeux financiers et aux intérêts personnels du monde équestre.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Prix, sélections et nominations[modifier | modifier le code]

Prix[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Sélections[modifier | modifier le code]

  • 1989 : Sélection de Peaux de vaches à Un Certain Regard
  • 2000 : Sélection de Saint Cyr à Un Certain Regard

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Propos de Patricia Mazuy », sur Festival de Belfort,‎ 2011
  2. a, b et c Jean-Michel Frodon, « Patricia Mazuy, les acteurs plein cadre », Le Monde,‎ 11 mai 2000 (lire en ligne)
  3. a et b Fiche de Patricia Mazuy sur le site du festival de Cannes
  4. Palmarès du Festival d'Angers 1989 sur IMDb.com
  5. a, b, c, d, e, f et g Patricia Mazuy, « Travolta et nous, propos recueillis par Camille Nevers et Vincent Vatrican », Cahiers du cinéma, no 485,‎ novembre 1994, p. 33-35
  6. Cécile Maveyraud, « Les années surboum », Télérama, no 2337,‎ 26 octobre 1994, p. 90 et 91
  7. a et b Site du festival de Locarno
  8. Serge Kaganski, « Simon Reggiani et Patricia Mazuy : un couple épatant », Les Inrockuptibles,‎ 13 octobre 2004 (lire en ligne)
  9. Isabelle Regnier, « Patricia Mazuy boucle dix années d'aventures hippiques », Le Monde,‎ 28 décembre 2010 (lire en ligne)