Raoul Brandon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Raoul Brandon
Fonctions
Parlementaire français
Député 1928-1940
Gouvernement IIIe république
Groupe politique PRS (1928-1936)
USR (1936-1940)
Biographie
Date de naissance 24 mars 1878
Date de décès 4 décembre 1941
Résidence Seine
Ancien hôtel des postes à Chartes

Raoul Brandon est un architecte et homme politique français né le 24 mars 1878 à Lucé (Eure-et-Loir) et décédé le 4 décembre 1941 à Assay (Indre-et-Loire).

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille modeste - son père est cloutier - de huit enfants, il se révèle un étudiant brillant. Une bourse lui est attribuée par sa ville natale, qui lui permet d'effectuer des études d'architecture. Il remporte alors de très nombreux prix et concours et devient professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts. Après avoir créé sa propre agence d'architecture, il s'investit dans les associations professionnelles, devenant membre du Conseil supérieur des Beaux-Arts et en prenant la présidence de la Société libre des artistes français.

Comme architecte, on lui doit de nombreuses et remarquables réalisations, parmi lesquelles on peut citer l'Hôtel des postes de Chartres, un ensemble d'habitations à bon marché à Bagnolet, de magnifiques immeubles de rapport aux 172 avenue du Maine, 1 et 2 rue Huysmans, 199-201 rue de Charenton à Paris, ainsi qu'un certain nombre de monuments funéraires au cimetière du Père-Lachaise[1].

Après la Première Guerre mondiale, il se lance en politique. De convictions socialistes réformistes, il milite au Parti républicain-socialiste et devient conseiller municipal de Paris et conseiller général de la Seine en 1925, élu dans le quartier de la Sorbonne.

En 1928, il se présente aux élections législatives au siège laissé vacant par Paul Painlevé, autre républicain-socialiste, parti se faire élire dans l'Ain. Il est élu, puis réélu en 1932 et 1936, cette dernière fois sous les couleurs de l'Union socialiste républicaine.

Au Parlement, il mène une activité intense dans tous les débats relatifs au logement et aux bâtiments publics. Il se fait l'inlassable avocat de la construction d'habitations à bon marché.

Le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et décède sous l'occupation allemande.

Principales réalisations architecturales[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960.
  • Raoul Brandon sur le site de l'Assemblée nationale.
  • Paris au temps des impressionnistes, catalogue de l'exposition « Paris au temps des impressionnistes. Les chefs-d'œuvre du Musée d'Orsay à l'Hôtel de ville de Paris », avril 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Le Musée d'Orsay possède des dessins réalisés par Raoul Brandon de ses quatre immeubles parisiens.