Nicolas Roerich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roerich.
Nicholas Roerich

Nicolas Roerich, né le 9 octobre 1874 à Saint-Pétersbourg et mort le 13 décembre 1947 à Naggar dans l'Himachal Pradesh, nom parfois traduit sous le nom de Nikolai Konstantinovitch Rerikh (en russe Николай Константинович Рерих), est un peintre russe.

Il est le père du tibétologue George Roerich (alias Youri Roerich) et de l'artiste Svetoslav Roerich. Nicolas et sa femme Helena Roerich sont les cofondateurs de l'Agni Yoga Society, d'inspiration théosophique. Avec son épouse, il a fait beaucoup de prosélytisme pour le compte de la Société théosophique de Madame Blavatsky.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en Russie, il voyage autour du monde jusqu'à sa mort à Naggar, dans la vallée de Koulou de l'Himachal Pradesh, en Inde. Après des études de droit, il s'intéresse à la littérature, à la philosophie, à l'archéologie et tout spécialement à l'art. Il se forme à Paris auprès de Fernand Cormon, où il rencontre de nombreux artistes, français, russes ou étrangers. Il participe également au début de l'aventure des Ballets russes. Il créa les costumes et les décors pour le Sacre du printemps de Stravinsky.

Il visite pour la première fois New York en 1920. Après avoir visité les États-Unis, sa femme et lui s'établissent dans cette ville, fondant le Master Institute of the United Arts. Ils rejoignent différentes sociétés théosophiques et cercles rosicruciens, tels que l'AMORC, et leurs activités dans ces groupes dominent leurs vies.

Expédition asiatique[modifier | modifier le code]

Après avoir quitté New York, les Roerich - avec leur fils Georges et six amis - partent pour une expédition de cinq ans en Asie. Pour reprendre les termes mêmes de Roerich, « partant du Sikkim, l'expédition est passée par le Pendjab, le Cachemire, le Ladakh, les Montagnes de Karakoram, Khotan, Kashgar, Qara Shar, Urumchi, Irtysh, les Montagnes de l'Altaï, la région d'Oryot de Mongolie, le Gobi central, Kansu, Tsaidam, et le Tibet » avec un détour à travers la Sibérie jusqu'à Moscou en 1926. Entre l'été 1927 et juin 1928, l'expédition semble perdue, car tout contact a cessé depuis un an. Ils ont été attaqués au Tibet et seule « la supériorité de [leurs] armes à feu a empêché l'effusion de sang. ... Malgré [leurs] passeports mentionnant le Tibet, l'expédition a été arrêtée de force par les autorités tibétaines ». L'expédition est retenue par le gouvernement pendant cinq mois et ses membres sont forcés d'habiter dans des tentes à des températures en dessous de zéro et de subsister avec de maigres rations. Cinq hommes de l'expédition meurent à ce moment-là. Au mois de mars de 1928, ils sont autorisés à partir du Tibet et continuent vers le sud pour s'établir en Inde, où ils fondent un centre de recherche archéologique, l'Institut de recherche himalayen (The Himalayan Research Institute).

En 1929, Nicolas Roerich est nommé pour le Prix Nobel de la paix par l'Université de Paris (il recevra une seconde nomination en 1935). Son intérêt pour la paix l'amène à la création de la Pax Cultura, la « Croix-Rouge » de l'art et de la culture. Son œuvre dans ce domaine amène les États-Unis et les vingt autres membres de l'Union pan-américaine à signer le Pacte Roerich, le 15 avril 1935. Le Pacte Roerich est un instrument international présenté comme protégeant la propriété culturelle.

De nos jours, le Musée Nicolas Roerich (Nicholas Roerich Museum) de New York est le centre artistique des œuvres de Roerich. De nombreuses sociétés Roerich, comme celle de Samara, continuent de promouvoir ses enseignements théosophiques à travers le monde. Sa peinture peut être vue dans différents musées, dont une collection de ses œuvres à la Galerie Tretiakov de Moscou.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Maitreya - Shamballa le Resplendissant - L'Agni-Yoga

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • H. P. Lovecraft mentionne les peintures de Nicolas Roerich dans son roman Les Montagnes hallucinées, lorsqu'il décrit l'Antarctique.
  • Nicolas Roerich intervient en tant que personnage non joueur dans la campagne de jeu de rôles Par-delà les montagnes hallucinées pour L'appel de Cthulhu (édité par Chaosium en anglais et Sans-Détour en français).
  • Plus récemment, dans le jeu vidéo Uncharted 2, le nom de Nicolas Roerich apparaît subrepticement sur un carnet de notes consulté par le héros, concernant la recherche de la cité mythique de Shambhala.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Talachkino (chapelle contenant des mosaïques de Nicolas Roerich)
  • Iouli Vorontsov (président de l'International Centre of the Roerichs à Moscou)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :