Arkhip Kouïndji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait par Viktor Vasnetsov
Tombe de Kouïndji au Cimetière Tikhvine, Saint-Pétersbourg


Arkhip Ivanovitch Kouïndji (en ukrainien Архип Іванович Куїнджі, en russe : Архип Иванович Куинджи, né le (?) à Marioupol et mort le à Saint-Pétersbourg, est un peintre paysagiste russe d'origine grecque-pontine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arkhip Kouïndji naît dans une famille pauvre, son père était un modeste cordonnier grec pontin. Il apprend un peu à écrire et à lire (en grec) dans son enfance tout en gardant les oies, et en participant à divers travaux. Il aime dessiner dès sa tendre enfance. Il travaille comme retoucheur de photographies chez un photographe de Taganrog, puis travaille à Odessa et à Saint-Pétersbourg.

Dès sa tendre enfance, il dessine. Un de ses tableaux, Le logis de Tatars de Crimée, est accepté en 1868 à une exposition de l'Académie, où il est admis comme étudiant libre. Il devient peintre officiellement en 1872, pour son tableau La débâcle automnale et reçoit une médaille de bronze à l'exposition universelle de Londres, en 1874 et participe aux expositions des Peintres ambulants, dont il devient membre à part entière en 1877.

Deux tableaux montrés en 1878, Forêt et Un soir en Petite Russie, suscitèrent de vives discussions.

Il continue d'exposer, rencontrant de plus en plus de succès à partir des années 1880, mais refuse toute exposition publique à partir de 1882. Il devient professeur de l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg de 1894 à 1897 et reçoit des prix importants et des sommes d'argent importantes.

Il meurt des suites de la maladie du cœur à Saint-Pétersbourg, en 1910, chez lui, à la Maison Elisseeff, 18 ligne du quai, appartement n°11[1][2].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Buste de Kouïndji dans sa ville natale de Marioupol.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sjeng Scheijen (dir.), The Big Change. Revolution in Russian Painting 1895-1917, Bonnefantenmuseum Maastricht, 2013, 188 p.