Montmagny (Québec)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Montmagny.
Montmagny
Église Saint-Thomas
Église Saint-Thomas
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Comté ou équivalent Montmagny
Statut municipal Ville
Maire
Mandat
Jean-Guy Desrosiers
2013 - 2017
Constitution 2 avril 1966
Démographie
Gentilé Magnymontois, oise
Population 11 525 hab. (2014)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 45″ N 70° 33′ 08″ O / 46.995827, -70.55213946° 59′ 45″ Nord 70° 33′ 08″ Ouest / 46.995827, -70.552139  
Superficie 12 607 ha = 126,07 km2
Divers
Fuseau horaire [[]]
Code géographique 18050
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Montmagny

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir la carte topographique du Québec
City locator 14.svg
Montmagny

Montmagny est une ville du Québec située dans la MRC de Montmagny dans la région de Chaudière-Appalaches[1] à 56 kilomètres à l'Est de Lévis. Le recensement de 2011 y dénombre 11 491 habitants, soit 1,2 % de plus qu'en 2006[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la ville vient de Charles Jacques Huault de Montmagny, arrivé en 1636 comme premier gouverneur en titre de la Nouvelle-France. Ce territoire, d'abord désigné sous le nom de la Pointe-à-la-Caille[3],[4],[5], fut accordé en seigneurie, le 5 mai 1646, à ce gouverneur. La ville de Montmagny a été formée dans cette ancienne seigneurie (l'une des plus anciennes), de la « Côte-du-Sud ».

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Chutes de la Rivière du Sud

Montmagny se trouve au nord-ouest des monts Notre-Dame (section des Appalaches), au bord du fleuve Saint-Laurent. La ville est traversée par la Rivière du Sud, dans laquelle vient se jeter une plus petite rivière nommée Bras-Saint-Nicolas. Alimentées par ces deux affluents, les chutes de la Rivière du Sud, situées à la limite nord-ouest de la ville, se jettent dans le fleuve. Le relief de la ville est peu accidenté, et suit en pente douce cette rivière jusqu'à son embouchure dans le fleuve.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 13 octobre 1845 : Érection du village de Montmagny part la scission de la paroisse de St. Thomas.
  • 30 mars 1883 : Le village de Montmagny devient la ville de Montmagny.
  • 2 avril 1966 : La ville de Montmagny fusionne avec la paroisse de Saint-Thomas-de-la-Pointe-à-la-Caille et devient la cité de Montmagny.
  • 6 mars 1982 : La cité de Montmagny redevient la ville de Montmagny.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville de Montmagny doit son appellation à Charles Huault de Montmagny qui fut le premier gouverneur de la Nouvelle-France et le premier seigneur de la seigneurie de la Rivière-du-Sud en 1646. Le territoire de la ville correspond en bonne partie à celui de la seigneurie concédée au gouverneur. La famille Couillard a fortement contribué au développement de la seigneurie. Ils furent seigneurs et coseigneurs de la Rivière-du-Sud de 1654 à 1759, soit durant plus de 100 ans. Avec la croissance de sa population, une municipalité de village a vu le jour en 1845 et une municipalité de ville en 1883. Celles-ci fusionnent en 1966 pour donner naissance à la ville de Montmagny. Au cours de son histoire, Montmagny s’est affirmée comme une ville semi-industrielle dans une région essentiellement rurale[6].

Économie[modifier | modifier le code]

L'industrie manufacturière est depuis longtemps la principale activité économique de Montmagny. Cependant cette ville a subi de lourdes pertes d'emplois (600 personnes au chômage) suite à la fermeture de l'usine Whirlpool le 13 mai 2004. Un documentaire (La vie après la shop) a été réalisé pour démontrer la rudesse de cet évènement sur la municipalité.

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Maison Amable-Bélanger (1906)

Montmagny est particulièrement connue au Québec pour son festival de l'Oie Blanche au mois d'octobre et le Carrefour mondial de l'accordéon durant la fin de semaine de la Fête du Travail au début de septembre.

Outre l'attention des touristes, la visite annuelle des milliers d'oies blanches a aussi valu à la ville le choix de plusieurs noms d'hôtels, restaurants, rues, etc. Les appellations telles que l'Oiselière, la Couvée, l'Oie Blanche et autres références à l'événement migratoire foisonnent. Montmagny est également un endroit phare en ce qui a trait à l'observation d'oiseaux de rivage. Le refuge d'oiseaux de Montmagny est l'un des 28 refuges d'oiseaux migrateurs situés dans la province de Québec.

Le quai de Montmagny offre une voie d'accès fluviale privilégiée pour accéder à l'Isle-aux-Grues situé en face sur le fleuve. C'est en effet à cet endroit que le traversier de la Société des traversiers du Québec opère son service de transport pour se rendre sur l'île. L'Isle-aux-Grues est à la fois une destination touristique estivale pour les amateurs de plein air ainsi que pour les amateurs de leur traditionnelle Mi-Carême et une terre agricole vouée à la production de fromages fins.

Finalement, cette ville riveraine se trouve à proximité du Parc régional des Appalaches, endroit recherché pour ses nombreux sentiers pédestres, refuges et activités de plein-air.

Quelques personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Montmagny est également le lieu de naissance du romancier Joseph Marmette, et de deux des directeurs musicaux de l'Orchestre symphonique de Québec, Robert Talbot et Edwin Bélanger, ainsi que de Jean-Louis Rousseau, qui fut violoniste pendant près de six décennies à l'OSQ.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire des municipalités : Montmagny
  2. Recensement 2011 : Montmagny
  3. Voir le roman historique de Jean-N. Paquet (Drames à Pointe-à-la-Caille : La naissance douloureuse de Montmagny), cité (avec autres références bibliographiques) à l'article Montmagny, dans l'Encyclopédie de l'Agora (cet article en ligne).
  4. Le village d'origine, et la plus ancienne paroisse de Montmagny, a pour nom « Saint-Thomas-de-la-Pointe-à-la-Caille » : voir Montmagny en bref: Historique de la Ville, sur le site de la ville (texte en ligne).
  5. La pointe est « nommée ainsi en souvenir du [grand-père maternel*] de Louis Jolliet, Adrien d'Abancourt, dit Lacaille, mort noyé à cet endroit ».
    Voir : Continuité, n° 64, passage rediffusé par erudit.org,‎ 1995 (lire en ligne), p. 42-48 : Une ville : Montmagny, au fil de la volonté.
    * : pour la correction (grand-père maternel, au lieu de gendre), voir ABANCOURT, et JOLLIET, au dictionnaire généalogique de René Jetté.
  6. Hébert, Yves. Montmagny, une histoire. (La seigneurie, le village et la ville de 1646 à 1996), 1996, 304 pages
  7. Maison Étienne-Paschal-Taché (à Montmagny), inscrite au registre du Patrimoine culturel du Québec (article du répertoire officiel, avec photos).
  8. Louis-Jacques Casault, dans les archives de la « Société Historique de la Côte-du-Sud (SHCDS) » (page en ligne, avec portrait).
  9. Bertrand Blanchet, dans les archives de la « Société Historique de la Côte-du-Sud (SHCDS) » (page en ligne, avec photo couleur).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • AUBERT DE GASPÉ, Philipe, Les Anciens Canadiens, 1830.
  • CASAULT, F. E. J., Notes historiques sur la paroisse Saint-Thomas de Montmagny, Québec, Dussault & Proulx, 1906, 447 pages.
  • DION, Albert, Topographie de Montmagny, 1935.
  • GAGNÉ, Émile et Colette Giguère, Saint-Mathieu de Montmagny d'hier à aujourd'hui : 1948-1998, Montmagny, Fabrique Saint-Mathieu, 1999, 133 pages.
  • HÉBERT, Yves, Bibliographie de la Côte-du-Sud, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1986, 339 pages; cartes.
  • HÉBERT, Yves, La Côte-du-Sud, Belle à croquer, Québec, Éditions GID, 2003, 208 pages.
  • HÉBERT, Yves, Montmagny, une histoire. La seigneurie, le village et la ville de 1646 à 1996, Montmagny, Ville de Montmagny, 1996, 304 pages.
  • HÉBERT, Yves, Montmagny et la Côte-du-Sud, Sainte-Foy, Les Éditions GID (Collection Les Bâtisseurs), 2005, 128 pages.
  • LABERGE, Alain (dir.), Histoire de la Côte-du-Sud, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1993, 644 pages.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues,
Fleuve Saint-Laurent
Rose des vents
Fleuve Saint-Laurent, Berthier-sur-Mer N Cap-Saint-Ignace
O    Montmagny    E
S
Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud Notre-Dame-du-Rosaire