Marie Ire de Portugal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie de Portugal.
Marie Ire
La reine Marie Ire
La reine Marie Ire
Titre
Reine du Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves
24 février 177720 mars 1816
(&&&&&&&&&&01426839 ans, 0 mois et 26 jours)
En tandem avec Pierre III (1777-1786)
Prédécesseur Joseph Ier
Successeur Jean VI
Biographie
Dynastie Maison de Bragance
Nom de naissance Maria Francisca Isabel Josefa Antonia Gertrudes Rita Joana de Bragança
Date de naissance 17 décembre 1734
Lieu de naissance Lisbonne (Portugal)
Date de décès 20 mars 1816 (à 81 ans)
Lieu de décès Rio de Janeiro (Brésil)
Père Joseph Ier de Portugal
Mère Marie-Anne-Victoire de Bourbon
Conjoint Pierre III de Portugal
Enfant(s) Joseph du Brésil
Jean VI
Marie-Anne de Portugal

Marie Ire de Portugal
Monarques de Portugal

Marie Ire de Portugal, dite la Pieuse (au Portugal) ou la Folle (au Brésil), (née à Lisbonne le 17 décembre 1734 et morte à Rio de Janeiro le 20 mars 1816) de son nom complet : Maria Francisca Doroteia Josefa Antónia Gertrudes Rita Joana est reine de Portugal du 24 février 1777 au 10 février 1816. Elle est l'aînée des quatre filles de Joseph Ier de Portugal et Marie-Anne-Victoire de Bourbon, elle-même, fille de Philippe V d'Espagne et d'Élisabeth Farnèse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marie et Dom Pedro[modifier | modifier le code]

4 escudos en or à l'effigie de Marie I et Pierre III, 1785
Marie et Dom Pedro

Âgée de 26 ans, elle épouse en 1760 l'infant Pedro (Pierre), frère cadet de son père, de 17 ans son aîné, qui avait entrepris en 1747 la construction du palais de Queluz, qui se voulait à l'image de Versailles. Après le tremblement de terre de 1755 qui détruisit le palais royal de Lisbonne, le roi Joseph Ier s'était replié à Ajuda, dans un palais en bois richement décoré, tandis que l'infant Pedro transformait Queluz en une oasis de distraction et de plaisir.

Lorsque Marie devient reine, Pedro devient roi de jure uxoris (sur le Portugal lui-même, mais reste roi-consort dans l'Empire) et, à la demande de celle-ci, reçoit le titre de Pierre III de Portugal et Queluz devient résidence royale.

Règne[modifier | modifier le code]

Son premier acte en tant que reine est de démettre l'impopulaire premier ministre, le marquis de Pombal, à la suite du traitement infligé aux Távoras lors de l'Affaire Távora (ils sont torturés puis exécutés pour tentative d'assassinat sur le roi Joseph). Les événements remarquables de cette période sont l'adhésion du Portugal à la ligue de neutralité armée (juillet 1782) et la cession 1781 de la baie de Maputo (de Delagoa pour les anglais) par l'Autriche au Portugal.

Sa vie est empreinte d'une très grande piété, qui tourne parfois à la superstition. Elle entreprend la construction de la basilique d'Estrêla (« Étoile »).

À la suite du décès de son mari en 1786 et de deux de ses enfants deux ans plus tard (dont son fils aîné qu'elle avait refusé, par scrupule religieux, de faire vacciner contre la variole), et profondément troublée par la Révolution française, Marie Ire sombre dans la démence à partir de 1791. Son fils, le futur Jean VI, assure la régence.

Exil[modifier | modifier le code]

En 1801, le dictateur espagnol Manuel Godoy envahit le Portugal avec l'aide de Napoléon, mais est forcé d'abandonner la campagne la même année (Guerre des oranges). Cependant, par le traité de Badajoz du 6 juin 1801, le Portugal doit céder Olivenza à l'Espagne et une partie de la Guyane à la France.

Le traité de Fontainebleau en 1807 partage le Portugal entre la France et l’Espagne. L’invasion du Portugal par Junot oblige Jean VI et la famille royale à se réfugier au Brésil, où Marie meurt en 1816, à l’âge de 82 ans.

Descendance[modifier | modifier le code]

Les enfants issus du mariage de Marie Ire et Pierre III :

Titre complet[modifier | modifier le code]

Reine du Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves, de chaque côté de la mer en Afrique, duchesse de Guinée et de la conquête, de la navigation et du commerce d'Éthiopie, d'Arabie, de Perse et d'Inde par la grâce de dieu

Sources[modifier | modifier le code]

  • Portugal, collection Guides Bleus, Hachette, 2004
  • Généalogie des rois et des princes de Jean-Charles Volkmann Edit. Jean-Paul Gisserot (1998)

Annexe[modifier | modifier le code]