Lucaniens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le peuple. Pour la langue disparue, voir Lucanien. Pour les dialectes italiens actuels, voir Dialectes lucaniens.

Les Lucaniens (en latin, Lucanii) étaient un peuple italique qui habitait en Lucanie, une région qui couvre une partie de la Basilicate actuelle en Italie. La langue parlée par les Lucaniens est une langue indo-européenne osque qu'ils écrivaient avec des caractères grecs.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers le milieu du Ve siècle av. J.-C., les Lucaniens ont poussé les peuples indigènes de la région de l'actuelle Basilicate vers les montagnes intérieures (peuples que les Grecs appelaient Œnotriens, Lauternoi et Choni). Les Lucaniens avaient adopté une constitution démocratique[1], sauf en temps de guerre, lorsqu'ils choisissent un dictateur parmi les magistrats ordinaires.

En -336, les Lucaniens sont alliés de la colonie grecque de Tarente lors de son conflit avec le roi Alexandre Ier d'Épire pour le contrôle de la Grande Grèce.

Tite-Live précisent qu'en -298, ils ont fait alliance avec Rome. Ils permettent d'étendre l'influence romaine jusqu'aux colonies de Venusia en -291. En -281, lorsque Pyrrhus d'Épire débarque en Italie, ils sont dans les premiers à se déclarer en sa faveur. Au terme de la guerre, ils se soumettent en -272, laissant à Rome la maîtrise de Paestum en -273, et surtout la région de Tarente en -272.

L'inimitié profonde contre Rome les pousse à embrasser la cause d'Hannibal pendant la deuxième guerre punique, et la Lucanie a été ravagée par les deux armées pendant plusieurs campagnes. Le pays ne s'est jamais remis de ces désastres, et sous le gouvernement romain, la Lucanie va tomber dans la déchéance.

La Guerre sociale va de nouveau être l'occasion de lutter contre Rome. Les Lucaniens et les Samnites essuient une nouvelle défaite. À cette époque, les villes grecques de la côte avaient perdu de leur magnificence et de leur population[1]. La campagne redevenait pâturage et les montagnes se couvraient de forêts peuplées de sangliers sauvages, d'ours et de loups.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Selon Strabon.