Liste Swadesh

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La liste Swadesh est une série de mots établie par le linguiste américain Morris Swadesh, dans les années 1940-1950, utilisée dans la linguistique historique et comparée. Pour créer sa liste, Swadesh a choisi un vocabulaire de base que l'on retrouve dans le plus de langues possible, étant le plus indépendant possible de l’environnement naturel et de la culture. Il y a des listes Swadesh de 215, 207, 200 et 100 mots.

Swadesh proposa sa liste comme un instrument servant d’abord à identifier le vocabulaire de base de toute langue non encore étudiée jusqu’alors, deuxièmement à établir le degré de parenté de deux langues données et, enfin, à dater approximativement les langues d’origine dont ont évolué d’autres langues.

Création de la liste Swadesh[modifier | modifier le code]

Swadesh étudia de nombreuses langues, surtout une vingtaine de langues amérindiennes du Canada, des États-Unis et du Mexique. Devant faire des recherches sur des langues presque éteintes, avec des moyens limités, il éprouva le besoin d’une procédure standardisée pour rassembler des données essentielles concernant la parenté entre langues. À cet effet, il créa une liste de mots selon le postulat suivant :

Bien que des mots disparaissent de toute langue, étant remplacés par d’autres au cours du temps, certaines parties du vocabulaire sont moins exposées au changement que d’autres. C’est pourquoi on peut définir un vocabulaire de base, qui est la partie du lexique la plus résistante au changement. Ce vocabulaire dénomme des notions véhiculées dans toutes les langues. Les pronoms, les numéraux, certains adjectifs (« grand », « petit », « long », « court »), certains termes désignant des degrés de parenté (« mère », « père »), des parties du corps (« œil », « oreille », « tête »), des événements ou des objets naturels (« pluie », « pierre », « étoile »), des états et des actions élémentaires (« voir », « entendre », « venir », « donner ») sont peu sujets au remplacement par des emprunts. Par exemple, le vocabulaire général de l’anglais est emprunté à 50 % environ, mais ce pourcentage diminue à 6 % pour ce qui est du vocabulaire de base. Dans la liste Swadesh de 100 mots de l’anglais il n’y a qu’un seul mot qui ne provienne pas du vocabulaire de base germanique initial (mountain – « montagne », d’origine française, introduit par les Normands). Un autre exemple est celui de l’albanais et du grec moderne. L’albanais a perdu 90 % de ses mots propres d’origine indo-européenne, beaucoup plus que le grec, mais si l’on considère la liste Swadesh de 100 mots, le pourcentage de pertes est à peu près égal pour les deux langues (25 à 26 %).

Établissement du degré de parenté de deux langues[modifier | modifier le code]

Swadesh a utilisé sa liste pour mesurer la ressemblance, c’est-à-dire le degré de parenté de deux langues, par la méthode quantitative de la lexicostatistique, en établissant le pourcentage de mots d’origine commune. Plus la ressemblance entre les vocabulaires des deux langues est grande, plus elles sont proches génétiquement, et plus le temps écoulé depuis le moment où elles se sont séparées est court. À son avis, si le vocabulaire de base de deux langues contient des mots apparentés à raison de 70 %, on peut considérer qu’elles ont évolué à partir d’une même langue. Si ce pourcentage dépasse 90 %, alors ces langues sont des parentes proches.

Utilisation de la liste Swadesh pour dater les langues d’origine (la glottochronologie)[modifier | modifier le code]

Dans ce but, Swadesh a pris pour point de départ le postulat que le taux de perte du vocabulaire de base initial ne change pratiquement pas, les mots disparaissant et étant remplacés à un rythme à peu près constant, alors que dans le cas du reste du lexique, qui est étroitement lié à des facteurs culturels, le taux de perte varie en fonctions des contacts que les locuteurs ont eu avec des cultures qui leur sont étrangères. À cause de ce postulat, la méthode de datation des langues proposée par Swadesh fut comparée à la détermination de l’âge des fossiles à partir de la désintégration radioactive du carbone 14, qui est constante.

À la suite d’une recherche sur treize langues (indo-européennes pour la plupart) qui ont des attestations écrites sur une longue période, à partir de la liste Swadesh de 100 mots on a calculé un taux de conservation de 86 % (soit un taux de perte de 14 %) sur une période de 1 000 ans, qu’on a considéré comme constant et généralisé à toutes les langues.

Étant donné le pourcentage de mots d’origine commune et le taux de conservation du vocabulaire de base sur 1 000 ans, le temps écoulé depuis la séparation de deux langues qui résultent d’une même langue d’origine peut être déterminé, avec une marge d’erreur calculable, selon la formule :

t = (log c) / (2 log r),

c est le pourcentage de mots d’origine commune et r – le taux de conservation.

Par exemple, si le vocabulaire de base de deux langues est apparenté à 70 %, alors on peut considérer qu’elles ont évolué à partir d’une même langue qui a existé douze siècles auparavant.

Objections contre l’utilisation de la liste Swadesh[modifier | modifier le code]

L’utilisation de la liste Swadesh fut contestée dès le début. On lui oppose les objections suivantes :

  • Le vocabulaire de base n’est pas exempt d’emprunts de manière égale dans toutes les cultures. Par exemple, un objet naturel comme le soleil peut tenir du vocabulaire religieux (tel est le cas en Asie du sud) et, de ce fait, sa dénomination est empruntée. Par ailleurs, des mots du vocabulaire de base peuvent devenir tabous et être remplacés par d’autres, d’une langue voisine, pour compenser l’interdiction.
  • Certains mots ne se retrouvent pas dans toutes les langues, à cause de spécificités de l’environnement naturel, par exemple du climat. Ainsi, les mots « neige » et « glace » sont-ils absents des langues des tropiques. Dans la liste de 207 mots il y a, de plus, des mots qui ne se retrouvent pas dans toutes les langues pour des raisons culturelles. C’est pourquoi Swadesh même a réduit sa liste à cent mots.
  • Un mot peut avoir pour correspondant dans une autre langue non pas un mot, mais plusieurs mots, voire des affixes, parmi lesquels il faut choisir, ce qui rend plus arbitraire la comparaison des langues.
  • Il est fort peu probable que le taux de conservation soit constant pour toutes les langues et à toutes les époques. Dans des conditions particulières qui tiennent de l’isolement du groupe de locuteurs, de sa cohésion sociale, de l’éventuelle observation d’une norme littéraire ou religieuse, ce taux peut varier considérablement. Un exemple d’Europe est celui de l’islandais, langue d’une stabilité exceptionnelle, ce qui invalide partiellement la méthode, infirmant son universalité. En effet, le taux de perte de l’islandais n’est que de 4 %, alors que celui du norvégien littéraire est de 20 %, bien que ces deux langues soient très proches génétiquement l’une de l’autre.
  • L’identification des mots apparentés est problématique. Lorsqu’on applique la technique de la lexicostatistique, à défaut d’une autre possibilité, sur une aire géographique très étendue et sur des centaines de langues pour lesquelles l’information est très lacunaire, les descriptions étant partielles et récentes, il est impossible, faute de matière première, d’établir les lois des changements phonétiques. De ce fait, l’élimination du lexique emprunté, qui devrait se fonder sur la connaissance de ces lois, est très difficile. Par conséquent, l’identification du vocabulaire réellement apparenté et, donc, hérité en parallèle, est problématique.
  • L’identification des mots apparentés est en général aléatoire. Des mots très différents peuvent avoir la même origine, par exemple le mot français « chef » (au sens premier de « tête ») et le mot anglais head (« tête »). Par contre, des mots qui se ressemblent peuvent ne pas être directement apparentés : le mot latin dies et l’anglais day (les deux signifiant « jour »), ou le latin habere et l’allemand haben (« avoir »).

Utilité de la liste Swadesh[modifier | modifier le code]

Malgré les objections, on reconnaît que la liste Swadesh et la lexicostatistique peuvent servir dans les investigations de base ou dans les situations où ni les techniques comparatives classiques ni la reconstitution interne ne sont applicables, ce qui était d’ailleurs l’idée de départ de Swadesh.

Un exemple d’une telle situation est celui où l’on ne dispose que de listes incomplètes de vocabulaire, comme dans le cas de groupes de langues très grands, récemment attestées, telles les langues austronésiennes (1 000 environ) ou celles des Aborigènes d'Australie (autour de 250). Pour de telles langues, la liste Swadesh peut être utilisée à faire une première ébauche de leur répartition en groupes et sous-groupes, servant de point de départ pour une investigation historique à part entière, qui continue les classements et les reconstitutions.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Arndt, Walter W., « The performance of glottochronology in Germanic », dans Language, n° 35 (1959), p. 180-192.
  • (en) Bergsland, K.; Vogt, H., « On the validity of Glottochronology », dans Current Anthropology, n° 3 (1962), p. 115-153.
  • (en) Bynon, T., Historical Linguistics, Cambridge, 1977, p. 266-272.
  • (en) Callaghan, Catherine A., « Utian and the Swadesh list », dans Redden, J. E., Papers for the American Indian language conference, held at the University of California, Santa Cruz, July and August, 1991, p. 218-237, Occasional papers on linguistics, n° 16, Carbondale, Department of Linguistics, Southern Illinois University.
  • (en) Campbell, Lyle, Historical linguistics; An Introduction, Edinburgh University Press, Edinburgh, 1998.
  • (en) Crowley, T., An Introduction to Historical Linguistics, Auckland / Oxford, 1992, p. 168-190.
  • (en) Embleton, Sheila, « Review of ‘An Indo-European classification: A lexicostatistical experiment’ by I. Dyen; J.B. Kruskal & P.Black », TAPS Monograph 82-5, Philadelphia, dans Diachronica, n° 12-2/1992:263-68.
  • (en) Gray, Russell D.; Atkinson, Quentin D., « Language-tree divergence times support the Anatolian theory of Indo-European origin », dans Nature, n° 426.
  • (en) Gudschinsky, S., « The ABC's of Lexicostatistics (Glottochronology) », dans Hymes, D., Language in Culture and Society. A Reader in Linguistics and Anthropology, New York, 1964, p. 612-623.
  • (en) Haarmann, Harald, « Basic vocabulary and language contacts; the disillusion of glottochronology », dans Indogermanische Forschungen, n° 95:7ff (1990).
  • (en) Hockett, Charles F., A course in modern linguistics, Macmillan, New York, 1958, chap. 6.
  • (en) Hoijer, Harry, « Lexicostatistics: A critique », dans Language, n° 32 (1956), p. 49-60.
  • (en) Holm, Hans J., « The Proportionality Trap. Or: What is wrong with lexicostatistical Subgrouping », dans Indogermanische Forschungen, n° 108 (2003), p. 38-46.
  • (de) Holm, Hans J., « Genealogische Verwandtschaft », dans Quantitative Linguistik; ein internationales Handbuch. Herausgegeben von R.Köhler, G. Altmann, R. Piotrowski, Walter de Gruyter, Berlin, 2005, cap. 45.
  • (en) Hymes, Dell H., « Lexicostatistics so far », dans Current Anthropology, n° 1 (1) (1960), p. 3-44.
  • (en) Jeffers, R.J.; Lehiste, I., Principles and Methods for Historical Linguistics, Cambridge MA., 1982, p. 133-137.
  • (en) Lees, Robert, « The basis of glottochronology », dans Language, n° 29 (2) (1953), p. 113-127.
  • (en) Lehmann, W.P., Historical Linguistics : an Introduction, Londres, 1992, p. 175-182.
  • (en) McMahon, April; McMahon, Robert, Language Classification by Numbers, Oxford University Press, Oxford, 2005, p. 95.
  • (en) McWhorter, John, The power of Babel, Freeman, New York, 2001.
  • (en) Nettle, Daniel, « Linguistic diversity of the Americas can be reconciled with a recent colonization », dans PNAS, n° 96(6):3325-9 (1999).
  • Penchoen,T., « La Glottochronologie », dans Martinet, A., Le Langage, Paris, 1968, p. 865-884.
  • (en) Renfrew, Colin; McMahon, April; Trask, Larry, Time Depth in Historical Linguistics, The McDonald Institute for Archaeological Research, Cambridge (Angleterre), 2000.
  • (en) Sankoff, David (1970). "On the Rate of Replacement of Word-Meaning Relationships." Language 46.564-569.
  • (en) Sjoberg, Andree; Sjoberg, Gideon, « Problems in glottochronology », dans American Anthropologist, n° 58 (2), p. 296-308 (1956).
  • (en) Swadesh, Morris, The origin and diversification of languages, Routledge & Kegan Paul, Londres, 1972.
  • (en) Swadesh, Morris, « Salish internal relationships », dans International Journal of American Linguistics, n° 16 (1950), p. 157-167.
  • (en) Swadesh, Morris, « Lexicostatistic dating of prehistoric ethnic contacts », dans Proceedings American Philosophical Society, n° 96 (1952), p. 452-463.
  • (en) Swadesh, Morris, « Towards greater accuracy in lexicostatistic dating », dans International Journal of American Linguistics, n° 21 (1955), p. 121-137.
  • (de) Tischler, Johann, « Glottochronologie und Lexikostatistik », dans Innsbrucker Beiträge zur Sprachwissenschaft, n° 11 (1973), Innsbruck.
  • (en) Wittmann, Henri (1969). "A lexico-statistic inquiry into the diachrony of Hittite." Indogermanische Forschungen 74.1-10.[1]
  • (en) Wittmann, Henri (1973). "The lexicostatistical classification of the French-based Creole languages." Lexicostatistics in genetic linguistics: Proceedings of the Yale conference, April 3-4, 1971, dir. Isidore Dyen, 89-99. La Haye: Mouton.[2]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liste Swadesh de 207 mots du français[modifier | modifier le code]

Les mots en gras figurent également dans la liste de 100 mots.

  1. je
  2. tu, vous (formel)
  3. il
  4. nous
  5. vous (pluriel)
  6. ils
  7. ceci, celui-ci
  8. cela, celui-là
  9. ici
  10. qui
  11. quoi
  12. quand
  13. comment
  14. ne ... pas
  15. tout
  16. beaucoup
  17. quelques
  18. peu
  19. autre
  20. un
  21. deux
  22. trois
  23. quatre
  24. cinq
  25. grand
  26. long
  27. large
  28. épais
  29. lourd
  30. petit
  31. court
  32. étroit
  33. mince
  34. femme
  35. homme (mâle adulte)
  36. homme (être humain)
  37. enfant
  38. femme (épouse)
  39. mari
  40. mère
  41. père
  42. animal
  43. poisson
  44. oiseau
  45. chien
  46. pou
  47. serpent
  48. ver
  49. arbre
  50. forêt
  51. bâton
  52. fruit
  53. graine
  54. feuille (d'un végétal)
  55. racine
  56. écorce
  57. fleur
  58. herbe
  59. corde
  60. peau
  61. viande
  62. sang
  63. os
  64. graisse
  65. œuf
  66. corne
  67. queue (d'un animal)
  68. plume (d'un oiseau)
  69. cheveux
  70. tête
  71. oreille
  72. œil
  73. nez
  74. bouche
  75. dent
  76. langue (organe)
  77. ongle
  78. pied
  79. jambe
  80. genou
  81. main
  82. aile
  83. ventre
  84. entrailles, intestins
  85. cou
  86. dos
  87. poitrine
  88. cœur (organe)
  89. foie
  90. boire
  91. manger
  92. mordre
  93. sucer
  94. cracher
  95. vomir
  96. souffler
  97. respirer
  98. rire
  99. voir
  100. entendre
  101. savoir
  102. penser
  103. sentir (odorat)
  104. craindre
  105. dormir
  106. vivre
  107. mourir
  108. tuer
  109. se battre
  110. chasser (le gibier)
  111. frapper
  112. couper
  113. fendre
  114. poignarder
  115. gratter
  116. creuser
  117. nager
  118. voler (dans l'air)
  119. marcher
  120. venir
  121. s'étendre, être étendu
  122. s'asseoir, être assis
  123. se lever, se tenir debout
  124. tourner (intransitif)
  125. tomber
  126. donner
  127. tenir
  128. serrer, presser
  129. frotter
  130. laver
  131. essuyer
  132. tirer
  133. pousser
  134. jeter, lancer
  135. lier
  136. coudre
  137. compter
  138. dire
  139. chanter
  140. jouer (s'amuser)
  141. flotter
  142. couler (liquide)
  143. geler
  144. gonfler (intransitif)
  145. soleil
  146. lune
  147. étoile
  148. eau
  149. pluie
  150. rivière
  151. lac
  152. mer
  153. sel
  154. pierre
  155. sable
  156. poussière
  157. terre (sol)
  158. nuage
  159. brouillard
  160. ciel
  161. vent
  162. neige
  163. glace
  164. fumée
  165. feu
  166. cendre
  167. brûler (intransitif)
  168. route
  169. montagne
  170. rouge
  171. vert
  172. jaune
  173. blanc
  174. noir
  175. nuit
  176. jour
  177. an, année
  178. chaud (température)
  179. froid (température)
  180. plein
  181. nouveau
  182. vieux
  183. bon
  184. mauvais
  185. pourri
  186. sale
  187. droit (rectiligne)
  188. rond
  189. tranchant
  190. émoussé
  191. lisse
  192. mouillé, humide
  193. sec
  194. juste, correct
  195. près
  196. loin
  197. droite
  198. gauche
  199. à
  200. dans
  201. avec (ensemble)
  202. et
  203. si (condition)
  204. parce que
  205. nom

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]