Koriaks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple koriak. Pour la langue koriake, voir Koriak.

Koriaks

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Koriaks en armes vers 1900

Populations significatives par région
Sibérie (Drapeau de la Russie Russie) 8 743
Population totale 8 743
Autres
Langues

Koriak

Religions

Chamanisme, orthodoxie

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Carte de répartition

Les Koriaks (ou Koryaks), sont un peuple du kraï du Kamtchatka (anciennement Koriakie) en Extrême-Orient russe, habitant au sud du bassin de l'Anadyr. Ils sont apparentés aux Tchouktches, notamment de par leur mode de vie (nomadisme, importance des rennes), leur langue et leurs traits physiques. Ils sont aussi apparentés, de façon plus distante, aux Itelmènes.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les Koriaks sont physiquement décrits au début du XXe siècle comme « de taille moyenne, de forte constitution, ils ont le visage rond, la tête aplatie, de petits yeux avec un long nez et des pommettes saillantes, les cheveux noirs, tressés chez les femmes en deux nattes, la barbe peu développée. »[1] On distingue alors les Koriaks côtiers, sédentaires (les Nimilan), et les nomades (les Tchavtchouven).

Si la révolution russe a influé sur leur mode de vie, l'activité des Koriaks reste majoritairement partagée entre la renniculture nomade et la pêche. Après la chute du communisme, ils ont écrit aux journaux pour rappeler que les pacages de leurs rennes seraient anéantis si les projets d'exploitation minière étaient mis en œuvre par le nouveau pouvoir. Ils pratiquent un ensemble de croyances proche du chamanisme (certaines cérémonies leur permettent de communiquer avec les esprits, en utilisant notamment des champignons hallucinogènes) et leur cosmologie présente de grandes similarités avec celle des Tchouktches.

Pour les Koriaks, le renne reste un animal sacré qu'ils honorent toujours après l'avoir tué pour obtenir son pardon.

Territoire[modifier | modifier le code]

Faisant face à l'Amérique, l'austère territoire des Koriaks n'est épargné par les tempêtes que trois mois par an.

Tout au nord du Kamtchatka, les déferlantes de la mer de Béring butent sur les falaises de la région autonome des Koriaks. La mer d'Okhotsk à l'ouest et la mer de Béring à l'est ne sont navigables qu'en été, seule période autorisant l'approvisionnement des petites villes. Commencée ici en 1651 à proximité de l'Alaska où les tsars avaient implanté quelques colonies russes, la colonisation du Kamtchatka ne sera terminée qu'au début du XVIIIe siècle et la province rattachée définitivement à la Russie en 1708.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Narody rossijskoj imperii, Belyj Gorod, 2008 (textes repris de la Bol'shaja Enciklopedija v 22 tomax, pod redakcej S.N. Juzhakova, 1898-1909)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :