Kōichi Sugiyama

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Kōichi Sugiyama

alt=Description de l'image Kohichi_Sugiyama_2011-06-30.jpg.
Informations générales
Nom de naissance Kōichi Sugiyama
椙山 浩一
Naissance 11 avril 1931
Tōkyō, Japon
Activité principale compositeur, chef d'orchestre, musicien, arrangement
Genre musical Musique de jeu vidéo
Années actives 1958—présent
Labels SUGIlabel
Site officiel http://sugimania.com/

Kōichi Sugiyama (né le 11 avril 1931 à Tokyo) est le doyen des compositeurs de musique de dessin animés et de jeux vidéo au Japon. Il est surtout connu pour ses musiques de la série Dragon Quest.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kōichi Sugiyama commença à faire ses études dans la section psychologie de l'université de Tokyo d'où il ressort diplômé. Au lycée, il écrivait déjà diverses petites bribes musicales[1].

Il compose pour la première fois en 1958 pour une chaîne de télévision japonaise et crée les bandes sons de quelques jeux vidéo sur PC-8801 tel que Angelus, Wingman ou Ghandara. Il contribuera par la suite à de très nombreux projets comme des dessins animés, leurs adaptations cinématographiques, des publicités, et composera même pour des artistes pop.

Mais il est surtout connu pour son travail sur le jeu vidéo Dragon Quest sorti en 1986 sur NES, travail qu'il continuera sur les sept autres épisodes de la série et sur les nombreux produits dérivés. Il utilisera également son statut de compositeur de la plus importante licence de jeu vidéo de rôle au Japon pour republier ses musiques pour Dragon Quest — de très faible qualité sonore étant donné les limites techniques des machines — en les faisant jouer par de véritables orchestres symphoniques. Il est ainsi l'initiateur du concept de suites symphoniques, concept dont les linéaments seront repris un lustre plus tard (en 1991) par Nobuo Uematsu pour Final Fantasy et Yuzo Koshiro pour Actraiser[2].

Ainsi, il tient le rôle de chef d'orchestre pour les réarrangements des musiques des Dragon Quest qu'il effectuera entre autres avec l'Orchestre symphonique de Londres et l'Orchestre philharmonique de Tōkyō. Il composera et écrira même un ballet sur Dragon Quest en 1995[3].

Il est aussi l'un des initiateurs des concerts de musiques de jeu vidéo.

Avec le remake de Dragon Quest V sur PlayStation 2 sortie uniquement au Japon, il signe en outre la première bande originale de jeu de rôle entièrement enregistrée par un orchestre, ce qu'il réitère ensuite avec la version américaine et européenne de Dragon Quest 8.

En dehors de ses musiques de jeu vidéo, Kōichi Sugiyama a effectué d'autres projets récents tels que les fanfares d'ouverture et de fermeture des courses automobiles de Tōkyō et Nakayama. Le compositeur est également passionné de photographie et de voyage.

Les travaux de Kōichi Sugiyama sont souvent comparés à la fin de l'ère baroque (Bach et Haendel) ainsi qu'aux œuvres de Strauss.

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

1986 Dragon Quest Symphonic Suite
1987 Dragon Quest Suite Symphonic Suite II ~ Gods of the Evil Spirits
1987 Dragon Quest in Concert
1988 Dragon Quest III Symphonic Suite ~ And into the legend…
1988 Dragon Quest Live Concert
1990 Dragon Quest IV Symphonic Suite ~ The people are shown the way
1990 Dragon Quest on Piano Vol. I
1990 Dragon Quest on Piano Vol. II
1992 Hanjuku Hero
1992 Dragon Quest V Symphonic Suite ~ Bride of the Heavens & Akira Yamaoka First Album - iFuturelist
1994 Dragon Quest VI Symphonic Suite
2000 Dragon Quest VII Symphonic Suite - Warriors of Eden
2005 Dragon Quest (played by a string quartet)
2006 Dragon Quest VIII Symphonic Suite

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Profil officiel de Kōichi Sugiyama
  2. Yuzo Koshiro reprendra d'ailleurs dans son Actraiser Symphonic Suite le concept de particules musicales récurrentes nommées Intermizzo, concept intrinsèque de la série des Dragon Quest à partir du troisième volet.
  3. Ce ballet sera joué pour la première fois en 1996. Il sera ensuite de nouveau interprété en 1997, 1999, 2001, et 2002.