Mouvement antinucléaire au Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Mouvement antinucléaire.

Longtemps un des leaders mondiaux du nucléaire civil, le Japon connait depuis 2011 un fort mouvement antinucléaire notamment en raison de l'accident nucléaire de Fukushima.

Histoire[modifier | modifier le code]

Né dans les années 1970, le mouvement contre l’industrie nucléaire civile au Japon a connu des développements après l'accident nucléaire de Tchernobyl en 1986 puis avec le développement de l’industrie nucléaire dans le pays, notamment celle de Rokkasho, en 2006[1].
Après la catastrophe du 11 mars 2011, Robert Jay Lifton se demande comment le pays victime des bombardements d’Hiroshima et de Nagasaki a pu faire autant confiance à l’énergie nucléaire[2].

Campagnes et prise de conscience[modifier | modifier le code]

Manifestation antinucléaire à Tokyo le 19 septembre 2011

Depuis mars 2011, campagnes d’actions, manifestations publiques, sites web, partis politiques et groupes d’action se sont considérablement développés, comme notamment par exemple le groupe militant Frying Dutchman[3].

Personnalités du mouvement antinucléaire au Japon[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stop Rokkasho
  2. Robert Jay Lifton (15 avril 2011). "Fukushima and Hiroshima" in New York Times.
  3. Homonyme d’un personnage de la série des Simpsons, le groupe compte près d’un million de vues sur youtube pour une version filmée à Kyoto de leur chanson humanERROR sur le thème de l’énergie nucléaire : vo s-t angl.(en); [1](ja); version sous-titrée en fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]