Kızılırmak (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kızılırmak.
Kızılırmak
Le Kızılırmak à İskilip
Le Kızılırmak à İskilip
Le bassin du Kızılırmak
Le bassin du Kızılırmak
Caractéristiques
Longueur 1 150 km
Bassin 78 180 km2
Bassin collecteur Kızılırmak
Débit moyen ?
Cours
Source source
· Altitude 2 250 m
· Coordonnées 39° 51′ 14″ N 38° 24′ 24″ O / 39.85389, -38.40667 (Source - Kızılırmak)  
Embouchure Mer Noire
· Localisation entre Fener et Kosu
· Altitude 0 m
· Coordonnées 41° 44′ 03″ N 35° 57′ 23″ E / 41.73417, 35.95639 (Embouchure - Kızılırmak)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Turquie Turquie
Régions traversées Région de la mer Noire, région de l'Anatolie centrale
Principales villes Kızılırmak

Le Kızılırmak (Rivière rouge en turc), appelé Halys dans l’Antiquité, est un fleuve d’Anatolie qui se jette dans la mer Noire. Avec ses 1 150 km, il s’agit du plus long fleuve de Turquie. Même s’il n’est pas navigable, c’est une importante source d’énergie hydroélectrique.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Kızılırmak à Avanos

Prenant sa source sur le haut-plateau arménien, il coule tout d’abord en direction du sud-ouest, puis oblique en direction du nord, puis du nord-est jusqu'à son embouchure.

Histoire[modifier | modifier le code]

C’est dans sa boucle principale que la civilisation hittite s’est développée autour de sa capitale Hattusa. Par la suite, il marqua la frontière entre l’Asie Mineure hellénique et l’Asie aux mains de la Perse. Le roi lydien Crésus le détourna par un tunnel pour le franchir, afin d'envahir l'empire de Cyrus II et la bataille de la Ptérie s'ensuivit en -547. Cyrus, vainqueur, fut dès lors maître de l’Asie Mineure. Le franchissement n'avait pu se faire à l'aide d'un pont, d'une part parce que les tufs de la région étaient trop friables ; et d'autre part à cause du régime irrégulier du fleuve, propice aux crues ; il semble qu'il ait demandé à Thalès de faire creuser ce tunnel de dérivation, de 177 mètres de long sur 9 mètres de large et sans doute 2 à 4 mètres de hauteur[1]

Affluents[modifier | modifier le code]

Barrages construits sur le Kızılırmak[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Miserey, « Turquie : un fleuve détourné par Crésus en 550 av. J.-C. », sur http://www.lefigaro.fr/, Le Figaro,‎ 26 février 2013 (consulté le 28 février 2013).
  2. Kanak Çayı d'après (tr) « Yozgat İli », sur (DSİ) et« Yahyasaray Barajı », sur Google Maps écrit Kamak Çayı d'après « Gelingüllü Barajı », sur Google Maps
  3. Konakçay d'après (tr) « Gelingüllü Barajı », sur (DSİ)
  4. Konakçay ou Konakdere, konak signifie « résidence / hôtel particulier », les mots dere etçay sont synonymes et signifient « rivière ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]