Bartın Çayı

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parthénios.
Bartın Çayı
(Parthénios)
Le fleuve de Bartın proche de son embouchure
Le fleuve de Bartın proche de son embouchure
Caractéristiques
Longueur ?
Bassin ?
Bassin collecteur Bartın Çayı
Débit moyen ?
Cours
Source Ilgaz dağları (tr)
Embouchure Mer Noire
· Coordonnées 41° 41′ 12″ N 32° 13′ 43″ E / 41.686726, 32.228651 (Embouchure - Bartın Çayı)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Turquie Turquie
Régions traversées Bartın
Principales villes Bartın

Le fleuve de Bartın (Bartın Çayı, Bartın Irmağı, Bartın Suyu) est un petit fleuve de Turquie qui se jette dans la Mer Noire. Il était appelé Parthénios (en grec ancien Παρθένιος, latinisé en Parthenius)[1],[2],[3] dans l'Antiquité. Il prend sa source dans les monts de l'Ilgaz (Ilgaz dağları (tr)).

Il était navigable sur les 15 km entre la mer et la ville de Bartın.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Le Parthénios est l'un des 25 fils de Téthys et d'Océan, cités par Hésiode dans sa Théogonie, où il relate la création du monde :

« Téthys à Océan enfanta les fleuves tourbillonnants: Nil, Alphée, Éridan aux tourbillons profonds, Strymon, Méandre, Istros aux belles eaux courantes, Phase, Rhésos, Achéloos aux tourbillons d'argent, Nessos, Rhodios, Halliacmon, Heptaporos, Granicos, Aisepos, le divin Simoïs, Pénée, Hermos, et Caïque au beau cours, le grand Sangarios, Ladon, Parthénios, Événos, Ardescos et le divin Scamandre. »

— Hésiode, Théogonie [détail des éditions] [lire en ligne].

En mai 1998, le fleuve a débordé causant des dommages importants et de nombreuses victimes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne], VI, 2, §2 bien que d'après (en) « Phrygia », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne] ce soit la Seydi Çayı
  2. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne],( XII, 3, Le Pont), situe l'embouchure du Parthénios entre les villes de Tium (en) (Filyos) et Amastris (Amasra) toutes deux sur la côte de la Mer Noire.
  3. Bartin viendrait de l'altération de Parthénios en Bartin d'après Louis Vivien de Saint-Martin, Kâtip Çelebi, Description historique et géographique de l'Asie Mineure, ..., vol. 2, A. Bertrand,‎ 1852 (présentation en ligne, lire en ligne)