Murat Nehri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

39° 24′ N 43° 45′ E / 39.4, 43.75

Murat Nehri
(Murat Sou, Arsanias, Aratsani)
La Murat Nehri.
La Murat Nehri.
La Murat Nehri est la branche la plus longue et la plus au sud de l'Euphrate. La branche nord est la Karasu.
La Murat Nehri est la branche la plus longue et la plus au sud de l'Euphrate. La branche nord est la Karasu.
Caractéristiques
Longueur 720 km
Bassin ?
Débit moyen ?
Cours
· Coordonnées 39° 22′ 54″ N 43° 18′ 52″ E / 39.38167, 43.31444 (Source - Murat Nehri)  
Confluence Avec la Karasu pour former l'Euphrate
· Localisation Lac du barrage de Keban
· Coordonnées 38° 52′ 29″ N 38° 47′ 38″ E / 38.87472, 38.79389 (Confluence - Murat Nehri)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Turquie Turquie
Régions traversées Agri, Muş, Bingöl, Tunceli, Elazığ
Principales villes Ağrı, Malazgirt

La rivière Murat Nehri ou Murat Sou avec la rivière Karasu forment le cours supérieur de l'Euphrate.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est longue de 720 km[1]. La rivière Karasu, bien que plus courte, est considère comme l'Euphrate véritable[1]. Elle prend sa source sur les monts Ala Dağlar (ou Aladağ) à moins de 30 km au nord du lac de Van.

La rivière se dirige vers le nord puis l'ouest jusqu'à Ağrı, elle bifurque vers le sud pour arroser la plaine de Malazgirt, puis vers le sud-ouest vers la plaine de Muş. Ensuite la rivière va vers l'ouest et passe à dans la plaine de Bingöl puis vers Elazığ. En aval d'Elazığ elle est barrée par le barrage de Keban où il s'unit avec la rivière Karasu. Ce lac est immense il correspond à une centaine de kilomètres du cours du fleuve. Au début du lac, les eaux de la Murat ne sont qu'à une dizaine de kilomètres du lac Hazar qui est considéré comme la source du Tigre.

La rivière Murat était appelée Arsanias, Aratsani (en arménien : Արածանի)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Euphrate », sur Encyclopædia Universalis
  2. (en) « Euphrates  », dans Encyclopædia Britannica, 1911 [détail de l’édition] [lire en ligne]