Pactole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pactole
(Sart Çayı)
Image illustrative de l'article Pactole
Caractéristiques
Longueur < 25 km
Bassin ?
Débit moyen ?
Cours
Source Sur les pentes du mont Tmole
Confluence Gediz
· Localisation Près du site de Sardes
· Coordonnées 38° 31′ 24″ N 28° 02′ 34″ E / 38.52327, 28.042774 (Confluence - Pactole)  
Géographie
Pays traversés Drapeau de la Turquie Turquie
Régions traversées Manisa
Principales villes Sardes

Le Pactole (en grec Πακτωλός, Paktōlós) était une petite rivière, qui, d'après plusieurs légendes grecques, charriait des paillettes d'or. C'était un petit affluent de la rive gauche de l'Hermos dans le royaume de Lydie, au cœur de sa région la plus fertile, région dont la richesse en or est proverbiale, mais qui est très sujette aux secousses telluriques[1], dans l'actuelle Turquie. Ce n'est plus aujourd'hui qu'un torrent appelé Sart Çayı[2].

Plutarque (46-125) précise que la rivière s'est d'abord appelée Chrysorrhoas[3],[4] (en grec Χρυσορρόας, « qui charrie de l'or »). D'après lui, elle prend ensuite le nom d'un fils de Iolis et de Leucothée appelé Pactole qui se jette dans la rivière après avoir abusé de sa sœur sans la reconnaître[5].

Le Dictionnaire universel d'histoire et de géographie[6] de Marie-Nicolas Bouillet laisse entendre que le Pactole aurait aussi été appelé, à tort ou à raison, Bagoulet en français par certains auteurs[7], dénomination d'origine inconnue mais qui pourrait être une francisation de Bagdolos, la prononciation micrasiate du Pactole.

Légende[modifier | modifier le code]

La Lydie avait pour roi le célèbre Crésus. Sa puissance et sa richesse, réputées considérables, lui venaient des sables aurifères de la rivière et lui doivent d'avoir été immortalisé dans l'expression « riche comme Crésus. »

Midas était le roi de Phrygie, royaume d'Asie mineure situé entre la Lydie et la Cappadoce. Une histoire raconte l'aventure arrivée au vieil ivrogne Silène. Celui-ci, suivant une procession en l'honneur du dieu de la fête et de l'ivresse Dionysos, se perdit près du palais royal. Midas et ses gardes le retrouvèrent assoupi et le roi lui offrit de rester quelques jours au palais avant de le rendre à Dionysos. Le dieu récompensa le roi en lui accordant un souhait. Midas demanda que tout ce qu'il toucherait à l'avenir se transforme en or (voir Midas). Incapable de manger et de boire, il supplie le dieu de reprendre son présent. Dionysos lui ordonne alors de se laver les mains dans les eaux du Pactole, dont le sable se change en or. Cette légende explique le caractère aurifère du Pactole, auquel la Phrygie doit une bonne partie de son empire.

Les ressources du Pactole étaient déjà épuisées avant le Ier siècle selon le témoignage du géographe grec Strabon[8] (57 av. J.-C.-entre 21 et 25 ap. J.-C.).

Usage actuel du terme[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Le mot pactole est synonyme aujourd'hui d'une source de richesse, de profit [9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'auteur latin Tacite (55-120) rapporte qu'un tremblement de terre en 17, pendant le règne de Tibère, a détruit la plupart des villes de la région. Voir Tacite, Annales [lire en ligne], Livre II, chapitre XLVII.
  2. Sart Çayı signifie rivière/ruisseau de Sardes (Sart).
  3. Plutarque, Œuvres morales [détail des éditions] [lire en ligne], Des noms de fleuves et des montagnes. Le Pactole.
  4. Chrysorrhoas a aussi été le nom de la rivière Barada qui arrose Damas en Syrie.
  5. Plutarque raconte pratiquement la même histoire à propos du Caïque. Seuls les noms changent. Voir Plutarque, Œuvres morales [détail des éditions] [lire en ligne], Des noms de fleuves et des montagnes. Le Caïque.
  6. Dictionnaire universel d'histoire et de géographie (1842) Édition de 1878 Référence interne
  7. L'édition de 1847 (5e édition) qui comporte le texte suivant :
    • Bagoulet, petite riv. de la Turquie d'Asie, était autrefois le Pactole
      (c.f. Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, Paris, Hachette et Cie,‎ 1847, 5e éd. (lire en ligne), p. 152)
    L'édition de 1876 (25e édition) comporte le texte suivant qui contredit celui de 1847 :
    • Bagoulet, petite riv. d'Anatolie, dans laquelle on a cru à tort retrouver la Pactole des anciens
      (c.f. Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, Paris, Hachette et Cie,‎ 1876, 25e éd., 2080 p. (lire en ligne), p. 161)
    Cette même édition se contredit car à l'article Pactole on trouve le texte suivant :
    • Pactole, Pactolus, auj. le Bagoulet ou Riv. de Sart, petite riv. de Lydie, sortait du mont Tmolus, passait à Sardes et tombait dans l'Hermus…
      (c.f. Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, Paris, Hachette et Cie,‎ 1876, 25e éd., 2080 p. (lire en ligne), p. 1408)
  8. Strabon, Géographie [détail des éditions] [lire en ligne], Livre XIII, chapitre I, La Troade. §23
  9. Le Petit Larousse illustré, 2011, éditions Larousse.