Helloween

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Helloween

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Helloween, sur scène à Nuremberg en 2006.

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre musical Power metal, speed metal
Années actives Depuis 1984
Labels Noise Records, RCA, EMI, Castle Records, Nuclear Blast, Steamhammer/SPV
Site officiel helloween.org
Composition du groupe
Membres Michael Weikath
Markus Grosskopf
Andi Deris
Sascha Gerstner
Daniel Löble
Anciens membres Kai Hansen
Ingo Schwichtenberg
Michael Kiske
Roland Grapow
Uli Kusch
Mark Cross
Stefan Schwarzmann
Logo

Helloween est un groupe de power metal allemand, originaire d'Hambourg. Le groupe est l'un des pionniers des sous-genres du power metal, et leur second et troisième albums studio, Keeper of the Seven Keys Part I et Part II, sont félicités par la presse spécialisée. Helloween est fondé en 1984 par les membres des groupes Iron Fist, Gentry, et Powerfool. Sa formation initiale se compose de Weikath, Grosskopf, du chanteur et guitariste Kai Hansen, et du batteur Ingo Schwichtenberg. Après la sortie de leur EP éponyme et de leur premier album en 1985, le groupe devient un quintet dès l'arrivée du chanteur Michael Kiske, et Hansen qui endosse le rôle de guitariste. Sous cette formation, ils font paraître la série d'albums Keeper of the Seven Keys (1987 et 1988),qui permet à Helloween de devenir un groupe notable du genre heavy metal.

Depuis sa création, Helloween recense quatorze albums studio, trois albums live, trois EP, et douze singles, ainsi qu'un total de cinq millions d'exemplaires vendus à travers le monde[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et premier album (1984–1986)[modifier | modifier le code]

En 1982, après avoir quitté son premier groupe Powerfool qui ne remportait aucun succès, Michael Weikath rejoint le groupe Iron Fist, qui deviendra Helloween, alors initialement formé à Hambourg, en Allemagne, de Ingo Schwichtenberg à la batterie, Markus Grosskopf à la basse et Kai Hansen à la guitare et au chant[2]. Il est, avec Markus Grosskopf, le seul rescapé du line-up original.

En 1984, le groupe signe avec le label Noise Records et enregistre deux morceaux pour la compilation Death Metal : Oernst of Life et Metal Invaders. Après un premier mini-album cinq titres sobrement intitulés Helloween (aussi appelé mini LP), le groupe sort son premier album[3] Walls of Jericho en 1985, sur lequel Kai Hansen assure chant et guitare. Il y est accompagné de Michael Weikath à la guitare, Markus Grosskopf à la guitare basse et Ingo Schwichtenberg à la batterie. L'énergie insufflée par les guitares rythmiques et les solos rapides mais mélodiques apporte un souffle nouveau au heavy metal et participe à l'émergence d'un nouveau genre, le speed mélodique, dont les fondations seront parachevées avec les deux albums Keeper of the Seven Keys Part 1 et Keeper of the Seven Keys Part 2.

Le nom de l'album inspire le groupe Walls of Jericho, ainsi que le nom de scène du catcheur Chris Jericho.

Keeper of the Seven Keys (1986–1989)[modifier | modifier le code]

Kai Hansen ayant des difficultés à assurer en même temps guitare et chant[4], le groupe embauche un jeune chanteur de 18 ans d'Hamburg, Michael Kiske, ancien membre de III Prophecy. Le groupe travaille alors sur son nouvel opus et décide d'en faire un double album, mais leur label de l'époque, Noise, peu sûr de sa réussite commerciale en plus du coût, ne veut pas d'un album de ce format. Helloween s'engage alors sur la première partie de cet album concept Keeper of the Seven Keys Part 1 qui sort en 1987. Cet album leur assurera une renommée mondiale et se classera assez bien en Angleterre. Sort ensuite en 1988, la deuxième partie qui est certainement l'album du groupe le plus connu Keeper of the Seven Keys Part 2. Cette deuxième partie obtient encore plus de succès que la première et finit d'installer la réputation du groupe.

Ces deux albums qui combinent des riffs de speed metal avec des riffs mélodiques et des techniques vocales claires et puissantes sont considérés comme des pionniers du speed mélodique. Ils renouent également avec la tradition des Album-concept des années 1970, avec une certaine unité de construction dans chacune des parties (une courte introduction musicale, une ballade vers le milieu et un morceau final de plus de 10 min). Les thèmes portent sur les conséquences néfastes de l'activité humaine, l'autodestruction, l'exploitation des autres ou de quêtes pour délivrer le monde de ses malheurs dans une ambiance médiévale-fantastique -les « duels » des guitaristes symbolisant la lutte du bien contre le mal (en particulier sur le morceau Keeper of The Seven Keys). Outre la maturité musicale, la conception graphique participe au succès des albums : une pochette aérographiée d'Uwe Karczewski (qui avait déjà signé les deux premières pochettes) ; des dessins humoristiques du dessinateur belge Frédéric Moulaert (qui signera aussi la pochette du Live In The UK).

Le Pumpkin Fly Free Tour emmène le groupe à travers l'Europe avec en point d'orgue une participation aux Monsters of Rock de Donington dont la tête d'affiche est Iron Maiden. Une tournée aux USA en compagnie d'Exodus et Anthrax est ensuite mise sur pied par MTV.

En 1989, le groupe sort un album concert, consécutif à leur tournée européenne de 1988. Il est publié sous trois formes en raison d'une nouvelle mésentente avec leur label : Live In The UK pour l'Europe, I Want Out Live pour les États-Unis, et Keepers Live pour le Japon, la version européenne contenant un morceau supplémentaire. C'est l'apogée pour le groupe mais les tensions avec son label ne vont que croître et finissent par déboucher sur des procès entre celui-ci et le groupe : Helloween ayant décidé de casser son contrat avec Noise pour signer chez EMI, Noise attaque en justice. Finalement, Helloween perd devant les tribunaux et doit payer une amende. Les conséquences pour le groupe sont désastreuses : ils doivent rembourser leur label et se voient interdits de sortir des disques ailleurs qu'en Europe et au Japon. Parallèlement, Kai Hansen quitte le groupe à cette époque pour fonder Gamma Ray, non pour cause de tournées trop longues comme annoncé officiellement mais pour des raisons liées à la répétition de multiples tensions entre Michael Weikath, Michael Kiske et lui-même[5]. Les deux premiers voulant tout contrôler du groupe, il s'en ira de lui-même et regrettera par la suite de n'avoir pas conservé le nom du groupe qu'il avait créé[4]. Kai Hansen forme par ailleurs son remplaçant pour la fin de la tournée (Kai Hansen étant parti au cours de la tournée du Keeper Of The Seven Keys Part II) en la personne de Roland Grapow (Masterplan).

Départ de Hansen et Kiske (1989–1993)[modifier | modifier le code]

Dans ces conditions difficiles, auxquelles s'ajoutent des rumeurs persistantes de séparation du groupe, sort en 1991 Pink Bubbles Go Ape, album qui recevra un accueil très froid de la critique et des fans et qui ne rencontrera quasiment aucun succès. Les tensions entre Michael Kiske et Michael Weikath persistent et deux ans plus tard, en 1993 sort l'album Chameleon qui, loin de sortir le groupe de la crise, l'y plonge un peu plus. Le style de l'album tranche radicalement : tout en gardant le côté mélodique et construit des morceaux, la musique est plus lente et moins agressive, ce qui rebute certains fans. L'instrumentation est renforcée par le violon (Stefan Pintev[6]), synthétiseur, orgue (Axel Bergstedt) et le chœur d'enfants de l'orchestre Bach de Hambourg. Un bon nombre de morceaux ne contiennent même pas de guitare électrique (I Don't Wanna Cry No More ou encore Windmill).

Le batteur Ingo Schwichtenberg est écarté du groupe pendant la tournée pour cause de troubles mentaux, plus précisément de schizophrénie, et de problèmes d'alcool et de drogue. Il sombrera plus tard dans la dépression et finira par se suicider en se jetant sous une rame de métro[7] le 8 mars 1995. Michael Kiske finit lui aussi par quitter le groupe. Il est rendu responsable par Michael Weikath notamment de l'échec des deux albums. Il continuera une carrière solo délaissant le heavy metal dans lequel il ne se reconnaissait plus.

Débuts avec Andi Deris (1994–1999)[modifier | modifier le code]

En 1994, le groupe signe sous un nouveau label et sort l'album Master of the Rings avec un nouveau chanteur, Andi Deris (ancien chanteur de Pink cream 69). Un nouveau batteur, Uli Kusch (Ride The Sky) est également engagé. C'est le retour du succès pour le groupe. En renouant avec le Metal mélodique qui a fait les heures de gloire d'Helloween, l'album reçoit enfin des critiques positives et le groupe présente une vraie cohérence entre ses membres. Suit en 1996, The Time of the Oath, qui amplifie le succès déjà acquis par Master of the Rings. Il rétablit Helloween parmi les groupes de Metal les plus populaires en Europe. L'album contient des titres basés sur les écrits de Nostradamus. Il est considéré par les fans comme le meilleur album depuis l'ère des Keeper dont il reprend en grande partie la structure. Le double-album concert High Live suivra la même année.

Better Than Raw sort ensuite en 1998. Le groupe a combiné des éléments modernes avec le son traditionnel du groupe, ce qui est parfaitement accueilli par les fans. En plus des traditionnelles tournées en Europe, Amérique latine et Japon, le groupe donne un show à New York le 20 décembre 1998. Il n'avait plus foulé le sol américain depuis près de dix ans. Toujours avec la même formation, sort en 1999 un album de reprises, Metal Jukebox. Le groupe semble avoir trouvé son rythme de croisière.

The Dark Ride et Rabbit Don't Come Easy (2000–2003)[modifier | modifier le code]

En 2000 sort The Dark Ride. Avec des guitares sous-accordées, cet album surprend par un style nettement plus sombre que ce que le groupe avait produit jusque là. C'est un échec commercial et l'album est l'une des plus mauvaises ventes de la carrière du groupe, la majorité des fans n'aimant visiblement pas cette nouvelle direction et regrettant l'ancien style. Des tensions apparaissent à nouveau entre les membres. Après la tournée, Michael Weikath, qui reproche à Uli Kusch et à Roland Grapow de ne pas se concentrer assez sur le groupe mais trop sur leurs projets solos, les évince du groupe. Helloween traverse alors une période de flottement et se lance dans la recherche de nouveaux musiciens. Mark Cross est embauché pour assurer la partie de batterie, mais tombe malade et est finalement remplacé par Mikkey Dee qui assurera l'essentiel des enregistrements de batterie. Stefan Schwarzmann prendra ensuite la relève pour un temps. Sascha Gerstner remplace pour sa part Roland Grapow à la guitare.

Est donc finalement publié, en 2003, l'album Rabbit Don't Come Easy qui renoue avec le Speed mélodique et le côté happy caractéristique du groupe qui avait disparu sur The Dark Ride. Il remporte un certain succès auprès de la critique et du public et le groupe part en tournée. Fait marquant, pour la première fois depuis l'époque des Keeper, le groupe fait une vraie tournée aux USA.

Keeper of the Seven Keys: The Legacy et Gambling with the Devil (2004–2008)[modifier | modifier le code]

En 2004, après avoir assuré la tournée de l'album, le batteur Stefan Schwarzmann quitte le groupe. Il est remplacé par Dani Löble. Helloween retourne en studio en vue d'enregistrer un nouvel album ambitieux, Keeper Of The Seven Keys - The Legacy qui est sur le marché depuis le 31 octobre 2005. Outre le nom, il s'agit de leur vision moderne de la suite des premiers classiques du groupe. Keeper of the Seven Keys: The Legacy sort sous la forme d'un double album, ce que le groupe n'avait pu réaliser presque 20 ans auparavant. Il ne faut pas s'attendre à une copie des deux premiers, mais plutôt une continuité de leur style actuel même s'il renoue avec des titres très longs (près de 15 minutes) jamais reproduits depuis les deux premiers Keeper. Cet album est très bien accueilli par la presse et les fans et la tournée mondiale qui s'ensuit recueille un grand succès. Le groupe décide alors d'enregistrer quelques concerts pour la sortie d'un CD/DVD, ce qu'il n'avait plus fait depuis le High Live de 1996. En janvier 2007 sort Keeper of the Seven Keys - The Legacy World Tour 2005/2006 - Live In Sao Paulo en CD et Keeper Of The Seven Keys – The Legacy World Tour 2005/2006 - Live on 3 Continents en DVD. Ce DVD connaît rapidement du succès, et, d'après le magazine japonais Burrn!, est en première position des ventes de DVD musicaux dans les classements japonais en mai 2007.

Fin octobre 2007, sort Gambling with the Devil. Il est enregistré de mai à juin 2007 à Tenerife, et à Ebermannstadt. Lors de son annonce, le groupe indique son inscription dans la suite des Keeper, mais n'aura pas le nom de ses prédécesseurs : « Les gens nous accuseraient de vouloir nous vendre » déclare le chanteur Andi Deris. Cet album est caractérisé par un style musical plus direct que son prédécesseur Keeper of the Seven Keys: The Legacy et c'est un nouveau succès critique et commercial pour le groupe, certains y voyant même un des meilleurs albums d'Helloween, époque Andi Deris. Une tournée mondiale avec Gamma Ray, le Hellish Rock 2007/2008, débute en fin d'année 2007. Elle commence en Europe avant de passer par l'Asie du Sud-Est, l'Australie puis l'Amérique du Sud. Elle prend fin en Amérique du Nord durant la deuxième moitié de 2008. Grand succès, cette tournée a permis de revoir Kai Hansen reprendre avec son ancien groupe, certains titres cultes de la glorieuse époque d'Helloween lors de la réunion des deux groupes à la fin de chaque concert.

Divers albums et 25 ans d'existence (2009–2012)[modifier | modifier le code]

Helloween, au Przystanek Woodstock en 2011.

Fin octobre 2009 et après de longs mois de silence, Helloween annonce sur son site officiel la sortie d'une compilation intitulée Unarmed qui commémorera les 25 ans du groupe. Il s'agit de versions réenregistrées et réarrangées de différents titres du groupe avec une participation de l'orchestre symphonique de Prague. Un medley de 17 minutes mélangera les trois titres les plus longs écrits par Helloween : Halloween, Keeper of The Seven Keys et The King For a Thousand Years.

Durant les vacances d'été, Helloween annonce sur son site officiel la sortie le 31 octobre 2010 de son nouvel album, 7 Sinners, qui serait l'album le plus rapide et le plus heavy du groupe. L'album est bien sorti le 31 octobre en Europe et le 3 novembre aux États-Unis. Il était également disponible à l'écoute en streaming via la page Myspace officielle du groupe à partir du 25 octobre 2010. Le titre de l'album fait référence aux sept péchés capitaux, la pochette disque représente une étoile à sept branches qui symbolise l'arme qui combat ces derniers[8]. Afin de promouvoir cette sortie, Helloween est parti en tournée à travers toute l'Europe en compagnie de Stratovarius dans le courant du mois de novembre 2010.

En juin 2012, Helloween rentre de nouveau en studio et sort Straight Out of Hell en janvier 2013. La tournée, le Hellish Rock Part II avec de nouveau Gamma Ray, emmène une nouvelle fois le groupe à travers l'Europe, l'Asie et l'Amérique (Amérique du Nord et Amérique Latine).

Rock in Rio et quinzième album (depuis 2013)[modifier | modifier le code]

En septembre 2013, Helloween participe au Rock in Rio 2013 avec l'ancien membre Kai Hansen comme guest[9]. En octobre 2014, le groupe annonce un nouvel album pour une sortie en mai 2015. Il sera produit par Charlie Bauerfeind aux Mi Sueño Studio de Tenerife et marquera le retour du groupe au label Nuclear Blast avec lequel ils ont fait paraître les albums The Dark Ride et Rabbit Don't Come Easy[10].

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Musiciens supplémentaires
  • Jörn Ellerbrock – clavier (1988–2003)
  • Matthias Ulmer – clavier (2007–2010)
  • Eddy Wrapiprou – clavier (depuis 2010)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Helloween: '7 Sinners' First Week Sales Revealed », Blabbermouth (consulté le 2 octobre 2014).
  2. (en) Eduardo Rivadavia, « Helloween Biography », sur Allmusic (consulté le 5 décembre 2014).
  3. (en) « Band - Kai Hansen », sur gammaray.org,‎ 22 mars 2010 (consulté le 22 novembre 2009), We got the chance to record two songs for a Death Metal Sampler. The feedback to those songs was so good that we got more contact with Noise Records and as a result we finally recorded our first Mini LP Helloween and the first full-length album Walls Of Jericho.
  4. a et b (en) Kai Hansen, « Kai Hansen Interview », sur metal-rules.com,‎ 19 mai 1999 (consulté le 22 novembre 2009), The only thing I kind of regret or kind of see as a bad thing is that I couldn't keep the name because under the name Helloween I would of sold a lot more albums.
  5. (en) « HELLOWEEN (de) - Michael Weikath (Sept-2005/VF-EV) », sur metal-impact.com (consulté le 22 novembre 2009).
  6. (de) « Stefan Pintev Bio » (consulté le 22 novembre 2009).
  7. (en) « Michael Weikath Interview »,‎ 21 juillet 1998 (consulté le 22 novembre 2009), One day he jumped in front of s subway train.
  8. « Helloween interview par Mandah de VerdamMnis », sur verdammnis.com (consulté le 25 mai 2011).
  9. (pt) Shin Oliva Suzuki, « Helloween repete Offspring e faz o Palco Sunset ficar pequeno », sur G1, Grupo Globo, Rio de Janeiro,‎ 22 septembre 2013 (consulté le 28 octobre 2014).
  10. « Helloween Begins Recording New Album », sur Blabbermouth.net,‎ 28 octobre 2014 (consulté le 28 octobre 2014).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :