Harper's Bazaar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Harper's Bazaar
Image illustrative de l'article Harper's Bazaar

Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Langue Anglais
Périodicité Mensuelle
Genre Magazine de mode féminin
Date de fondation 1867

Propriétaire Hearst Corporation
Site web www.harpersbazaar.com

Harper's Bazaar, ou Harper's Bazar au début, est un magazine féminin d'origine américaine, véritable institution de la mode depuis plusieurs décennies, le plus ancien existant toujours, et qui a connu son heure de gloire autour du milieu de XXe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

Le magazine est fondé par Harper & Brothers en 1867 et change notablement de formule en 1890, mais toujours en grand format. Dès le début, la ligne éditoriale de Harper's Bazar est de fournir informations et illustrations du domaine de la mode, en concurrence directe avec Vogue[1]. L'origine des informations ou illustrations vient principalement d'Allemagne et de France. Le magazine est publié toutes les semaines, mais devient mensuel en 1901 comme il l'est resté de nos jours. Il est racheté en 1913 par William Randolph Hearst qui l'intègre à son groupe de presse Hearst Corporation. Au début du XXe siècle, Lady Duff-Gordon, Lady Randolph Churchill ou Daisy Fellowes écrivent des articles pour le magazine[1]. En 1916, le magazine montre pour la première fois aux États-Unis une robe d'une certaine Gabrielle Chanel[2]. L'illustrateur Erté publie ses silhouettes jusqu'à en devenir un symbole du magazine, collaborant durant vingt-deux ans. À l'époque, Harper's Bazar s’orthographie avec un unique A dans « Bazar » jusqu'en 1929 où le magazine prendra son second A[3],[2]. Dans les années 1930, Carmel Snow, débauchée par Hearst de chez Vogue, recrute l'élégante Diana Vreeland rédactrice mode, puis le russe Alexey Brodovitch comme directeur artistique. Les illustrations, dont celles vieillissantes d'Erté, laissent peu à peu la place à la photographie que Brodovitch va révolutionner par son approche novatrice[1]. À eux trois, ils vont faire d'Harper's Bazaar l'un des magazines les plus célèbres du domaine de la mode et même au delà[1].

Articles détaillés : Carmel Snow et Diana Vreeland.

Elsa Schiaparelli ou Valentino seront soutenus par le magazine[1]. Pendant la Guerre, Lauren Bacall est découverte par le magazine qui lui donne une couverture.

Après guerre[modifier | modifier le code]

Richard Avedon entre à Harper's Bazaar juste après la guerre ; il a dû supporter quatorze rendez-vous annulés avant de se faire finalement embaucher. Il réalise pour le magazine ce qui deviendra la plus célèbre photo de mode, Dovima with elephants. Richard Avedon va enchainer les couvertures jusqu'en 1965. Entre temps, une version pour les jeunes filles, Junior Bazaar, est lancée en 1945 sous la direction de Carmel Snow ; elle ne durera que trois ans[4]. Durant cette époque, le magazine, en perpétuelle évolution sous l'impulsion combinée de Snow et Brodovitch, est considéré comme bien plus avant-gardiste que son concurrent direct, le Vogue américain malgré les efforts de son nouveau directeur artistique, Alexander Liberman[5] ; ce dernier, défendant le renouveau du magazine de mode alors un peu désuet qu'est Vogue, prend systématiquement exemple sur le Bazaar pour justifier ses changements d'orientation[5] : Harper's Bazaar supplante Vogue ces années là. Les années 1950 marquent l'âge d'or du magazine avec la rédactrice en chef Carmel Snow qui baptise pour Dior le New Look en 1947, Diana Vreeland, les illustrations d'Andy Warhol au milieu des années 1950, puis les photographies de Hiro dans les années 1960. En 1957, Carmel Snow, alors âgée de soixante-dix ans, quitte le magazine, ainsi que Alexey Brodovitch l'année suivante[1] ; elle sera remplacée durant les quatorze années suivantes par sa nièce Nancy White[1]. Diana Vreeland rejoindra Vogue quelques années après le départ de Snow[1]. En 1970, Anna Wintour intègre pour quelques années le magazine ; celui ci est alors en plein déclin[1]. Il faudra attendre les années 1990 pour retrouver le faste des années passées avec la rédactrice en chef Liz Tilberis[1]. En 1992, le tirage est de 700 000 exemplaires[6]. À la mort de Tilberis, c'est Kate Betts (en), anciennement chez WWD et Vogue, qui la remplace[7]

Depuis ses débuts en 1867 comme première revue de mode des États-Unis, les pages de Harper's Bazaar ont vu d'importantes collaborations comme celles de Léon Bakst, Carrie Donovan (en), Liz Tilberis qui travailla auparavant une vingtaine d'années pour le British Vogue, Fabien Baron le directeur artistique, Carine Roitfeld après les années 2010, et de photographes reconnus comme Mark Shaw, Man Ray, Adolf de Meyer, Inez Van Lamsweerde and Vinoodh Matadin, le français Patrick Demarchelier qui suit Liz Tilberis au début des années 1990, Peter Lindbergh ou de l'illustrateur E.W. Kemble.

En 2012, Harper's Bazaar est publié dans de multiples pays outre les États-Unis ; Dans ce pays, c'est la plus ancienne publication concernant la mode[8]. Une version française est envisagée, éditée par le Groupe Marie Claire[9],[10].

Rédacteur en chef[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j « Harper's Bazaar », sur tendances-de-mode.com,‎ 25 septembre 2007 (consulté le 2 septembre 2013)
  2. a et b (en) Calvin Tomkins, « The world of Carmel Snow », sur newyorker.com, The New Yorker,‎ 7 novembre 1994 (consulté le 27 février 2013)
  3. * David Downton (préf. Stéphane Rolland), Les Maîtres de l'illustration de mode [« Master of Fashion Illustration »], Paris, Eyrolles,‎ septembre 2011, 226 p. (ISBN 978-2-212-12705-8), p. 51
  4. Cally Blackman (trad. Hélène Tordo), 100 ans de mode [« 100 years of fashion »], Paris, La Martinière,‎ avril 2013, 399 p. (ISBN 978-2-7324-5710-9, présentation en ligne), « 1901 - 1959 », p. 210
  5. a et b Norberto Angeletti, Alberto Oliva et al. (trad. Dominique Letellier, Alice Pétillot), En Vogue : L'histoire illustrée du plus célèbre magazine de mode, White Star,‎ juin 2007, 410 p. (ISBN 978-8861120594, présentation en ligne), « Le style Liberman », p. 134
  6. (en) Mary Rourke, « Clash of the Titans », Los Angeles Times,‎ 28 mai 1992, p. 4 (lire en ligne)
  7. (en) Barbara Thomas, « Bazaar Places Betts », Los Angeles Times,‎ 25 juin 1999
  8. (en) Raquel Laneri, « Harper's Bazaar Ushers In New Look With Sexy Gwyneth Paltrow Cover », sur forbes.com, Forbes,‎ 2 février 2012 (consulté le 2 décembre 2013) : « The historic publication — the oldest fashion magazine in the U.S., launched in 1867 […] »
  9. « Les magazines venus de l'étranger séduisent la France », Challenges, no 347,‎ 30 mai 2013, p. 7 (ISSN 0751-4417)
  10. lemonde.fr, AFP, « "Harper's Bazaar" se décline en français », Style, sur lemonde.fr, M,‎ 21 mai 2013 (consulté le 18 juin 2013)

Lien externe[modifier | modifier le code]