Germain Sée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sée (homonymie).

Germain Sée (né le 6 février 1818 à Ribeauvillé, † le 12 mai 1896 à Paris) est un médecin français, passé à la postérité pour ses travaux sur l'ergot de seigle

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était le dixième des treize enfants de Joseph Daniel et de Rosine Lévy-Schoningeim. Il effectua ses études secondaires au lycée de Metz puis partit étudier la médecine à la Faculté de Paris, et fut interne des Hôpitaux de Paris de 1843 à 1845. Il consacra sa thèse (1846) à l'ergotisme, et épousa cette même année Adélaïde Lippmann, dont il eut deux filles ; mais sa femme et sa fille aînée devaient succomber à la diphtérie en 1866.

En 1852 il fut reçu chef de clinique par concours et affecté au Bureau Central des Hôpitaux de Paris. Il fut affecté ensuite dans divers hôpitaux de la capitale : La Rochefoucauld (1857), Beaujon (1861), La Pitié (1862) puis La Charité (1868).

En 1865 il était nommé professeur surnuméraire de physiologie, et deux ans plus tard prit la succession d’Armand Trousseau à la chaire de thérapeutique et de pharmacopée. Peu après il obtint la première chaire d’anatomie. En 1868, il se voyait confier la troisième chaire de La Charité, celle de clinique médicale, qu'avait occupée avant lui Monneret. Enfin en 1876 il devint titulaire de la première chaire de discipline de l’Hôtel-Dieu, où il officia pendant 20 ans.

Germain Sée s'inspirait à la fois des méthodes de Claude Bernard et d'Armand Trousseau. Il avait coutume de dire que le médecin doit toujours avoir un pied à l'hôpital et l'autre dans son laboratoire ; point de vue encore exceptionnel dans le milieu médical français de l'époque, dominé par l'autorité du Collège de France et du Muséum d'Histoire Naturelle, par là peu enclin à reconnaître la recherche universitaire, et que Pasteur allait bientôt bouleverser. Toutefois, Bernard a écrit que Sée, comme Jaccoud, assimilaient la « médecine expérimentale » à un mélange de physiologie et de médecine, comme Wunderlich en Allemagne. Jaccoud, surtout, se consacrait à faire connaître en France la physiopathologie allemande ; son « Traité de Pathologie interne » (1869) et ses « Leçons de clinique médicale » (1867-1884) firent connaître au monde entier les résultats de Wunderlich, de Traube et des autres ténors de l’École physio-pathologique.

Les principales contributions de Sée concernent les maladies du cœur et des poumons. Il s'intéressa également aux propriétés thérapeutiques de certaines substances comme l’extrait d'ergot du seigle (dans le traitement des maladies cardiovasculaires), aux salicylates (dans le traitement des inflammations comme les rhumatismes et la goutte), à l’antipyrine pour soulager les maux de tête, enfin aux bromures pour le traitement de l'épilepsie.

Il avait une nombreuse clientèle privée à Paris, où l'on trouve d'ailleurs Victor Hugo, et Napoléon III dont il diagnostiqua la lithiase biliaire[1].

Il a été élu membre de l’Académie de Médecine (Section de Pathologie Médicale), en 1869. En 1880, il a reçu la dignité de Commandeur de la Légion d'honneur. Il est le fondateur de la revue La médecine moderne, et était un collaborateur régulier de L’Union médicale, du Bulletin général thérapeutique et de La Semaine médicale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son ouvrage essentiel est sans doute son traité de « Médecine clinique », en neuf volumes, publié aux éd. Labadie-Lagrave.

  1. De la phtisie bacillaire des poumons (1884)
  2. Des maladies spécifiques (non tuberculeuses) du poumon (1885)
  3. Des maladies du poumon simple (1886)
  4. Urologie clinique et maladies des reins (1888)
  5. Du régime alimentaire, traitement hygiénique des Malades (1887)
  6. Traité des maladies du foie (1892)
  7. Traité des maladies du cœur – Étiologie et clinique, tome I (1889)
  8. Thérapeutique physiologique du cœur, tome II (1893)
  • Le Traité des maladies du sang (1893) se ressent beaucoup de l'influence de l'Ecole allemande et des publications de François-Sigismond Jaccoud (1830-1913).

Comme ce fut l'usage jusqu'au début du XXe siècle, ses leçons furent publiées par la suite par ses étudiants: c'est ainsi que Maurice Raynaud (1834-1881) publia ses Leçons expérimentales de pathologie (1866) ; Laborde et Dusart publient un recueil : Histoire particulière des médicaments. La digitale, leçons de thérapeutique médicale... (1877) ; F. Labadie-Lagrave, Du traitement et du diagnostic des maladies du cœur (1879), enfin G. Schlemmer Des anémies et pseudo-anémies (1888).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cf. Daniel Grasset, « La pierre de Napoléon III », Académie des Sciences et Lettres de Montpellier,‎ 29 juin 2009, p. 271 (lire en ligne [PDF])

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José L. Fresquet. Institute of History of Science and Documentation (Université de Valence - CSIC). Mars 2008.
  • T. Gelfand, Germain Sée, in: Dictionary of Medical Biography, éd. par W.F. et H. Bynum, Westport (Connecticut) - Londres, Greenwood Press, 2007, vol. 5, pp.1128-1129.
  • F. Huguet, Les professeurs de la Faculté de médecine de Paris. Dictionnaire biographique 1794-1939, Paris, Institut national de recherche pédagogique - Éditions du CNRS, 1991.
  • P. Entralgo-Lain, History of Modern and Contemporary Medicine, Barcelone, Scientific-Medical, 1963.
  • J.M. López-Piñero, Science and disease in the nineteenth century, Barcelone, Peninsula, 1985.