Karl August Wunderlich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Wunderlich.
Karl August Wunderlich

Karl Reinhold August Wunderlich est un médecin allemand, né le à Sulz am Neckar et mort le à Leipzig. Ses travaux sur la fièvre sont célèbres et contribuent à la mise au point de l’usage du thermomètre en médecine. Il présente la fièvre comme le symptôme d’une maladie et non une maladie en tant que telle.

Formation[modifier | modifier le code]

Fils d'un médecin mort prématurément, il est élevé par sa mère, Française, et par sa grand-mère[1]. À Stuttgart, au lycée, il se lie d'amitié avec Wilhelm Griesinger et Wilhelm Roser. À la fin du lycée en 1833, contrairement au souhait de sa mère qui le verrait volontiers prêtre, il entame des études de médecine à Tübingen. Il soutient sa thèse en 1837, part en voyage d'étude à Zürich, et surtout à Paris de 1837 à 1838, et passe aussi à Vienne. De ces voyages il tirera la matière de son premier livre en 1841[2] ; il en rapportera également les techniques de percussion et d'auscultation. Il devient assistant au Katharinen-Hospital de Stuttgart. Il obtient son titre de médecin en 1838 suite à son travail Die Nosologie des Typhus et, en 1840, est habilité à diriger des recherches.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il fait sa carrière dans les hôpitaux de Tübingen jusqu’en 1850. Il enseigne alors la médecine à Leipzig et y dirige, à la suite de Johann Ritter von Oppolzer (en), un service de médecine clinique à la clinique universitaire St. Jakob.

En sur les conseils de Ludwig Traube, il commence à collecter des données sur la température des patients admis dans son service hospitalier de Leipzig[3]. Il mentionne ses observations dans une série d'articles parus dans la presse médicale de langue allemande ; ces articles paraîtront également, sous forme de résumé, dans The Medical Times and Gazette britannique. Toutes ces observations seront rassemblées en 1868 dans son ouvrage majeur Das Verhalten der Eigenwärme in Krankheiten[4].

En plus de ses fonctions hospitalières, il exerce, avec succès, en tant que médecin de ville. De 1842 à 1859, il est l’éditeur de la revue Archiv für physiologische Heilkunde, qu'il a fondée avec ses amis d'adolescence Griesinger et Roser. Pendant la guerre de 1870 il dirige les services de médecine militaire de Leipzig.

Wunderlich dans l'histoire de la médecine[modifier | modifier le code]

La fièvre, le thermomètre et la courbe de température[modifier | modifier le code]

Si la fièvre est un symptôme, pas une maladie, la fièvre nous renseigne sur la maladie : on doit à Wunderlich l'introduction des courbes de température pour suivre l'évolution des maladies.

Sur la base de relevés concernant plusieurs centaines de malades et impliquant un million de mesures — axillaires, Wunderlich établit la température normale du corps humain entre 37 et 37,5 °C[5].

Il décrit les variations physiologiques quotidiennes de la température corporelle.

Il croyait que chaque maladie était caractérisée par une courbe de température particulière, ce qui s'est révélé inexact. En outre, il préconisait la digitale dans le traitement de la fièvre typhoïde.

Le syndrome de Wunderlich[modifier | modifier le code]

On appelle « syndrome de Wunderlich » une hémorragie spontanée dans le rein, qui peut être bénigne[6] ou maligne[7].

Publications choisies[modifier | modifier le code]

  • Ein Beitrag zur Geschichte und Beurtheilung der gegenwärtigen Heilkunde in Deutschland und Frankreich, Stuttgart, Ebner und Seubert, 1841
  • Versuch einer pathologischen Physiologie des Blutes, Stuttgart, Ebner und Seubert, 1845
  • Über Pulsdifferenz, Tübingen, 1850
  • Handbuch der Pathologie und Therapie, 1850-1852
    Deuxième édition augmentée en 1852-1856
  • (la) Adnotatiunculae quaedam de viribus herbae digitalis, Leipzig, 1851
  • Ein Plan zur festeren Begründing der therapeutischen Erfahrungen, Leipzig, 1851
  • (la) De actionibus quibusdam acidi nitrici caustici in corpus humanum intromissi, Leipzig, 1856
  • Grundriss der speciellen Pathologie und Therapie, Stuttgart, 1858
  • Geschichte der Medicin : Vorlesungen gehalten zu Leipzig im Sommersemester 1858, Stuttgart, Ebner und Seubert, 1859
  • Cholera-Regulativ, Munich, Oldenburg, 1866-1867 (en collaboration avec Max von Pettenkofer)
  • Das Verhalten der Eigenwärme in Krankheiten, Leipzig, Otto Wigand, 1868
    Recherches sur l’usage du thermomètre ; deuxième édition : 1870 ; nombreuses traductions
    • 1871 : traduction anglaise par la New Sydenham Society sous le titre The course of temperatures in disease (ou encore On the temperature in diseases). La même année, Édouard Séguin publie une édition annotée et abrégée à New-York.
    • 1872 : traduction française : Carl Reinhold August Wunderlich (auteur), Frédéric Labadie-Lagrave (traducteur) et Sigismond Jaccoud (introduction), De la température dans les maladies, Paris, F. Savy,‎ 1872, in-8°, XVI-480 p. disponible sur Gallica
      Traduit sur la deuxième édition allemande. Avec des graphiques de température
  • « Erfolge der Behandlung der progressiven Spinalparalyse durch Silbersalpeter », dans Archiv der Heilkunde, Leipzig, 1860
    Cinq observations dans lesquelles cette affection avait été traitée avec succès par l'azotate/nitrate d'argent.
  • « Ein weiterer Fall von postmortaler Temperatursteigerung bei einem Tetanischen », dans Archiv der Heilkunde, 1862, 3: 175-178.
  • « Weitere Erfahrungen über die Heilwirkung des Silbersalpeters bei progressiver Spinalparalyse », dans Archiv der Heilkunde, 1863, 4: 43-46
    • « Ataxie locomotrice progressive », dans Bulletin général de thérapeutique médicale et chirurgicale, Paris, 1863, 64: 249-254
  • « Über die Eigenwärme am Schluss tödtlicher Neurosen », dans Archiv der Heilkunde, 1864, 5: 205-227.
  • « Über Fälle von epidemischer Cerebrospinal-Meningitis in Leipzig », dans Archiv der Heilkunde, 1864 et 1865
  • « Nachruf auf Griesinger », dans Archiv der Heilkunde, 1869

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Volker Hess, Der wohltemperierte Mensch : Wissenschaft und Alltag des Fiebermessens (1850-1900), Francfort, Campus, 2000
  • Wolfgang H. T. Schürmann, Carl Reinhold August Wunderlich und die « Physiologische Heilkunde », Thèse, Medizinische Hochschule Hannover, 1989

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philip A. Mackowiak, « Carl August Wunderlich and the evolution of clinical thermometry » , dans Clinical infectious diseases © 1994 http://www.jstor.org/pss/4457716
  2. Wien und Paris : ein Beitrag zur Geschichte und Beurteilung der gegenwärtigen Heilkunde in Deutschland und Frankreich, Stuttgart, 1841; réédition, Berne, H. Huber, 1974
  3. Frederick C. Shattuck, A Few Remarks on Animal Temperature — A Report from the Suffolk District to the Massachusetts Medical Society for the Year 1879, Boston Med Surg J, 1879; 101:59-62 lire en ligne
  4. (en) Edward A. Dominguez, Ariel Bar-Sela & Daniel M. Musher, « Adoption of Thermometry into Clinical Practice in the United States », dans Reviews of infectious diseases, Vol. 9, n° 6, novembre-décembre 1987 lire en ligne
  5. (de) Herbert Mehrtens, Normalität und Abweichung: Studien zur Theorie und Geschichte der Normalisierungsgesellschaft, Vandenhoeck und Ruprecht, 1999
  6. (en) Bhamrah J, Ranasinghe L, Singh SM, « An unusual presentation of Wunderlich syndrome », Grand Rounds, vol. 10,‎ 2010, p. 117–119 (DOI 10.1102/1470-5206.2010.0027, lire en ligne)
  7. (en) Oon SF, Murphy M, Connolly SS, « Wunderlich syndrome as the first manifestation of renal cell carcinoma », Urology Journal, vol. 7, no 2,‎ 2010, p. 129–32 (PMID 20535702, lire en ligne)