Léonard Gaultier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Barnabé Brisson, estampe du graveur Léonard Gaultier, pour le Pourtraictz de plusieurs hommes illustres....

Léonard Gaultier, né en 1561 à Mayence[1] et mort peu après 1635 à Paris, est un dessinateur, graveur et illustrateur français. Avec Thomas de Leu, il est l'un des grands praticiens de l'estampe de son temps.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léonard Gaultier[2] est le fils de Pierre Gaultier, marchand orfèvre de Paris[3]. Il fut l'élève d'Étienne Delaune à Strasbourg, et par la suite, travailla essentiellement pour des éditeurs basés à Lyon et à Paris. Précoce, ses premières gravures datent de 1576. Pour certains grands sujets gravés, il s'inspire d'Antoine Caron dont il semble avoir été le gendre[4]. Il développa surtout l'art du portrait en taille-douce.

Il s'établit à Paris en 1585 à l'enseigne de l'Arche de Noé, rue du Monceau-Saint-Gervais, puis, en 1599, comme nombres de vendeurs d'estampes, rue Saint-Jacques, à l'enseigne de la Fleur du Lys d'or.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Gravures

Le fonds totaliserait à ce jour 985 gravures au burin dont :

  • Henri IV et sa famille
  • Marguerite de Valois
  • Le Sepire de Milice
  • L’Annonciation
  • Saint-François de Salles
  • Frontispice des Œuvres de Pierre Ronsard
  • Frontispice pour Les Remonstrances de Messire Jacques de la Guesle, procureur général du Roy, dédiée à la Royne Régente - sur Gallica


Ouvrages
  • Les Images ou Tableaux de platte peinture des deux Philostrates, et des statues de Callistrate, mis en françois par Blaise de Vigenère, Paris, 1614 sur Gallica
    • Les Cupidons (24 x 19 cm), d'après Antoine Caron
    • Ésope entouré d'animaux (24 x 19 cm), d'après Antoine Caron
  • Portraits de plusieurs hommes illustres qui ont flory en France depuis l'An 1500 jusques a présent, Paris, Jean Le Clerc, 1635
    • 144 vignettes constituant les portraits et constituant la Chronologie collée dans l'ouvrage
  • L'Argenis de Jean Barclay [1625 ?]

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • Charles Le Blanc, Manuel de l'amateur d'estampes, tome II, 1856 (réédition, Amsterdam, 1970)
  • Roger-Armand Weigert, Bibliothèque Nationale. Cabinet des Estampes. Inventaire du Fonds français. Graveurs du XVIIe siècle, tome IV, Ecman-Giffart, Paris, Bibliothèque Nationale, 1961, p. 415-549
  • E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Librairie Gründ, tome IV, 1976, p. 642
  • Martine Grivel in Dictionnaire encyclopédique du Livre, Cercle de la Librairie, 2005, t. 2, p. 347 (ISBN 2-7654-0910-2)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Franz Brulliot, Dictionnaire des monogrammes, marques figurées, lettres initiales, noms abrégés etc: avec lesquels les peintres, dessinateurs, graveurs et sculpteurs ont désigné leurs noms, J.G. Cotta, 1832
  2. Il est appelé également dans une forme latinisée : Leonardus Galterus.
  3. D'après le Thésaurus du CERL.
  4. M. Grivel (2005), op. cit.