Boisson énergétique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec boisson énergisante.

Une boisson sportive ou boisson de l'effort ou boisson isotonique ou boisson énergétique est une boisson, dont le but affiché est d'aider les sportifs à remplacer l'eau, les électrolytes et l'énergie perdues lors de la pratique sportive. L'efficacité de ces boissons est disputée, notamment pour des efforts physiques d'intensité ou durée modérée.

Ce type de boisson ne doit pas être confondu avec une boisson énergisante qui contient divers excitants dont la caféine et qui est déconseillée lors des activités sportives[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Distribution de boissons énergétiques pendant un marathon.

L'une des premières boissons commerciales destinées spécifiquement aux sportifs a été créée aux États-Unis dans les années 1960[2].

Originellement développée en petite canette de 250 ml, de nouveaux formats en bouteille 500 ml sont apparus avec bouchon refermable pour plus d'ergonomie pour les sportifs et les gens actifs, une des caractéristiques du consommateur type. De plus, les sociétés ont créée des pots d'une contenance allant de 400 g à 3 kg où le sportif utilise une cuillère doseuse pour remplir sa gourde de poudre mélangée avec de l'eau. A noter que depuis peu de temps, des sociétés commercialisent des sticks pré-dosés directement pour 1 gourde.

Buts et utilité[modifier | modifier le code]

Les sportifs qui s'entrainent activement ou participent à une compétition, perdent de l'eau et des électrolytes par la transpiration et dépensent de l'énergie. La boisson sportive est censée compenser ces pertes, pendant la période d'activité physique ou après l'activité (récupération).

Les scientifiques considèrent généralement qu'il n'y a pas d'utilité à apporter des glucides et électrolytes durant l'activité physique, si celle-ci dure moins de 90 minutes. De manière générale, l'apport de glucides et électrolytes pendant ces activités de courte durée, n'améliore pas les performances sportives. Le stock de glycogène dans le sang suffit à fournir l'énergie nécessaire et les limitations de performance sont causées par d'autres phénomènes physiologiques (acide lactique, capacités musculaires et cardio-vasculaires...). Une alimentation équilibrée après une activité de courte durée suffisent à reconstituer les stocks énergétiques et électrolytiques.

La transpiration fait perdre de l'eau et des sels minéraux, principalement du sodium. Le sodium dans une boisson d'effort permet d'éviter l'hyponatrémie (trouble causé par une carence en sodium), mais les risques d'hyponatrie n'apparaissent qu'à partir de 4 ou 5 heures d'activité physique intense. La supplémentation excessive de sel pendant l'exercice peut aussi conduire à des problèmes gastro-intestinaux, des dépréciation de l'équilibre hydrique ou provoquer des crampes. Les recommandations médicales de supplémentation en sodium concernent des activités sportives de longue durée (au moins 3 ou 4 heures), avec forte température ou important degré d'humidité.

Le but affiché de nutrition sportive participe certainement à une stratégie de marketing visant des personnes ne pratiquant pas de sport ou d'activités physiques. Les boissons sportives sont commercialisées aux côtés des sodas dans les supermarchés. Plusieurs procès contre des fabricants de boisson sportive ont concerné les revendications (non démontrées) de bénéfice sur la santé et la récupération physique. La consommation de ces boissons riches en glucides par des personnes ne pratiquant pas d'exercice physique prolongé est une cause avérée de prise de poids[3].

Constituants[modifier | modifier le code]

On trouve généralement dans la composition des boissons commerciales :

  • De l'eau
  • Des glucides : souvent du dextrose, du fructose, des maltodextrines.
  • Des sels minéraux : le sodium (un des minéraux les plus perdus dans la sueur), le potassium, le magnésium. Il est possible de trouver du phosphore, zinc ou tout autre type de sels minéraux.
  • Des vitamines : les vitamines du groupe B (B1, B2, B6, B12…) ainsi que la vitamine C et E. Selon la littérature scientifique, l'apport de vitamines ne serait pas recommandé pour les boissons sportives[réf. nécessaire].

Selon la littérature scientifique, la concentration osmotique idéale d'une boisson sportive se situerait entre 200 et 250 mmol.l, c'est-à-dire légèrement hypotonique par rapport au plasma sanguin humain (vers 300 mmol.l). En 2006, l'osmolarité mesurée pour différentes boissons sportives commerciales variait entre 200 et 350 mmol.l ; certaines légèrement hypotoniques, la plupart des autres étant isotoniques ou hypertoniques[4].

Marché et législation[modifier | modifier le code]

Variété de boissons Gatorade.

Le marché américain des boissons énergétiques est estimé, en 2009, à 1,6 milliard de dollars, représentant la moitié du marché mondial[5]. Les marques dominantes sont le « Gatorade » (marque achetée par PepsiCo en 2001), le « Powerade » (appartenant à Coca-cola) et « Lucozade » (appartenant à GlaxoSmithKline)[6]

Au niveau européen, le cadre des « boisson diététique d'apport glucidique » (appellation légale) est défini par la directive 2002/46/CE du Parlement européen (décret du 20 mars 2006[7]) avec la présence obligatoire de glucides, vitamine B1 et sodium (un ratio est obligatoire). Toute boisson qui ne contient pas ces 3 actifs ne peut se prétendre au terme de "boisson diététique d'apport glucidique".

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Boissons énergisantes, la SNFS prend position Société Française de Nutrition du Sport
  2. Kays J, Phillips-Han A, Gatorade: the idea that launched an industry, sur le site de l'Université de Floride
  3. Voir http://www.telegraph.co.uk/health/healthnews/9408844/Sugar-laden-sports-drinks-cancel-out-exercise-gain.html
  4. (en) Osmolality and pH of sport and other drinks available in Switzerland, 2006 lire en ligne
  5. International Markets Bureau, Overview of the global sports nutrition marketfood, beverages and supplements, 2010
  6. Cohen D, The truth about sports drinks, BMJ, 2012;345:e4737
  7. Boissons énergétiques Docvadis.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]