Pyrosis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pyrosis
Classification et ressources externes
CIM-10 R12
CIM-9 787.1
MeSH D006356
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le pyrosis est une sensation de brûlure partant du creux de l'estomac et remontant vers la bouche, pouvant s'accompagner de régurgitations alimentaires involontaires. C'est un signe quasiment spécifique de reflux gastro-œsophagien, d'autant plus s'il s'associe à des régurgitations acides. C'est donc un signe très fréquent, le plus souvent lié à une anomalie de la continence du sphincter inférieur de l'œsophage (qui est normalement hermétique et ne laisse pas l'acidité gastrique remonter).

Définition[modifier | modifier le code]

Les termes de « dyspepsie » et « indigestion » sont souvent utilisés pour qualifier la pyrosis, malgré le fait que certaines sources fassent une différence[1]. La dyspepsie est définie comme un mélange de douleur épigastrique et de brûlure[2].

Causes[modifier | modifier le code]

La cause la plus fréquente de pyrosis est la remontée du contenu gastrique dans l'œsophage dans le cadre d'un reflux gastro-œsophagien.

Certains aliments et liquides sont susceptibles de provoquer un pyrosis : alcool, café, thé, cola, autres boissons caféinées, boissons gazeuses, chocolat, agrumes (sous forme de fruits ou de jus), tomates et sauce tomate (comme sur des pizzas et des sauces accompagnant des pâtes alimentaires), nourriture épicée ou grasse (y compris les produits laitiers non-écrémés), menthe douce et poivrée et fruits secs telles les cacahuètes.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Une fibroscopie gastrique (gastroscopie) pourra montrer la cause du pyrosis (hernie hiatale), et son retentissement sur l'œsophage (notamment œsophagite, endobrachyœsophage). La pH-métrie œsophagienne sur 24 heures permettra de prouver les reflux acides et de les relier aux signes ressentis par le patient. Il s'agit d'un examen pratiqué après la mise en place d'une sonde naso-gastrique (introduite par le nez, allant jusqu'à l'estomac), reliée à des capteurs externes, enregistrant les variations de pH au cours des 24 heures.

Les exceptionnels reflux biliaires ne sont pas explorés par cette technique.

Traitement[modifier | modifier le code]

Quelques traitements peuvent aider à soigner le pyrosis. Un régime alimentaire et une règle hygiéno-diététique sont nécessaires. Éviter les aliments gras, les aliments acides, les aliments qui fermentent (fèves, choux…), les épices, les infusions, café, thé, chocolat, menthe, boissons alcoolisées et eaux gazeuses et préférer des aliments épais plutôt que liquides[réf. nécessaire].

Le tabac et le port d'une ceinture serrée sont également déconseillés. Il est préférable de ne pas s'allonger juste après un repas.

Des médicaments tels que le pansement gastrique, l'antiacide peuvent être prescrits. Les inhibiteurs de la sécrétion d'acide gastrique comme l'antihistaminique H2 et l'inhibiteur de la pompe à protons sont efficaces.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Environ 42 % de la population Américaine souffre de pyrosis à un certain point[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Stephen C. Hauser et John J. Poterucha, Mayo Clinic Gastroenterology and Hepatology Board Review, Third Edition, Informa Health Care,‎ 26 août 2008, 8– p. (ISBN 9781420092233, lire en ligne)
  2. (en) Delaney B, Ford AC, Forman D, Moayyedi P, Qume M, Initial management strategies for dyspepsia,‎ 2005, CD001961 p. (PMID 16235292, DOI 10.1002/14651858.CD001961.pub2)
  3. (en) Kushner PR, Role of the primary care provider in the diagnosis and management of heartburn, vol. 26,‎ avril 2010, 759–65 p. (PMID 20095795, DOI 10.1185/03007990903553812)

Articles connexes[modifier | modifier le code]