Friedrich von Spiegel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couverture des Inscriptions cunéiformes en vieux-persan (1881), Leipzig.

Friedrich (von)[1] Spiegel, né le 11 juillet 1820 à Kitzingen et mort le 15 décembre 1905 à Munich, est un orientaliste et iranologue allemand. Il était membre-correspondant des académies de Munich (1848, membre à part entière en 1891), de Berlin, de Saint-Pétersbourg et de l'institut de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît à Kitzingen et termine ses études secondaires à Ansbach. Il entre en 1839 à l'université d'Erlangen pour suivre des études de théologie, mais bientôt il s'oriente, après avoir connu le poète et orientaliste Friedrich Rückert (1788-1866), vers l'étude de la littérature persane en particulier et les études orientales en général. Il poursuit ses études à l'université de Leipzig auprès de Fleischer et de Brockhaus, puis à l'université de Bonn auprès de Lassen et Gildemeister. Grâce à ce dernier, il apprend le pali. Utilisant une copie d'un manuscrit conservé à Paris, faite par Lassen, le futur orientaliste publie en 1841 le texte original du Kammavatcha qui traite d'une règle des moines bouddhistes, et sa traduction en latin des cinq premiers chapitres de ce texte. Grâce à cela, il peut terminer en novembre 1842 ses études à l'université d'Iéna. Spiegel passe les années suivantes à fréquenter les bibliothèques orientalistes de Paris, Copenhague, Londres et Oxford. De 1849 à 1890, il est professeur de langues orientales à l'université d'Erlangen.

La publication du Kammavatcha et de «Anecdota Palica» (1845), sont le résultat des études de Spiegel dans le domaine de la langue pali, et ouvre des perspectives pour l'étude du bouddhisme méridional. Bientôt le savant se tourne vers l'étude du zoroastrisme et de l'Avesta. C'est ainsi qu'en 1851 Spiegel commence à publier en série une étude critique en deux tomes des textes avestiques avec leur traduction en pahlavi (1853-1858), puis leur traduction en trois tomes en allemand (1852-1863), à laquelle il ajoute des commentaires (1865-1869). Spiegel fait paraître nombre de travaux ayant trait à la langue persane, comme des grammaires du vieux-persan et de l'avestique. Suivent une série de publications sur la linguistique et l'archéologie, comme Die altpersischen Keilinschriften (1862), Erân (1863), Erânische Altertumskunde (1871-1878), Vergleichende Grammatik der alterânischen Sprachen (1882), ou encore Die arische Periode und ihre Zustände (1887).

Spiegel transmet sa passion pour l'Avesta et pour le canon pali à ses étudiants. L'un des plus remarquables est le futur professeur Wilhelm Geiger (1856-1943). Il est anobli par le roi de Bavière en 1880.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kammavâkya. Liber de officiis sacerdotum Buddhicorum (Bonn, 1841)
  • Anecdota palica (Leipzig, 1845)
  • Kommentar über das Avesta (Leipzig, 1865-1869, 2 vols.)
  • Grammatik der altbaktrischen Sprache (Leipzig, 1867)
  • Chrestomathia persica (Leipzig, 1845)
  • Grammatik der Pârsisprache (Leipzig, 1851)
  • Einleitung in die traditionellen Schriften der Parsen (Leipzig, 1856-1860, 2 vols.)
  • Die altpersischen Keilinschriften im Grundtext, mit Übersetzung, Grammatik und Glossar (Leipzig, 1862, 2nd éd. 1881)
  • Erân, das Land zwischen dem Indus und Tigris (Berlin, 1863)
  • Arische Studien (Leipzig, 1873)
  • Erânischen Altertumskunde (Leipzig, 1871-1878, 3 vols.)
  • Vergleichende Grammatik der alterânischen Sprachen (Leipzig, 1882)
  • Die arische Periode und ihre Zustände (Leipzig, 1887)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est anobli en 1880

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Source[modifier | modifier le code]