Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anquetil.

Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait d'Anquetil-Duperron

Naissance 7 décembre 1731
Paris
Décès 17 janvier 1805
Paris
Nationalité française
Pays de résidence France
Profession
Activité principale
Traducteur
Autres activités
Fit connaître en France les Upanishad et le Zend-Avesta

Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron (7 décembre 1731 à Paris17 janvier 1805 à Paris) est un indianiste et un traducteur français. Il a fait connaître en France les Upanishad et le Zend-Avesta.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son profond intérêt pour les langues orientales le pousse à embarquer pour l'Inde. Pressé de partir, il s'engage comme soldat de la Compagnie française des Indes orientales, ce qui lui permet de se rendre en Inde en 1754 à l'âge de vingt-trois ans. Son départ précipité lui fait manquer de peu l'aide généreuse qu'avaient réussi à collecter ses protecteurs, l'abbé Barthélemy et l'évêque d'Auxerre, Mgr de Caylus.

Son périple indien est raconté en détail dans son Discours préliminaire du Zend-Avesta (1771). De 1755 à 1762, il parcourt le pays, accueilli par les fonctionnaires coloniaux français et anglais avec plus ou moins de sympathie, tout en s'immergeant dans la population indienne. Son empathie sincère pour la culture indienne conjuguée à ses talents d'observateur va lui permettre de découvrir les traditions religieuses des Pârsî. À Surat, il parvient à étudier leurs textes sacrés zoroastriens, l'Avesta.

En 1762, lorsque les Anglais le rapatrient en Europe, après la prise de Pondichéry, il a rassemblé cent quatre-vingts (un s à vingt) volumes, parmi lesquels les Veda et l'Avesta. Beaucoup de ces volumes sont en fait des manuscrits que lui a confiés Joseph Tieffenthaler, missionnaire jésuite autrichien. Rentré en France, il remet à la Bibliothèque du roi une bonne partie de ses manuscrits et commence à se lancer dans la traduction et la publication des textes sacrés. En 1765, il devient membre associé de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres. Il publie en 1771, une traduction française de l'Avesta, sous le titre du Zend Avesta. À sa parution, il s'ensuivit une polémique avec les savants de la Royal Society of London qui émettent des doutes sur l'authenticité du texte et accusent Anquetil-Duperron de supercherie[1].

Ce n'est qu'une quarantaine d'années plus tard qu'il parvient à publier une autre partie de ses manuscrits, une cinquantaine d'Upanishad, sous le titre Oupnek'hat, id est, Secretum tegendum (2 vol. , 1801-1802). Malgré sa traduction en latin, Anquetil-Duperron met à la disposition du milieu savant occidental les textes sacrés de l'hindouisme. Ainsi, Arthur Schopenhauer déclara que sa connaissance des philosophies hindoues, lesquelles influencèrent grandement son œuvre, était issue de la lecture des traductions d'Anquetil-Duperron.

Son expérience indienne l'a tant marqué qu'il continuera, toute sa vie durant, à vivre tel un « sage de l'Inde » s'estimant l'homme le plus heureux de France. Sa pratique de l'ascèse, du jeûne et du renoncement ne l'empêche pas de rester très attaché à la religion catholique. Durant la période révolutionnaire, Anquetil-Duperron reste fidèle à l'Ancien régime et ce, malgré les exhortations de son jeune ami et disciple Lanjuinais. En 1804, il refuse en tant que membre de l’Institut de prêter serment à L'Empereur. Ils ne sont que deux : La Révellière-Lépeaux et lui-même.

À son décès, à Paris en 1805, il laisse de nombreux travaux, certains inachevés, parmi lesquels des ébauches de dictionnaires de malayalam, sanskrit et télougou. Une partie de sa collection est actuellement conservée à la Bibliothèque nationale de France, aux départements des manuscrits occidentaux et orientaux.

Il est un des premiers indianistes de terrain et, malgré sa traduction parfois inexacte de l'Avesta, l'un des pionniers de l'étude de la pensée religieuse persane et indienne en Europe.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Anquetil, Anquetil-Duperron, Premier orientaliste français, ed. Presses de la Renaissance, Paris, 2005. (ISBN 978-2-7509-0106-6) (EAN 9782750901066)
  • Zend-Avesta, ouvrage de Zoroastre contenant les idées théologiques, physiques et morales de ce législateur, les cérémonies du culte religieux qu'il a établi, et plusieurs traits importants relatifs à l'ancienne histoire des Perses, 1771, 3 in-4 ° comprend aussi ses Voyages aux Indes (Le Discours préliminaire a été réédité à part en 1997, ed. Maisonneuve et Larose, coll. « Pérégrinations asiatiques », (ISBN 2706812788)). [1] [2]
  • Oupnek'hat, id est, Secretum tegendum... continens... doctrinam e quatuor sacris Indorum libris... excerptam..., Argentorati, 2 vol., 1801-1802. in-4 ̊.
  • L'Inde en France au XVIIIe siècle, Abraham-Hyacinthe Anquetil-Duperron, Jean-Luc Kieffer, ed. 'Les belles lettres', janvier 2001, 'Le monde indien', numéro 10.
  • Législation orientale, ouvrage... montrant quels sont en Turquie, en Perse et dans l'Indoustan les principes fondamentaux du gouvernement... par M. Anquetil-Duperron, Amsterdam, Ed. Marc Michel Rey, 1778.
  • Lucette Valensi, Dictionnaire des orientalistes de langue française (ISBN 978-2-84586-802-1) Editions IISMM-Karthala, 2012 (Voir la fiche biographique)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Royal Society soupçonne avec raison que la traduction est largement inspirée du texte qui lui vient de Joseph Tieffenthaler

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :