Daena

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Daênâ est un concept du Zoroastrisme représentant la perspicacité et la révélation, par conséquent, la «conscience». Daênâ est considérée comme une divinité faisant partie des Yazata.

Nomenclature[modifier | modifier le code]

Daênâ est un substantif féminin qui se traduit par «ce qui est vu ou observé».

Dans les textes[modifier | modifier le code]

Daena est une entité de la religion mazdéenne qui à pour fonction de juger l'âme du défunt. Le concept de Daênâ est mentionné dans les Gāthā, une série de dix-huit hymnes attribué à Zarathoustra. Daênâ apparaît à la fois dans le Gatha Ahounavaïti et dans le Gatha Oustavaïti, où il est écrit que Daênâ est en quelque sorte affilié à la récompense que les fidèles recevront dans l'au-delà. Cependant, les références à Daênâ dans les Gathas sont brèves, laissant beaucoup d'ambiguïté quant à sa nature.

Par la suite, les écrits avestique, tels que le Vendidad, dépeigne Daênâ comme une divinité Psychopompe qui conduit les âmes bonnes et pures à la La Maison des Chants, le paradis zoroastrien, tandis que les méchants sont traînés vers la Maison du Mensonge, un lieu de punition. Autrement dit, si l'âme est juste elle peut traverser le pont de Chinvat qui la conduit vers la Maison des Chants. Si l'âme est corrompue, elle tombe du pont vers l'Enfer.

Sources[modifier | modifier le code]