Flying Blue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Flying Blue est le programme de fidélisation du groupe Air France-KLM. Il a été lancé le 6 juin 2005 et il remplace les anciens programmes Fréquence Plus (Air France) et Flying Dutchman (KLM). C'est également le programme de Air Europa, Kenya Airways, Aircalin et Tarom.

Marché[modifier | modifier le code]

À sa création, ce programme regroupait les quelque dix millions d'utilisateurs des deux anciens programmes, utilisateurs qui ont conservé leurs Miles accumulées avant le 6 juin 2005. Ces Miles pouvaient être alors obtenues ou proposées sur 18 000 vols, 900 destinations ou 70 partenaires non-aériens.

En 2010, près de 123 000 nouveaux membres s'enregistrent chaque mois et font une demande de carte Flying Blue[1]. Avec 17 millions d'adhérents la même année[1], dont 5 millions environ en France, Flying Blue est, d'après Le Monde[2], un des premiers programmes de fidélité en Europe. Il rassemble 108 partenaires aériens et non aériens.

Différentes catégories de Miles[modifier | modifier le code]

Les Miles peuvent être de deux différentes catégories :

  • les Miles-Prime qu'il est possible d'accumuler chaque fois qu'un passager membre du programme voyage sur une compagnie membre de SkyTeam ou sur une autre compagnie partenaire — ces Miles peuvent être échangés ensuite contre des billets prime valables auprès d'Air France ou de KLM (ou d'autres partenaires aériens ou non-aériens) ;
  • les Miles-Statut, qui correspondent aux Miles-Prime accumulés dans l'année en cours pour chaque vol effectué sur une compagnie membre de SkyTeam. Les Vols-Statut correspondent quant à eux au nombre de vols effectués dans ces conditions et peuvent suppléer aux Miles-Statut lorsqu'il s'agit de définir le statut Elite de l'utilisateur abonné.

Il suffit de voyager au minimum une fois tous les 20 mois avec SkyTeam pour prolonger indéfiniment la validité des Miles. Cependant, les Miles-Statuts prorogés d'une année sur l'autre deviennent de simples Miles-Primes, hormis pour les utilisateurs Platinum dont les Miles-Statuts peuvent être prorogés en tant que tels sous certaines conditions[3].

À compter du 1er avril 2009, la validité de tous les Miles-Prime pour les membres Ivory est passée de 36 à 20 mois. Les Miles-Prime restent valables si le voyageur emprunte[4] au moins une fois tous les vingt mois une de ces compagnies : Air France, KLM, Air Europa, Kenya Airways ou Aircalin, ainsi qu'une des compagnies membres de SkyTeam.

De même, l’adéquation entre le prix payé, les conditions d’utilisation du billet et le nombre de Miles gagnés a été nettement renforcée à la même date. Ainsi, plus les conditions d’utilisation d’un billet sont souples (et donc plus le billet est cher) ou plus la cabine de voyage est élevée, plus le voyageur gagnera de Miles. Un plein-tarif en classe économique permettra de gagner 100 % de la distance parcourue tandis qu'une classe économique à tarif spécial ne permettra de gagner qu'entre 25 et 75 % de la distance parcourue.

Choix du nom du programme[modifier | modifier le code]

Son nom a été choisi en septembre 2004 au terme d'un processus qui a duré près d'un an. Après un accord sur les valeurs communes qu'Air France et KLM souhaitaient avant tout communiquer :

  • proximité avec leurs clients ;
  • ouverture aux différentes cultures ;
  • modernité.

Il fallait en outre, un nom facile à prononcer, compréhensible à travers le monde, attribuable à Air France et à KLM et bien sûr disponible. Des tests ont donc été réalisés auprès de clients français, britanniques, allemands, néerlandais, espagnols, italiens et portugais, adhérents des programmes de fidélité Fréquence Plus et Flying Dutchman, afin de conforter ces valeurs et les premières pistes de recherche. Des investigations complémentaires ont été faites en Asie auprès d’experts ayant une sensibilité locale. 500 noms possibles ont ensuite été proposés puis filtrés par les équipes chargées de ce projet dans les deux compagnies. Elles ont ensuite été testées à travers le monde sur les plans linguistiques et juridiques, la marque devant être déposée dans près de 120 pays.

Le comité de management stratégique (SMC) du Groupe Air France-KLM s’est réuni à plusieurs reprises tout au long de la démarche, et a porté son choix final sur « Flying Blue » pour les raisons suivantes : Flying Blue a été apprécié unanimement dans les pays où il a été présenté ; il connote des valeurs liées à l’aérien et au positionnement du produit, telles que liberté, ouverture et énergie. Enfin, le choix de ce nom anglais illustre la dimension internationale d’Air France et de KLM.

Un rapport d'information de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale sur « la situation de la langue française dans le monde » a critiqué le choix d'un nom anglo-saxon, qui ferait concurrence à la langue française : « La place prise par l'anglais concurrence la langue française sur notre propre territoire, à travers les médias ou du fait des pratiques commerciales de sociétés nationales, la plupart du temps en violation de la loi Toubon de 1994. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, une entreprise publique comme la SNCF, partenaire officiel du festival des « francofffonies », a baptisé son programme de fidélité « S'miles ». De même, depuis son rapprochement avec KLM, Air France a remplacé son programme « Fréquence Plus » par « Flying Blue ». De telles pratiques sont inadmissibles. »[réf. nécessaire]

La communication auprès des clients se fera dans six langues, dont le français pour les adhérents francophones.

La carte Flying Blue est déclinée en quatre niveaux :

  • Flying Blue Ivory ;
  • Flying Blue Silver à partir de 30 000 Miles-Statut pour les membres ayant leur adresse en France métropolitaine, 25 000 sinon, ou 15 vols qualifiants ;
  • Flying Blue Gold à partir de 60 000 Miles-Statut (respectivement 40 000), ou 30 vols qualifiants ;
  • Flying Blue Platinum à partir de 90 000 Miles-Statut (respectivement 70 000), ou 60 vols qualifiants.

Alternatives[modifier | modifier le code]

Il existe aussi une carte Club 2000 qui n'est pas une carte de fidélité mais une carte de « club ». Elle est accordée par Air France uniquement sur des critères discrétionnaires à des VIP, décideurs économiques, députés européens etc

Un billet prime (aller-simple) peut être acquis dès 10.000 miles.

Au 28 Juin 2014, d'après le site web FlyingBlue[5], les Miles-Prime peuvent être acquis sur les compagnies suivantes :

Nouveaux partenaires[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er septembre 2007, ce programme concerne aussi Air Europa et Kenya Airways, devenues associées à SkyTeam à la même date.

Depuis le 1er juin 2010, ce programme de fidélité devient celui de la compagnie roumaine Tarom, qui s'associe à SkyTeam.

Rentabilité[modifier | modifier le code]

Ce programme représente un investissement d'au moins 15 millions d'euros[Quand ?] et aussi un manque à gagner, sur le chiffre d'affaires du groupe de 114 M€ (puisqu'il s'agit d'attribuer des billets gratuits aux clients fidélisés, les dettes cumulées d'Air France (80 M€) et de KLM (34 M€) au 31 mars 2004 ont déjà atteint ce montant). Fin 2007, cette dette de miles non encore utilisés représentait 128 millions d'euros pour plus de 200 milliards de miles[réf. nécessaire].

Dans un article paru fin octobre 2010, un article de Gilles Mandroux paru sur le site VotreArgent.fr explique que « ces vols offerts aux membres Flying Blue pesaient près de 2,3 milliards d'euros au passif de la société. »[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Air France : le programme de fidélité Flying Blue attire du monde ? - Boursier.com, 3 février 2010
  2. 2 et 3 novembre 2008, p. 21
  3. Gagner et utiliser des Miles - Air France
  4. Sur un vol payant sur l’une des compagnies SkyTeam donnant droit à l’accumulation de Miles
  5. [1] - Partenaires Flying Blue, 28/06/2014
  6. Air France réduit les avantages de Flying Blue - VotreArgent.fr, 29 octobre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]