Japan Airlines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Japan Airlines
日本航空
Nihon Kōkū

Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
JL JAL JAPAN AIR
Repères historiques
Date de création 1951
Généralités
Basée à Aéroport international de Narita
Aéroport international de Tokyo-Haneda
Aéroport international du Kansai
Aéroport international du Chūbu
Autres bases
Aéroport de Nagoya
Aéroport de Naha
Aéroport international d'Osaka
Programme de fidélité JAL Mileage Bank
Alliance Oneworld
Taille de la flotte 114 (Japan Airlines)
218 (Japan Airlines Corporation)
Nombre de destinations 92 (2013)
Siège social Drapeau du Japon Japon Shinagawa, Tokyo
Société mère Japan Airlines Corp.
Filiales J-Air
JAL Express
Japan Air Commuter
Japan Transocean Air
Ryukyu Air Commuter
Dirigeants Kazuo Inamori (Chairman)
Masaru Onishi (Président)
Site web www.jal.com
Le siège de Japan Airlines dans l'arrondissement de Shinagawa à Tokyo

Japan Airlines International Co., Ltd. (JAL) (株式会社日本航空インターナショナル, Kabushiki-gaisha Nihon Kōkū Intānashonaru?, code AITA : JL ; code OACI : JAL) est la compagnie aérienne nationale japonaise. Elle opère des vols internationaux et domestiques sur quatre continents, depuis ses nombreux hubs à l'aéroport international de Narita (NRT), l'aéroport international de Tokyo-Haneda (HND), l'aéroport international du Chūbu (NGO) et l'aéroport international du Kansai (KIX).

Elle fait partie du groupe Japan Airlines Corporation, qui porte ce nom depuis 2004, qui comprend également les 5 autres compagnies suivantes : J-Air, JAL Express, Japan Air Commuter, Japan Transocean Air et Ryukyu Air Commuter. Elle est membre de l'alliance Oneworld.

Histoire[modifier | modifier le code]

Période règlementée[modifier | modifier le code]

À la sortie de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement japonais reconnaissant le besoin d'avoir une compagnie aérienne efficace, de manière à aider le Japon à se relever de la guerre, a créé Japan Air Lines le 1er août 1951, avec un capital initial de 100 millions de yens.

Le 2 Février 1954, la compagnie commence des vols internationaux, transportant 18 passagers de Tokyo à San Francisco sur un Douglas DC-6B, en passant par l'île de Wake et Honolulu. Les vols entre Tokyo et San Francisco portent toujours les numéros 1 et 2, en commémoration de ce premier service international. Les premiers vols furent annoncés comme étant opérés par des équipages américains, alors que le service était assuré par United Air Lines à San Francisco.

La compagnie, en plus des DC-3, Douglas DC-6B et Martin 2-0-2, exploita des Douglas DC-4 et DC-7C pendant les années 1950. JAL s'envole pour Hong Kong via Okinawa en 1955, après avoir épuré son réseau domestique entre Tokyo, Osaka, Fukuoka et Sapporo. En 1958, la route de Hong Kong est prolongée vers Bangkok et Singapour. Avec ses DC-7C, JAL était capable de voler sans escale entre Seattle et Tokyo en 1959.

L'ère des Jets[modifier | modifier le code]

En 1960, la compagnie reçoit son premier jet, un Douglas DC-8, et commence à voler sur Seattle et Hong Kong. Il est alors a décidé de remplacer rapidement la flotte par des avions à réaction. À la fin de 1961, JAL commence à assurer des vols transpolaires de Tokyo à Seattle, Copenhague, Londres et Paris via Anchorage et vers Los Angeles et San Francisco via Honolulu et Hawaii.

Pendant les années 1960, JAL inaugure de nombreuses nouvelles destinations, dont Moscou, New York et Pusan. Les vols en DC- 8 vers l'Europe via Anchorage commencent en 1961 et ceux via l'Inde en 1962, d'abord avec des Convair 880.

En 1965, la compagnie fixe son siège au Palais de Tokyo à Marunouchi (Chiyoda, Tokyo). A cette époque, plus de la moitié du chiffre d'affaires de JAL sera généré sur les routes transpacifiques vers les États- Unis et la compagnie aérienne fait du lobbying aux Etats-Unis pour obtenir les droits de cinquième liberté et voler les routes transatlantiques à partir de la côte Est. La liaison transpacifique est étendue de San Francisco à New York en Novembre 1966 et à Londres en 1967 ; des vols entre San Francisco et Londres vont prendre fin en Décembre 1972.

Entre 1967 et 1969, JAL conclu un accord avec Aeroflot pour exploiter un service commun entre Tokyo et Moscou en utilisant un Tupolev Tu- 114 soviétique. L'équipage inclus un membre JAL, alors que l'équipage de cabine comporte cinq membres appartenant aux deux compagnies. Les vols hebdomadaires débutent en Avril 1967; en mai, le temps de vol annoncé est de 10 h 35 min de Moscou à Tokyo et 11 h 25 min pour le retour.

En 1972, en vertu du système 45/47, la "constitution de l'aviation" adoptée par le gouvernement japonais, JAL obtient le statut de compagnie porte- drapeau sur les lignes internationales.

La compagnie est également désignée pour exploiter les lignes intérieures en concurrence avec All Nippon Airways et Toa Domestic Airlines.

La signature d'un accord de transport aérien entre la République populaire de Chine et le Japon, le 20 Avril 1974, entraîne la suspension des liaisons aériennes vers la République de Chine (Taiwan) le 21 Avril. Une nouvelle filiale, Japan Asia Airways, sera créée le 8 Août 1975 et les services aériens entre les deux pays rétablis le 15 Septembre.

Au cours des années 1970, la compagnie va de plus en plus opérer des Boeing 727, 747 et McDonnell Douglas DC- 10 tant sur les lignes intérieures que sur le réseau international.

Dans les années 1980, la compagnie effectue des vols spéciaux pour le prince héritier Akihito et la princesse héritière Michiko du Japon, le Pape Jean-Paul II et de premiers ministres japonais, jusqu'à l'introduction de deux avions gouvernementaux dédiés, des Boeing 747-400. Au cours de cette décennie, la compagnie présentera aussi les nouveaux Boeing 747-100SR, Boeing 747- SUD et Boeing 767, et retire ses Boeing 727 et Douglas DC-8.

En 1978, JAL avait inauguré les destinations de São Paulo et Rio de Janeiro via Anchorage et San Juan. Ces escales seront changées pour Los Angeles en 1982 et New York JFK en 1999. Jusqu'en 2009, la compagnie, jouissant de la cinquième liberté, opère des vols entre New York et São Paulo, mais aussi entre Vancouver et Mexico.

Période dérèglementée[modifier | modifier le code]

Le Japon envisage une déréglementation aérienne à la fin des années 1970 et le gouvernement annonce l'abandon du système 45/47 en 1985. En 1987, Japan Airlines est entièrement privatisée et les deux autres compagnies aériennes Japonaises, All Nippon Airways (ANA) et Japan Air System (JAS), peuvent désormais rivaliser avec JAL sur les lignes intérieures et internationales. La concurrence accrue va entraîner des changements dans la structure organisationnelle de la compagnie, qui sera réorganisée selon trois divisions: services voyageurs internationaux, services voyageurs intérieurs et fret (y compris le courrier).

Japan Airlines débute les années 1990 avec des vols d'évacuation de citoyens japonais hors d'Irak avant le début de la guerre du Golfe.

En Octobre 1990, Japan Air Charter est créée, et en Septembre 1996, un accord avec The Walt Disney Company est annoncé, ce qui rend Japan Airlines le transporteur officiel de Tokyo Disneyland.

JAL Express sera créée en Avril 1997, exploitant des Boeing 737.

Dans les années 1990, la compagnie va rencontrer d'autres difficultés économiques découlant de la récession aux États-Unis et Royaume-Uni, ainsi qu'un ralentissement du trafic intérieur.

Après des années de bénéfices depuis 1986, la compagnie affiche des pertes d'exploitation à partir de 1992. La réduction des coûts, plus la création de la filiale low-cost nationale JAL Express et le transfert des activités touristiques vers JALways (le successeur de Japan Air Charter), va permettre le retour de la compagnie vers la rentabilité en 1999.

En 1997, JAL transporte Premier ministre japonais Ryutaro Hashimoto au Pérou pour participer à la négociation dans la crise des otages de l'ambassade japonaise.

Japan Airlines passe des commandes pour des Boeing 777 dans les années 1990, prévoyant un renouvellement de la flotte. JAL fut une des huit compagnies ayant participé à la conception du Boeing 777.

Fusion avec Japan Air System[modifier | modifier le code]

Son récent rapprochement (achevé le 1er avril 2004) avec la compagnie intérieure JAS (Japan Air System) a eu moins de succès qu'escompté, ce qui l'a sans doute poussé à rejoindre Oneworld alors que c'était une des rares grandes compagnies à rester en dehors de toute alliance globale.

Difficultés récentes[modifier | modifier le code]

En novembre 2009, Japan Airlines a annoncé une « perte gigantesque » au premier trimestre de son année comptable 2009-2010 : sa perte nette s'élève à 131,2 milliards de yens (1,31 milliard de dollars américains)[1]. En janvier 2010, les analystes financiers sont pessimistes quant à l'avenir de Japan Airlines, son action a perdu 12 % en date du 8 janvier et 30 % de baisse sur la première semaine de 2010[2] ; le 11 janvier 2010, Japan Airlines annonce qu'elle pourrait supprimer 15 600 emplois d'ici 3 ans et de plus qu'elle renonce à une alliance avec une compagnie aérienne américaine, soit American Airlines ou Delta Air Lines[3],[4].

Selon le quotidien japonais Yomiuri, Japan Airlines aurait conclu un rapprochement avec Delta Air Lines, ce qui pourrait dire qu'elle quitterait l'alliance Oneworld pour rejoindre SkyTeam d'ici avril 2011[5].

Le 19 janvier 2010, Japan Airlines dépose son bilan[6]. Elle s'est déclarée en cessation de paiements devant un tribunal de Tokyo pour ainsi bénéficier de la protection de la loi japonaise sur les faillites. L'État japonais s'engage à soutenir la compagnie dans la suite des événements par le biais du fonds public de restructuration des entreprises ETIC (Enterprise Turnaround Initiative Corp of Japan). 15 700 emplois seront supprimés ainsi que 14 destinations internationales et 17 liaisons aériennes intérieures[7]. De plus, JAL se départira de 37 Boeing 747-400[8]. Japan Airlines qui opère 40 % du trafic aérien au Japon, continuera de voler malgré sa restructuration. Elle sera radiée de la Bourse de Tokyo d'ici un mois a annoncé la Tokyo Stock Exchange (TSE)[9].

Le 2 février 2010, Japan Airlines annonce qu'elle hésite toujours entre rester avec Oneworld ou rejoindre SkyTeam[10].

Le 9 février 2010, Japan Airlines annonce qu'elle restera dans Oneworld et qu'elle travaillera avec American Airlines pour présenter aux autorités américaines un dossier commun pour mieux offrir des vols à leurs clients, mise en place par l'accord «ciel ouvert» entre les États-Unis et le Japon récemment[11],[12].

Le 9 novembre 2010, la Commission européenne condamne Japan Airlines ainsi que dix autres compagnies aériennes pour entente illicite qui viole les règles des traités européens. Ces entreprises s'étaient secrètement entendues pour exiger des surtaxes sur le transport de fret à partir de ou vers l'Union européenne. Japan Airlines est condamnée à verser une amende de 35,7 millions d'euros au budget européen[13].

Japan Airlines a prévu de retirer tous ses Boeing 747 et Airbus A300-600 d'ici mars 2011[14]. Il y a encore quelques années, JAL était le plus grand utilisateur de Boeing 747[réf. nécessaire].

Le 1er avril 2011, Japan Airlines adopte une nouvelle identité corporate et un nouveau logo. Le but est de renouveler son engagement à fournir des niveaux de service aux passagers les plus qualitatifs et à rapidement réformer le groupe pour que celui-ci puisse contribuer largement au progrès de la société[15].

Le 3 août 2012, JAL, propriété d'ETIC à 97 %, est autorisé à revenir en bourse le 19 septembre[16].

Accidents aériens[modifier | modifier le code]

Japan Airlines est une des compagnies les plus sûres au monde ; elle n'a connu aucune catastrophe meurtrière depuis plus de vingt-cinq ans.

Elle a connu sept accidents aériens depuis sa création :

  • 22 novembre 1968: le Vol 002 Japan Airlines s'écrasa dans la baie de San Francisco à la suite d'une erreur de pilotage. Tous les passagers du McDonnell Douglas DC-8 survécurent.
  • 31 mars 1970: le Vol 351 Japan Airlines, opéré par un Boeing 727, fut détourné par neuf membres de l'armée rouge japonaise qui souhaitaient se rendre à Cuba. Faute de carburant, l'avion atterrit finalement à Pyongyang en Corée du Nord, après avoir libéré tous les passagers à Fukuoka (Japon) et Séoul (Corée du Sud). Les pirates de l'air se rendirent aux autorités nord-coréennes qui leur offrirent l'asile politique. Seul l'un d'entre eux fut ensuite arrêté en Thaïlande et extradé au Japon en mars 2000.
  • 24 septembre 1972: le Vol 472 Japan Airlines sortit de la piste à l'aérodrome de Juhu près de Bombay en Inde après que les pilotes se sont trompés d'aéroport. (en effet le McDonnell Douglas DC-8 devait atterrir à l'Aéroport de Santacruz à quelques kilomètres). Heureusement, il n'y aura eu aucun mort parmi les 122 passagers.
  • 23 juillet 1973: le Vol 404 Japan Airlines fut détourné par des pirates de l'air peu après son décollage de l'Aéroport d'Amsterdam-Schiphol. Le Boeing 747 fut détourné à Benghazi en Libye où tous les passagers furent libérés au bout de quelques jours. Les pirates de l'air ont, eux, été tués.
  • 28 septembre 1977: Des terroristes de l'armée rouge japonaise prirent les contrôles du Vol 472 Japan Airlines peu après son décollage de Mumbai en Inde. Ils forcèrent les pilotes à atterrir à Dhaka au Bangladesh, où ils demandèrent une rançon s'élevant à 6.000.000 de dollars américains afin de libérer les passagers. Le gouvernement japonais finit par accepter, et l'ensemble des passagers furent libérés.
  • 9 février 1982: le Vol 350 Japan Airlines s'écrasa dans la baie de Tokyo lors de la phase d'approche vers l'Aéroport de Tokyo-Haneda, à la suite d'une tentative de suicide du commandant de bord. 24 passagers sur les 174 présents à bord du McDonnell Douglas DC-8-61 ont été tués.
  • 12 août 1985: le Vol 123 Japan Airlines s'écrasa contre une montagne près de la préfecture de Gunma au Japon après que l'avion ait perdu son empennage vertical en entier ainsi qu'une partie de l'empennage horizontal, les pilotes n'avaient pour seuls contrôles de leur Boeing 747 que les commandes de gaz. La cause serait une réparation défectueuse au niveau de la queue de l'appareil. Celle-ci ayant déjà été endommagée lors d'un autre incident en 1978, elle a fini par céder à la pression de la cabine aux alentours des 24000 pieds. Le bilan est terrible : 520 morts et 4 survivants. De toute l'histoire, cette catastrophe aérienne a été la plus meurtrière incluant un seul appareil.

Destinations[modifier | modifier le code]

Japan Airlines dessert 100 destinations en Asie, en Amérique du Nord, en Europe et en Océanie[17].

Flotte[modifier | modifier le code]

La flotte du groupe Japan Airlines se compose au 31 mars 2014 de 222 avions (filiales incluses sauf Jetstar Japan) :

Japan Airlines a en outre commandé 18 A350-900 et 13 A350-1000 pour un montant de 9,5 milliards de dollars, plus 25 en option[18].

Partenariats[modifier | modifier le code]

Japan Airlines a des accords de partage de codes avec les compagnies aériennes suivantes :

* membres de Oneworld

[modifier | modifier le code]

Le logo utilisé depuis 2011 est fortement inspiré du logo utilisé de 1959 à 1989

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence France-Presse, « Japan Airlines annonce d'énormes pertes », Le Devoir,‎ 14 novembre 2009 (lire en ligne)
  2. (fr) Reuters, « Japan Airlines se rapprocherait d'une faillite », Le Point,‎ 8 janvier 2010 (consulté le 9 janvier 2010)
  3. (fr) Agence France-Presse, « JAL pourrait supprimer 15 600 emplois dans les 3 ans », Le Point,‎ 11 janvier 2010 (consulté le 11 janvier 2010)
  4. (fr) Agence France-Presse, « JAL ne formera pas une alliance capitalistique avec une compagnie américaine », Le Point,‎ 11 janvier 2010 (consulté le 11 janvier 2010)
  5. (fr) Reuters, « JAL aurait conclu un rapprochement avec Delta Air Lines », Le Point,‎ 16 janvier 2010 (consulté le 17 janvier 2010)
  6. (fr) France 24, « Japan Airlines dépose le bilan », France 24,‎ 19 janvier 2010 (consulté le 19 janvier 2010)
  7. (fr) Radio-Canada, « Japan Airlines en faillite », Radio-Canada,‎ 19 janvier 2010 (consulté le 19 janvier 2010)
  8. flightglobal.com 19 février 2010
  9. romandie.com 19 janvier 2010
  10. businesstravel.fr 2 février 2010
  11. businesstravel.fr 9 février 2010
  12. flightglobal.com 9 février 2010
  13. Communiqué de presse de la Commission européenne, 9 novembre 2010
  14. « Japan Airlines to Cut 29 International Flights, Yomiuri Says » (consulté en 31 décembre 2010)
  15. japoninfos.com 25 janvier 2011
  16. Patrice Novotny, « Japan Airlines revient en Bourse trois ans après son dépôt de bilan », AFP sur Google News, le 3 juillet 2012
  17. Destinations
  18. Airbus brise le monopole de Boeing chez Japan Airlines, AFP sur Google News, le 8 octobre 2013
  19. Japan Airlines et Qatar Airways signent un accord de code share, Air Journal, 1er décembre 2013

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]