Ferdinand Ier (roi de Portugal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ferdinand Ier de Portugal)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferdinand Ier et Ferdinand.
Ferdinand Ier
Le roi Ferdinand Ier
Le roi Ferdinand Ier
Titre
Roi de Portugal et des Algarves
18 janvier 136722 octobre 1383
16 ans, 9 mois et 4 jours
Prédécesseur Pierre Ier de Portugal
Successeur Jean Ier

Éléonore Teles de Menezes comme régente de Portugal

Biographie
Dynastie Capétien Maison de Bourgogne
Date de naissance 31 octobre 1345
Lieu de naissance Coimbra, Drapeau du Portugal Portugal
Date de décès 22 octobre 1383 (à 37 ans)
Lieu de décès Lisbonne, Drapeau du Portugal Portugal
Père Pierre Ier de Portugal
Mère Constance de Castille
Conjoint Éléonore Teles de Menezes
Enfant(s) Béatrice de Portugal
Pierre de Portugal
Alphonse de Portugal
Isabelle de Portugal (illégitime)

Ferdinand Ier (roi de Portugal)
Rois de Portugal

Ferdinand Ier de Portugal, dit Ferdinand le Beau (en portugais Fernando o Belo), né le 31 octobre 1345 à Coimbra, mort le 22 octobre 1383 à Lisbonne, est roi de Portugal et des Algarves de 1367 à 1383.

Origine[modifier | modifier le code]

Ferdinand était le second enfant du roi Pierre Ier (1320-1367), dit Pierre le Justicier, roi de Portugal (1357-1367), et de Constance de Castille (1323-1345), morte trois semaines après sa naissance.

Règne[modifier | modifier le code]

Le règne de Ferdinand Ier est marqué par la politique étrangère. Quand Pierre Ier de Castille, dit Pierre le Cruel meurt en 1369 sans héritier mâle direct, Ferdinand, en tant qu'arrière-petit–fils de Sanche IV par la ligne féminine, se déclare héritier du trône de Castille. Les autres candidats à la succession sont les rois d'Aragon et de Navarre ainsi que Jean de Gand, duc de Lancastre marié avec Constance, la fille aînée de Pierre le Cruel. Entretemps, Henri de Trastamare, frère bâtard de Pierre, s'est déclaré roi. Après deux campagnes militaires sans succès, les parties acceptent l'intervention du pape Grégoire XI.

Dans le traité d'Alcoutim en 1371, il est prévu le mariage de Ferdinand avec Éléonore de Castille, fille du roi Henri II de Castille. Mais, avant le mariage, le roi tombe amoureux d'Éléonore Teles de Menezes, l'épouse d'un de ses courtisans. Après une annulation rapide du premier mariage de cette dernière, Ferdinand l’épouse secrètement. Lorsque cette union est rendue publique, Henri II de Castille envahit le Portugal en décembre 1372 et assiège et incendie Lisbonne l'année suivante. Une nouvelle paix signée le 24 mars à Santarém, Henri II offre finalement la main de sa fille à Charles III de Navarre.

Éléonore gagne chaque jour en influence auprès du roi, très active sur la politique étrangère et devenant de plus en plus impopulaire. Ferdinand ne semble pas avoir l'autorité nécessaire et l'ambiance politique en souffre. Le seul aspect positif de sa politique étrangère est l'accord conclu en 1373 avec la maison de Lancastre qui est le premier traité d'alliance entre l'Angleterre et le Portugal. En 1378, la cour est troublée par la mort de la sœur de la reine, Marie de Teles de Menezes, égorgée par son époux secret João, le frère du roi, sur un soupçon d'infidélité infondé, inspiré par la reine elle-même[1].

En 1381 Ferdinand Ier reprend l'initiative de la lutte contre roi Jean Ier de Castille. À la fin de la guerre avec la Castille, il est décidé de marier l'unique fille de Ferdinand, Béatrice, avec le fils cadet du roi de Castille. Devenu veuf entre temps, Jean Ier décide d'épouser lui-même en 1383 la très jeune Béatrice. Cela signifiait une annexion du Portugal, inadmissible pour la classe moyenne et une partie de la noblesse portugaise[2]

Quand Ferdinand Ier meurt en 1383, la dynastie de Bourgogne s'éteint. Éléonore Teles de Menezes est nommée régente au nom de sa fille et de Jean de Castille mais la transition n'est aucunement pacifique. Écoutant les appels d'une grande partie des Portugais pour maintenir le pays indépendant, Jean, Maître d'Aviz et frère bâtard de Ferdinand, se proclame roi du Portugal. Il en résulte la crise de 1383-1385, une période d'interrègne de chaos politique et social. Jean devient le premier roi de la dynastie d'Aviz en 1385.

Le tombeau gothique du roi Ferdinand se trouve aujourd'hui dans le musée archéologique du Couvent des Carmes (Lisbonne), transféré à partir d'un couvent à Santarém.

Situation matrimoniale[modifier | modifier le code]

Le 5 mars 1371[3], à Leça do Bailio, il épouse Éléonore Teles de Menezes (1345-1386) dite Leonor Telles, union dont on ne connaît qu'un enfant :

Par ailleurs, Ferdinand Ier eut, d'une relation non identifiée, une enfant illégitime :

Titre complet[modifier | modifier le code]

Roi de Portugal et des Algarves par la grâce de dieu

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]