Famille de Mahomet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La famille de Mahomet est composée par plusieurs membres qui ne sont pas toujours d'une importance enorme, de nombreux ouvrages présentent des indices sur ce qui a été l'entourage proche de mahomet ou mohammed


Généalogie d'après Tabari[1][modifier | modifier le code]


 
 
 
 
 
 
 
 
Abraham
Père des Patriarches
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ismaël
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qaidâr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hamal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Yaschdjob
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ya`rob
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Homaisa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Odad
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Odd
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Adnan
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ma`add
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nizâr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modhar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
d'Elyâs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Modrika
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Khozaima
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kinâna
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nadhr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mâlik
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fihr
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ghâlib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lowayy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ka`b
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Morra
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Kilâb
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Qoçayy
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Abd-ManAf
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hâschim
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Abdou'l-Mottalib
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Abû Tâlib
 
Abu Jahl
 
Abu Lahab
 
`Abdallah al-Harîth
 
Zoubaïr
 
Hamza
 
`Abbès
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
`Ali
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mahomet
 
 

Parents[modifier | modifier le code]

Sa mère est Amina bint Wahb et son père, mort avant sa naissance, Abd Allah ibn Abd al-Muttalib.

Les épouses[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Épouses de Mahomet.

Selon ses biographes, Mahomet aurait eu en tout quinze épouses[2] tout au long de sa vie. Dans son livre La chronique, Tabari signale que Mahomet aurait convoité cinq femmes et qu'il avait deux esclaves dont l'une « Maria fille de Siméon le Copte »[3], lui donna un fils, Ibrahîm, qui mourut à l'âge de deux ans. « Il avait parfois en même temps onze femmes, parfois neuf et parfois dix. Quand il mourut, il laissa neuf veuves. » [2]. Un peu plus loin, Tabari signale que selon d'autres traditions, Mahomet aurait épousé vingt femmes et qu'« il y a en outre cinq femmes que le prophète a convoitées, mais qu'il n'a pas épousées »[4].

Après le décès de Khadija, sa première épouse, il épouse la veuve Saouda, puis, pratique conforme aux normes et aux valeurs de l'Arabie de l'époque et toujours actuelle dans certains pays[5], âgé d'environ 50 ans, il épouse Aïcha fille d'Abu Bakr et âgée de 6 ans. Trois ans plus tard, il consomme le mariage ; elle a 9 ans [6], l'age précis des personnages cités dans les sources religieuses reconnues est ambigu et est matière à débat; le calendrier arabe étant lunaire, entre autres raisons[7]. En 627, il se marie avec Rayhana, une juive, puis en 629 avec Myriam, une chrétienne ; la même année, il se marie avec Safiyya une juive [8].

À la fin de sa vie, Mahomet aurait eu neuf femmes[9], dont une esclave chrétienne copte qui lui avait été donnée par le roi d’Égypte. Selon le Coran[10],[11], ce statut spécial de Mahomet lui fut révélé par l'archange Gabriel :

« Ô prophète! il t'est permis d'épouser les femmes que tu auras dotées, les captives que Dieu a fait tomber entre tes mains, les filles de tes oncles et de tes tantes maternels et paternels qui ont pris la fuite avec toi, et toute femme fidèle qui aura donné son âme au prophète, si le prophète veut l'épouser. C'est une prérogative que nous t'accordons sur les autres croyants ».
« Nous connaissons les lois du mariage que nous avons établies pour les croyants. Ne crains point de te rendre coupable en usant de tes droits. Dieu est indulgent et miséricordieux. » (sourate al Ahzab, versets 49-51)

Les détracteurs de Mahomet pointent souvent du doigt l'âge d'Aïcha lorsqu'il l'épousa[12] et quand il eut sa première relation charnelle avec elle (neuf ans), le nombre de ses femmes (il avait neuf femmes à sa mort), alors que l'islam limite le nombre d'épouses qu'un homme peut avoir simultanément à quatre (ainsi que d'autres conditions restrictives). Toutes ses épouses, sauf Aïcha, étaient veuves avant le mariage. L'accusation que Mahomet se maria avant que cette règle fût instaurée par le Coran et même si les hommes de l'époque durent se séparer de certaines de leurs femmes pour respecter la règle, le Coran a instauré une exception pour Mahomet.

Au Moyen Âge, la polygamie est fréquente en Arabie, Mahomet la limite à quatre épouses[13]. Ensuite, Mahomet s'est marié avec Aïcha alors qu'elle était vierge, alors que le Coran lui autorisait de se marier avec un nombre de filles illimité - qui dura plusieurs mois - et que ses compagnons auraient été honorés de donner leurs filles à leur prophète[14]. Toutes les autres épouses de Mahomet étaient veuves, pour certaines plusieurs fois... L'une de ses épouses perdait même continuellement du sang. Les mariages sont tous liés à un intérêt diplomatique comme le veut la tradition arabe de l'époque. Chaque mariage établissait un lien de sympathie avec la tribu de la mariée[15].,[16]. La polygamie continue d'être pratiquée dans d'autres régions du monde, pas forcément par des musulmans... Selon les démographes et les ethnologues, 80 % des sociétés connues et étudiées sont polygames de droit et, parmi elles, seulement 1 % polyandriques. Néanmoins, au sein des sociétés majoritairement polygyniques on constate que 60 à 80 % des foyers sont monogames de fait (et non de droit)[17].

Enfants[modifier | modifier le code]

Garçons[modifier | modifier le code]

El Kassem ou Abou El Kassem.

Sa mère est Khadidja Bint Khouwaïlid Al Kaurachiya.

Abdallah ou Attahar et Attayab

Sa mère est aussi Khadidja, Radhiya Allahou An’ha.

Ibrahim

est le cadet de ses enfants. Sa mère est Maria la copte.

Tous sont morts en bas âge.

Filles[modifier | modifier le code]

Zaïneb
Raukiyya
Oum Kalthoum
Fatima Az-Zahraa

Toutes ses filles ont pour mère Khadidja, Radhiya Allahou An’ha. Ainsi Khadidja, fut la mère de tous ses enfants à part Ibrahim qui avait pour mère Maria la copte et il n’a pas eu d’enfants de ses autres épouses.

Maison[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après les Chroniques de Tabari, page 356
  2. a et b Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 327
  3. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 331
  4. Tabari, op. cit., vol. II, « Mohamed, sceau des prophètes », p. 330
  5. [1], [2]
  6. [3]
  7. [4] au moment de son mariage et de la consommation de celui-ci, sur le site hadith.al-islam.com édité par l'Arabie saoudite. Consulté le 4 avril 2008.
  8. Jacques Smadja, Le Coran, la dérive de l'Islam, Lulu.com (ISBN 295250461X, lire en ligne), p. 336
  9. Femmes esclaves avec lesquelles une relation charnelle a lieu. Cela étant autorisé dans l'islam, mais pas appliqué forcément, ainsi un passage du Coran encourage à marier les esclaves femmes et hommes pour ne pas museler leurs besoins sexuels ; (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor. II, La Vache :221)ou Tafsir, ibn kathir (Cor. II, La Vache : 221
  10. (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor. XXXIII, Les Coalisés : 49-51)
  11. (ar) Tafsir, ibn kathir (Cor. XXXIII, Les Coalisés : 49-51
  12. (en) (en) Aḥmad ibn Aḥmad Zabīdī, Muhammad ibn Isma'il Bukhari, Muḥammad Muḥsin Khān, The translation of the meanings of Summarized Ṣaḥīḥ al-Bukhārī: Arabic-English, Darussalam,‎ 1997, 1096 p. (ISBN 9960740803), p. 743
  13. (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor.IV, Les Femmes : 3)
  14. (ar) Jâmi'ul Ahkâm'il Qur'ân, Qurtubî ; (Cor. LXIII, Les Coalisés : 49-51)
  15. Le Prophète Bien-Aimé, Abu Djaber el Djazâiri ; édition Aslim. 1992
  16. Muhammad Hamidullah, Le Prophète de l'islam, Sa vie, Son œuvre, 2 tomes, édition Association des étudiants islamiques en France, ASIN 2711681017[réf. incomplète]
  17. Éric Chaumont, article Polygamie, in Dictionnaire du Coran, M.A. Amir-Moezzi (dir), éd. Robert Laffont, 2007, p.  679

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://lafamilleduprophete.fr.gd

Bibliographie[modifier | modifier le code]