Félix Pyat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Félix Pyat en 1871

Félix Aimé Pyat, né à Vierzon (Cher) le 4 octobre 1810 et mort à Saint-Gratien (Seine-et-Oise, aujourd'hui Val-d'Oise) le 3 août 1889, est un journaliste, auteur dramatique et homme politique français, personnalité de la Commune de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'avocat, Félix Pyat devient lui-même avocat à Paris. Puis il se lance dans le journalisme au Figaro, au Charivari et à la Revue démocratique. Il est aussi auteur de pièces de théâtre, dont certaines sont jouées par l'acteur en vogue Frédérick Lemaître.

En 1848, il se bat en duel avec Pierre-Joseph Proudhon. Après la révolution, le Gouvernement provisoire de la Deuxième République le désigne comme commissaire dans le département du Cher. Il s'y fait élire comme député de gauche à l'Assemblée constituante de 1848, où il fait, en septembre, un remarquable discours sur le droit au travail, en réponse à Thiers et à de Tocqueville. Puis, en 1849, il est reconduit dans l'Assemblée législative. Compromis dans l'émeute du 13 juin 1849, il doit se réfugier en Suisse, puis à Bruxelles et enfin à Londres. Il y fonde le parti révolutionnaire « La commune révolutionnaire » et publie et diffuse de nombreux textes révolutionnaires. Il adhère à l'Association internationale des travailleurs en 1864. Il revient en France en 1869. Au lendemain de l'assassinat du journaliste Victor Noir en 1870, il appelle à l'insurrection et repart en exil en Angleterre. Il est condamné, par contumace, à cinq ans de prison par la haute cour.

Après la proclamation de la République le 4 septembre 1870, il rentre en France et fonde un journal Le Combat. Le 11 février 1871, par décision du gouvernement de la défense nationale Le Combat est supprimé.
Le 8 février 1871, il est élu à l'Assemblée nationale mais en démissionne le 3 mars. En février 1871, il fonde un nouveau journal Le Vengeur, vite supprimé par le général Vinoy, gouverneur militaire de Paris, mais qui sera rétabli pendant la Commune. Le 26 mars, Félix Pyat est élu au Conseil de la Commune. Il fait partie de la Commission exécutive (1871), de celle des Finances et du Comité de Salut public (du 1er au 8 mai). Il ne participe pas à la Semaine sanglante et rejoint Londres. Il revient en France après l'amnistie de 1880. Il est élu sénateur du Cher en 1887 puis député des Bouches-du-Rhône en 1888.

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • Lettres d'un proscrit. La vile multitude. Le prince Tityre. Lettres à Barbès, à M. Chambord, 13 juin. Aux électeurs de la Seine, de la Nièvre et du Cher (2 volumes, 1851)
  • Loisirs d'un proscrit. Lettre au général Changarnier. Vive la République. Samedi et dimanche. Les carabiniers royaux. L'espion Schnepp (1851)
  • La Folle d'Ostende (1886)

Théâtre[modifier | modifier le code]

Adaptations cinématographiques[modifier | modifier le code]

Sa pièce Le Chiffonnier de Paris, qu'il avait transformée par la suite, en 1886-1887, en roman-feuilleton publié d'abord dans Le Radical, puis dans Le Cri du Peuple, avant de l'être en un volume paru aux éditions Fayard dans les années 1890, après sa mort, sera adaptée à deux reprises au cinéma :

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Michel Colombet-Schieferer, Felix Pyat (1810-1889), Révolutionnaire Berrichon, Paris, Bénévent, 2011
  • Larousse du XIXe siècle
  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune de Paris, Flammarion, collection Champs, 1978
  • Encyclopedia Universalis, Index Philippa — Zyriane, Paris, 1985