Ergativité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ergatif, dans les langues à ergativité, est le cas grammatical utilisé pour indiquer le sujet d'un verbe transitif. Il s'oppose au cas absolutif (généralement non marqué), qui sert à la fois à l'objet d'un verbe transitif et au sujet d'un verbe intransitif.

Dans les langues flexionnelles n'utilisant pas un tel système, le sujet d'un verbe, quelle que soit sa transitivité, est au nominatif, son objet direct à l'accusatif.

Principes[modifier | modifier le code]

L'ergativité est le fait, pour une langue, d'utiliser une opposition fondamentale entre deux fonctions syntaxiques qui ne sont pas, comme dans la plupart des langues indo-européennes, le sujet par opposition à l'objet, mais le sujet d'un verbe transitif par opposition à l'objet d'un tel verbe, confondu avec le sujet d'un verbe intransitif.

Dans les langues flexionnelles à ergativité, la première fonction est représentée par le cas ergatif, la seconde par l'absolutif, généralement non marqué alors que dans les autres langues flexionnelles (majoritaires dans le monde), le sujet est au nominatif et s'oppose à l'objet à l'accusatif.

Dans certaines langues à opposition nominatif / accusatif, on peut cependant trouver, de façon minoritaire, de telles constructions (cf. diathèse). Par exemple en français :

  • Elle [sujet patient] accouche : construction ergative
  • L'obstétricien [sujet agent] accouche la femme [objet patient] : construction nominative / accusative
Opposition fondamentale
Langues
ergatives
Fonctions : Sujet d'un verbe transitif COD / sujet d'un verbe intransitif
Cas : → ergatif → absolutif
Exemples (basque) : Gizon-ak otso-bat du
« L'homme a un loup »
Gizon-ak otso-bat du
« L'homme a un loup »
Gizon-a otso-bat da
« L'homme est un loup »
Langues
accusatives
Fonctions : sujet / attribut du sujet COD
Cas : → nominatif → accusatif
Exemples (latin) : Homo lup-um habet
« L'homme a un loup »
Homo lup-us est
« L'homme est un loup »
Homo lup-um habet
« L'homme a un loup »

Notes :

  • basque : gizon- = « homme », otso- = « loup », -ak est le suffixe d'ergatif singulier, -a d'absolutif ; "bat" = « un »; du (transitif) se traduit « [il] a », da « [il] est » (intransitif) ;
  • latin : homo, « homme », est au nominatif, comme lup-us, « loup », -us étant une désinence de nominatif et -um d'accusatif ; habet (transitif) se traduit « [il] a », est (intransitif) « [il] est ».

En français, le cas n'est pas marqué par la forme du constituant nominal (ni le sujet, ni l'objet), à la seule exception des pronoms.

Ex : il = sujet | le = objet

Cette opposition particulière permet de classer les langues dans le cadre de la typologie linguistique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]