Entérocolite nécrosante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entérocolite nécrosante
Classification et ressources externes
Necrotizing enterocolitis 202.jpg
Radiographie de l'abdomen d'un nouveau-né présentant une entérocolite nécrosante
CIM-10 P77
CIM-9 777.5
DiseasesDB 31774
MedlinePlus 001148
eMedicine ped/2981  radio/469
MeSH D020345
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une entérocolite nécrosante rassemble ulcérations et nécroses étendues de l'iléon et du côlon chez un nouveau-né, le plus souvent prématuré et de petit poids à la naissance.

Une maladie similaire est rencontrée chez les patients neutropéniques atteints d'un cancer[1]. Il s'agit d'une urgence médico-chirurgicale.

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières descriptions de l'entérocolite ulcéro-nécrosante (ECUN) sont attribuées au Dr Charles-Michel Billard à Paris en 1825[2] et au Dr Alois Bednar à Vienne en 1850[3],[4]. Puisque les cas étaient souvent groupés, parmi des enfants hospitalisés, l'hypothèse d'une infection nosocomiale a longtemps été retenue[3],[5]. Ce sont Kurt Schmidt et Karl Quaiser qui emploient la première fois les termes « enterocolitis ulcerosa necroticans » en 1952 à Graz[6]. En 1964 est présentée à Paris puis publiée aux États-Unis une revue de cas sur dix années par une équipe new-yorkaise de pédiatres, radiologues et anatomopathologistes rassemblant le tableau radio- et anatomoclinique[7]. Au cours des années 1970 sont établies des classifications cliniques et des recommandations pour la prise en charge chirurgicale de cette affection[8],[9]. Malgré de nombreuses descriptions colligées depuis, l'étiologie, la pathogenèse, le diagnostic, le traitement précoce et la prévention restent à l'étude[6],[10].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Les dix causes principales de décès des nouveaux-nés aux États-Unis en 2005, source : Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

L'entérocolite nécrosante néonatale (ENN) n'apparaît en général qu'à la 2e ou 3e semaine de vie extra-utérine ; elle représenterait 8 à 12 % des infections néonatales, chez des enfants dont le poids de naissance est inférieur à 1 500 g[5]. Parfois l'ENN survient chez des enfants nés à terme ou quasi, ces rares cas représentent 7 à 15 % du total des cas d'entérocolite nécrosante[10]. L'âge de survenue de l'ENN est inversement proportionnel au terme de la grossesse : plus le nouveau-né est prématuré, plus l'entérocolite nécrosante peut survenir tard dans sa vie extra-utérine. Le pic de prévalence est observé pour des enfants nés vers 29 ou 31 semaines d'aménorrhée[10].

Sur les périodes 1999-2001, 2003-2007 mais aussi 2005-2006, et ce parmi des cohortes de plusieurs milliers d'enfants de bas poids à la naissance, la prévalence est estimée dans les centres pédiatriques américains de 7 à 11 %. Elle serait plus basse en Europe et au Canada : une étude suédoise l'estime à 5,8 % parmi une cohorte de 638 nouveaux-nés, en Suisse elle ne s'élèverait pas à plus de 3-4 %[10].

Les facteurs de risque d'entérocolite nécrosante sont[5] :

L'entérocolite nécrosante est relativement plus fréquente chez les enfants noirs, également répartie parmi filles et garçons. Dans sa forme classique l'ENN atteint ainsi des prématurés de petit poids de naissance, à leur 3e-4e semaine de vie extra-utérine, souvent groupés, suggérant une cause infectieuse[6]. Elle concerne 2 à 5 % des bébés admis en service de réanimation néonatale et soins intensifs[10].

Le taux de létalité s'élève de 20-40 %, pour les cas sensibles au traitement, à 100 % dans les cas échappant aux soins[10].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Pièce d'autopsie révélant nécrose et pneumatose des intestins, ainsi qu'un site de perforation (fléché) : nouveau-né atteint d'entérocolite nécrosante.
Photographie centrée sur des lésions de nécrose et de pneumatose d'intestins de nouveau-né.
Anatomo-pathologie de l'entérocolite nécrosante néonatale (ENN) : autopsie montrant la distension abdominale, la nécrose intestinale, l'hémorragie ainsi que la péritonite due à une perforation.

Mal expliquée, l'entérocolite est probablement multifactorielle. Quels que soient les facteurs déclenchants, tout tend à l'inflammation des tissus de l'appareil digestif, à la libération de médiateurs de l'inflammation et à la régulation négative des facteurs de croissance cellulaire, concourant ainsi aux lésions intestinales[6].

L'entérocolite ulcéro-nécrosante du nouveau-né a parfois été reliée à de bas scores d'Apgar, des cathétérisations ombilicales, des épisodes d'apnée-bradycardie (en), le syndrome de détresse respiratoire aiguë, une anémie, une hypothermie, des événements hypoxo-ischémiants (asphyxie périnatale, persistance du canal artériel, détresse respiratoire, retard de croissance intra-utérin, exsanguino-transfusion)[11], des transfusions sanguines, l'hypotension et l'utilisation de médicaments vaso-actifs tels que l'indométacine et autres vasopresseurs, sans que les études de cohorte du XXIe siècle ne puissent appuyer ces hypothèses passées[10]. Ce sont les interactions entre le substrat lacté, les microbes et le système immunitaire immature de l'hôte qui sont explorées[10] :

  • alimentation du nouveau-né :
    • alimentation agressive,
    • formule de la nutrition,
  • système cardiovasculaire :
    • cardiopathie congénitale,
    • persistance du canal artériel,
  • immaturité :
    • digestion, absorption et motilité intestinale immatures,
    • système immunitaire immature,
    • barrière épithéliale intestinale immature,
  • microbiome :
    • dysbiose (en),
    • transduction anormale du signal,
    • espèces réactives à l'oxygène.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Signes fonctionnels et cliniques[modifier | modifier le code]

Le tableau clinique d'une entérocolite nécrosante du nouveau-né (ENN) peut s'installer progressivement ou s'imposer de façon fulminante, choquant l'enfant en quelques heures[10] :

Moins fréquemment l'estomac est aussi concerné : cela peut se signaler par des vomissements sanglants, des résidus sanglants. À un stade avancé l'abdomen paraît luisant, distendu et érythémateux. Le plus souvent le nouveau-né se positionne spontanément tel une grenouille, pour son confort ; il est hyporéactif. À la palpation douce, l'abdomen semble ferme, tendu et sensible. Une perforation intestinale peut occasionner une apparence cyanosée ou décolorée de l'abdomen : un nouveau-né à l'abdomen bleuté suite à une perforation intestinale ne peut être distingué de celui qui souffre d'entérocolite nécrosante. Chez un garçon, la cyanose ou l'érythème peut s'étendre au scrotum, en cas de hernie. Sensibilité et défense de l'abdomen ne sont manifestes que tardivement dans l'ENN de grands prématurés : le diagnostic nécessite une connaissance détaillée de l'état clinique de base du petit patient. Des résidus gastriques bilieux peuvent être normaux avant que la motilité intestinale mûrisse suite à une nutrition entérale progressive. Les signes généraux, en cas d'ENN, rassemblent potentiellement léthargie, hypotension, hypoperfusion, accès plus nombreux d'apnées-bradycardies (en), détérioration de la fonction respiratoire, labilité de la température corporelle, tachycardie, hyperglycémie, ou hypoglycémie[10].

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Analyses de sang[modifier | modifier le code]

Les analyses du ionogramme sanguin et de l'hémogramme montrent une anémie, une immaturité de la lignée neutrophile — un « décalage à gauche » des neutrophiles —, une thrombocytopénie, une acidose métabolique et une hyponatrémie[10].

Imagerie médicale[modifier | modifier le code]

Les radiographies de l'abdomen sans préparation montrent les signes d'iléus, de distension intestinale, de pneumatose intestinale et, ou portale — avec des clartés gazeuses soulignant les silhouettes du foie et, ou de la rate[10] — voire un pneumopéritoine[11]. Les critères radiocliniques de gravité suivants ont été établis au cours des années 1970 :

Critères de définition de l'entérocolite ulcéro-nécrosante du nouveau-né (ENN) selon Bell (1978)[5],[9],[11]
Stade Signes généraux Signes intestinaux Signes radiologiques
ENN douteuse IA : suspectée * apathie ou agitation ;
* apnées-bradycardies (en) ;
* dysrégulation thermique ;
± CRP
* volumes des résidus gastriques ;
* vomissements ;
* météorisme abdominal indolore et non silencieux ;
± modification des selles, pas de sang macroscopique
Aspect normal ou dilatation des anses intestinales, iléus modéré (anse fixée)
" IB : probable idem ci-dessus idem ci-dessus + sang rouge dans les selles idem ci-dessus
ENN prouvée II : de gravité faible à moyenne idem ci-dessus ;
± acidose métabolique ;
± thrombopénie
idem ci-dessus ;
+ météorisme silencieux ;
± résidus verts ;
± défense ;
± plastron FID ;
± paroi inflammatoire
* Dilatation intestinale ;
+ pneumatose intestinale et, ou portale ;
± épanchement péritonéal
" III : grave idem ci-dessus ;
± hypotension, oligurie, troubles hydro-électrolytiques ;
± acidose mixte ;
± neutropénie ;
± CIVD ;
± SDRA
idem ci-dessus ;
+ météorisme volumineux, douloureux avec contracture
idem ci-dessus ;
± pneumopéritoine de la grande cavité ou localisée ;
± épanchement péritonéal franc

Alors que l'échographie n'est pas utilisée pour le suivi de routine, elle permet cependant d'évaluer l'épanchement péritonéal, l'épaisseur des parois intestinales et leur perfusion[12].

Prise en charge[modifier | modifier le code]

Évolution et complications[modifier | modifier le code]

Prévention[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Matsunaga H, Shida D1, Kamesaki M, Hamabe Y, « Acute necrotizing colitis due to sigmoid colon cancer », World J Surg Oncol, no 12,‎ 2014, p. 19. (PMID 24460766, PMCID PMC3906958, DOI 10.1186/1477-7819-12-19, lire en ligne [html]) modifier
  2. Billard 1825.
  3. a et b (en) Michael Obladen, « Necrotizing enterocolitis--150 years of fruitless search for the cause », Neonatology, vol. 96, no 4,‎ 2009, p. 203-10. (PMID 19407465, DOI 10.1159/000215590) modifier
  4. (en) Notice biographique au sujet d'Alois Bednar sur le site anglophone « Who Named It? »
  5. a, b, c et d K. Pósfay Barbe, K. Mühlemann et D. Pittet, « Une infection nosocomiale néonatale : l'entérocolite nécrosante », Swiss-NOSO ; Infections nosocomiales et hygiène hospitalière : aspects actuels, vol. 8, no 1,‎ mars 2001 (lire en ligne)
  6. a, b, c et d Parravicini et Fromm 2010.
  7. (en) Walter E. Berdon, Herman Grossman, David H. Baker, Abraham Mizrahi, Olive Barlow & William A. Blanc, « Necrotizing enterocolitis in the premature infant », Radiology, vol. 83, no 5,‎ 1964, p. 879-87. (PMID 14229131, DOI 10.1148/83.5.879, résumé) modifier
  8. (en) Robert James Touloukian, « Neonatal necrotizing enterocolitis: an update on etiology, diagnosis, and treatment », Surg Clin North Am, vol. 56, no 2,‎ 1976, p. 281-98. (PMID 1265596) modifier
  9. a et b (en) Bell MJ, Ternberg JL, Feigin RD, Keating JP, Marshall R, Barton L, Brotherton T, « Neonatal necrotizing enterocolitis. Therapeutic decisions based upon clinical staging », Ann Surg, vol. 187, no 1,‎ 1978, p. 1-7. (PMID 413500, PMCID PMC1396409, résumé, lire en ligne [PDF]) modifier
  10. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en) Sharma R, Hudak ML, « A clinical perspective of necrotizing enterocolitis: past, present, and future », Clin Perinatol, vol. 40, no 1,‎ 2013, p. 27-51. (PMID 23415262, PMCID PMC3575605, DOI 10.1016/j.clp.2012.12.012) modifier
  11. a, b et c Baudon J, Gold F, Lebas F, Duscrocq S. & Mucignat V, « Prise en charge ambulatoire secondaire de l'entérocolite ulcéro-nécrosante », sur www.lesjta.com,‎ 2004 (consulté le 31 octobre 2014)
  12. (en) Epelman M, Daneman A, Navarro OM, Morag I, Moore AM, Kim JH, Faingold R, Taylor G, Gerstle JT, « Necrotizing enterocolitis: review of state-of-the-art imaging findings with pathologic correlation », Radiographics, vol. 27, no 2,‎ 2007, p. 285-305. (PMID 17374854, DOI 10.1148/rg.272055098, lire en ligne [html]) modifier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • C Billard (Ouvrage couronné par l'Athénée de médecine de Paris), De la membrane muqueuse gastro-intestinale, dans l'état sain et dans l'état inflammatoire : recherches d'anatomie pathologique sur les différents aspects sains et morbides que peuvent présenter l'estomac et les intestins, Paris, Gabon et Cie, libraires,‎ 1825, 565 p. (OCLC 3766371, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Elvira Parravicini et Federica Fromm, « Necrotizing Enterocolitis », dans Giuseppe Buonocore, Rodolfo Bracci, Michael Weindling, Neonatology: a practical approach to neonatal management, Milan ; Londres, Springer,‎ 2010, 1 350 p. (OCLC 495780922, lire en ligne), p. 724-730 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]